jeudi 15 janvier 2015

20640: Montréal 3 Colombus 2

Tout ça, c'est la faute à Bobrovski. S'il ne tire pas une game de malade mental, le CH se serait replié sur son avance quelque part en deuxième.

À forces égales, la domination territoriale du CH était totale. Quand on n'accorde que 9 mises en zone défensive en 50 minutes de jeu, dont 2 dégagements refusés, ça veut dire que Price n'a jamais, ou presque, eu à geler la rondelle. Impressionnant.

  • Le jeu de puissance a fini par embrayer lorsque Therrien a arrêté de se compliquer la vie et a convenu d'y envoyer Plekanec avec Pacioretty et Gallagher en première vague. Les trois meilleurs attaquants du CH, réunis (ENFIN, CIBOLE!) contre une équipe décimée, étaient donc surveillés par Jack Johnson et David Savard à la défense, Brandon Dubinsky et un peu Ryan Johansen en avant. Çe fut, pour dire les choses bien simplement, une hécatombe. À forces égales, 4 chances pour Pacioretty et Gallagher, 5 pour Plekanec. En avantage? 2 Plekanec et Pacioretty, une pour Gallagher. Réunis, c'est +10/-1 aux chances à forces égales. Encore un peu, pour le dessert? 20 entrées de zone en présence de ce trio, 11 en contrôle de rondelle (7 pour Gallagher à lui seul), 9 en dompant la rondelle en fond de zone. Je tiens à souligner que lorsque la rondelle est rejetée en fond de zone, je ne compte une entrée de zone que si l'équipe réussit à toucher significativement la rondelle ou encore pourchasser l'adversaire en échec avant pour au moins 6-7 secondes. Le Canadien a réussi 16 de ces entrées au total, c'est donc dire que ces trois-là étaient les seuls à rejoindre systématiquement la rondelle en fond de zone. Contre le meilleur tandem adverse. Ah oui, contre eux, les Jackets n'ont pu franchir la ligne bleue du CH en possession qu'à 3 reprises. Do-mi-nants. Reste à voir si ça durera. Mais hier, c'était spectaculaire. J'avais depuis longtemps fait mon deuil de voir Therrien réunir Pacioretty et Plekanec avec le meilleur ailier droit du club. Ça nous tombe dessus, comme ça, en janvier. À pareille date l'an dernier, Therrien s'échinait à bencher Subban (quitte à perdre des matchs), sinon à le faire jouer avec Douglas Murray. Je ne sais pas ce qui amène ce changement d'orientation, mais y'étais temps, cibole.
  • Pierre et Marc étaient un peu déçus du manque d'attaque produite par le trio d'Eller. Je veux bien. Mais ils ont passé plus de la moitié de leur match contre Ryan Johansen et ne l'ont pas laissé coller ne serait ce qu'une chance à forces égales. Si Eller, Weise et Desharnais sont capables de tenir comme ça contre les bons centres de la LNH (c'est Plekanec, Pacioretty et Gallagher qui vont ramasser les Crosby et Kopitar de ce monde, ne vous en faites pas), ça fait un top-6 qui donne beaucoup de marge au CH.
  • Galchenyuk était complètement gelé en début de match. Les choses se sont placées un peu lorsque Sekac et Bournival se sont retrouvés à ses côtés. Ces deux-là sont encore perdus en zone défensive s'ils ne sont pas avec Eller, mais les aptitudes sont là, ça va finir par venir. Si ce trio peut trouver le tour de ne pas s'embourber dans sa zone, c'est une formidable unité d'échec avant que tient Therrien.
  • Prust et Parenteau ont graduellement perdu du temps de glace, ont fini par se retrouver aux côtés de Malhotra. Ce dernier n'a même pas joué 8 minutes. On parle d'un trio de bouche-trou, donc, et ils n'ont rien échappé. C'est en masse pour l'instant.
  • Je me demande si on cherchait à pousser précisément un duo contre un trio adverse. Gonchar et Beaulieu ont beaucoup vu Johansen, ce qui me semble assez remarquable, si tant est que ce soit ce qu'on voulait. Il est bien révolu, le temps où on ne laissait pas Beaulieu prendre plus de 12 minutes par match. Les résultats y sont, faut le dire.





vendredi 2 janvier 2015

20559: Montréal 4 New Jersey 2

Ok, on fait ça vite. C'était un peu à l'ancienne, avec Sweet Lou Lamoriello qui jouait les confrontations de trios. Pas toujours facile à gérer.
  • Galchenyuk poursuit son apprentissage. J'attends avec impatience qu'on se mette à le laisser prendre les mises en zone défensive de son trio. Ça va attendre encore un peu, mais les quelques fois où il y est contraint, il me semble très à l'aise. 3 trios qui n'ont pas besoin de protection territoriale, imaginez... Semble qu'on a enfin réalisé que le job de Pacioretty sur le PP, c'est d'attaquer la boîte du flanc ou du haut de l'enclave, et non de distribuer la rondelle à partir du coin. Alléluia.
  • Globalement, Pleks a eu quelques misères contre le trio de Henrique. Desharnais semblait par contre beaucoup plus à l'aise à son poste d'ailier et Parenteau, avant de se faire assommer, commençait à savoir s'offrir en cible dans l'enclave lorsque Pleks et DD commençaient à s'échanger la rondelle le long de la bande. Si PAP est hors circuit pour un moment (l'avait les yeux croches...), ça ouvre la porte à un jeune.
  • Le trio d'Eller est présentement le plus constant. S'il n'a pas le potentiel offensif des deux premiers, c'est aussi un groupe d'attaquant qui ne commet pour ainsi dire pas de cassures défensives. On peut leur faire manger beaucoup de minutes à forces égales.
  • Belle soirée sur la feuille de pointage pour Bournival et les siens, mais sur le détail, Lamoriello leur envoyait Jagr dès que possible et les petiots paniquaient instantanément. Un work in progress, encore une fois. L'idée, c'est de rester patient. Deux buts, dont un totalement chanceux, c'est bon pour une chose bien précise: ça donne du temps de glace à Bournival et ses sbires. Malhotra va se pointer si PAP est blessé pour boucher le trou, mais autrement, m'est avis que comme Allen et Weaver, on ne le reverra pas beaucoup. Tel est parfois le triste sort des vétérans qu'on engage pour s'assurer que les jeunes ne montent que lorsqu'ils sont prêts à voler le job d'un joueur qui connaît le tabac.
  • Parfois diffus pour Subban et Markov, mais que voulez-vous qu'on y fasse...
  • Beaulieu avance à pas de géants sur un point précis: il prend de plus en plus le contrôle de son mur. J'entends par là la portion de bande qui par du haut des cercles jusqu'à l'arrière du filet. Lorsque l'adversaire se pointe, ce morceau-là, c'est à lui de le défendre. Et de plus en plus, on le voit y récupérer des rondelles et les remettre à un joueur prêt à la recevoir. Ça semble simple, mais ça ne l'est pas. La vitesse d'exécution qu'il démontre dans ces situations est encourageante. Mais plus encore, c'est de voir son style propre émerger, un peu semblable à celui de Markov en ce qu'il se fie en premier lieu à son bâton et non à des mises en échec, méthode plus traditionnelle, notamment pour les défenseurs plus patauds.
  • Parlant de pataud... Emelin a eu l'air d'une andouille sur les deux buts des Devils (mettons que Jagr n'était pas trop emmerdé par sa couverture sur le but de Cammalleri) et sur le deuxième, Gilbert avait la tête dans le cul. C'est dommage, parce que sur le gros de l'ouvrage, ils se sont tenus debout.









20541: Montréal 2 (F) Floride 1

Va falloir trouver le moyen de ne pas laisser l'adversaire prendre 10 chances par périodes lorsqu'on prend les devants. Price est excellent, mais un moment donné, on vire à court de miracles.

Le but égalisateur était fascinant. Un de toute beauté de la part d'Ekblad et Bjugstad, qui n'ont pas fini de nous faire sacrer.



Semble que sur ce coup, ça a chialé contre Desharnais sur Twitter. C'est absurde. Scusez-le, mais lui et Markov sont les deux seuls à ne pas se faire ferrer comme des truites sur le jeu. En fait, ils couvrent complètement Ekblad et le coincent le long de la bande. Ce dernier n'a semble-t-il pas le choix de lancer le long de la rampe en espérant que Hayes ou Bjugstad ramassent la rondelle de l'autre côté.

C'est ce que lisent Plekanec et Weise, qui interrompent leur repli et attendent de voir comment la rondelle va être récupérée, une fois qu'Ekblad l'aura lancée. C'est aussi ce que lit Subban. Seulement voilà, Ekblad se fend d'une feinte splendide: il prend son élan et à la dernière fraction de seconde retient la rondelle et la passe vers le centre, juuuuuuste sous bâton de Markov. Subban s'était lancé dans le coin sur l'élan, le centre s'ouvre, Bjugstad lit tout ça, Tokarski se met à genoux un peu tôt, merci, bonsoir.

La clé, ici, c'est Ekblad, qui réussit à faire mordre non seulement Subban (Marc Denis l'a bien noté lors de la diffusion à RDS), mais aussi Plekanec et Weise, qui laissent tous les deux partir Bjugstad. Un jeu remarquable.
  • Les Panthers n'ont pas fini d'être fatigants. Ekblad, oui, qui fait déjà fort bien à 18 ans aux côtés de l'increvable Campbell, mais surtout un one-two punch d'enfer au centre en Bjugstad et Barkov. Derrière eux, on utilise présentement un 3e trio défensif de vétérans, Boyes, Bolland et Jokinen. Ces trois-là ont eu le dessus sur Galchenyuk aux chances. C'est le genre de duels que Galchenyuk devra éventuellement commencer à gagner. Lorsqu'il y arrivera, il forcera les équipes comme les Panthers à lui opposer Barkov ou Bjugstad et ainsi à sacrifier de l'offensive. Mais on n'y est pas encore.
  • En attendant, Pleks, Desharnais et Parenteau se sont fait ouvrir comme des gorets par Barkov, notamment lorsque jumelés à Emelin et Gilbert. Desharnais est présentement effroyablement inapte le long de son mur défensif. Ça devrait se tasser, mais pour l'instant, c'est sordide. Absent Malhotra, on a donné un tas de mises en zone défensive à ce trio parce qu'il est piloté par Plekanec. Ça n'était pas optimal, mettons.
  • Heureuse réunion que celle de Prust, Eller et Sekac, qui ont tenu Bjugstad et Barkov en échec.
  • Malhotra sort enfin de l'alignement. Avec Pleks et Eller, je l'ai chanté sur quelques tons depuis un certain temps, il est inutile et Bournival (une chance de marquer, deux entrées de zone) est un meilleur joueur dans le rôle qui est désormais celui de la 4e ligne. Le placer au centre de Weise et Andrighetto pour faire quelques présences en zone offensive est une très bonne idée. Reste à donner à Plekanec les ressources pour s'acquitter de sa tâche. Ça, ou bedon donner le gros du job défensif à Eller, Sekac et Prust.
  • Subban est un défenseur ultra-agressif, c'est sa force. Ça lui a nui sur le but de Bjugstad, mais bon, on vit avec sans prendre une ride ou un cheveu blanc.
  • Gonchar et Beaulieu ont encore abattu un très beau boulot, principalement contre Barkov. On a enfin une deuxième paire? Je reste prudent, mais le gros finlandais n'est pas un client commode.
  • Gilbert et Emelin ont souffert mille morts contre Barkov. C'est bien emmerdant. Emelin et Weaver ont parfois bien paru lorsque réunis, on va donc peut-être y revenir dans les prochains jours. Je préfèrerais voir Tinordi et Gilbert, mais avec Allen qui se pogne le beigne dans les estrades, on ne risque pas de le voir de sitôt. Et puis, bon, ça impliquerait de laisser Emelin de côté. On n'en est pas encore là, mais va falloir commencer à y penser.







lundi 29 décembre 2014

20532: Montréal 3 Caroline 1

En surface, on regarde ça et on voit un autre match emmerdant gagné sur le dos de Price. C'est bien vrai, mais ça n'est heureusement pas tout. Les choses bougent dans l'alignement et bougent aussi tactiquement, je crois.

Sur le plan tactique, ça paraissait moins ce soir, les deux équipes manquant manifestement de structure. Mais je pense que depuis le match contre Chicago au début du mois de décembre, on fait chez le CH un effort manifeste pour ne pas toujours laisser, en relance d'attaque à partir de la zone défensive, les deux défenseurs seuls comme des chiens battus pas de niche. C'est irrégulier et, contre les 'Canes, les vieilles habitudes étaient totalement actives. Mais globalement, faut savoir que depuis le match contre Chicago, le CH génère 4,75 dégagements refusés par match, contre 6,35 au cours des deux premiers mois de la saison. C'est quand même un progrès. Reste à voir si ça va continuer où si ça n'était qu'une embellie passagère (les derniers matchs, contre les Islanders et ce soir contre les 'Canes ne sont pas terriblement encourageants, faut bien le dire).

Mais bon, je regardais les Kings crever les Sharks comme des gorets l'autre soir, et je regarde le CH ne pas même coller une foutue chance en 3e... On est loin du compte, on s'entend. Ça mérite d'être répété: quand bien même tu arrives à la fin du match et que tu n'as pas trop donné de chances, le fait est que c'est bien le quart des buts (je ne suis pas certain, je lance ça en l'air) qui ne sont pas de vraies chances, mais simplement des pucks qui flottent à travers le traffic. Si tu perd la bataille du temps de possession, c'est tout ces floaters que tu concèdes à l'adversaire. Au bout du compte, ça fait une différence.

Bref, je suis le premier à aimer accrocher le grelot du système de jeu, mais pour ce soir, je pense qu'on doit regarder ailleurs et qu'on doit accepter d'être optimiste. Pour ce qui est de l'alignement, de haut en bas, ça se résume à une chose: on a beaucoup brassé la soupe et maintenant, on doit regarder tout ça mijoter. C'est prometteur.

  • L'excitation des débuts est passée et les pourcentages prennent leur livre de chair dans la région du coeur. Ajouté à la réalité d'un premier trio de la LNH (avoir deux Staal dans la face pour la moitié de la soirée et le meilleur duo défensif adverse pour 70% de la game, genre) et un retour un peu rouillé de vacances, le trio de Galchenyuk a fini un peu en dessous de la ligne un peu partout. On entre dans la phase vraiment intéressante: l'adrénaline tombée, reste à livrer la marchandise soir après soir. On regarde et on attend de voir s'ils remontent en haut de la ligne au fil des matchs.
  • Pleks, Parenteau et Desharnais m'ont semblé plus médiocres, plus vulnérables que ce que les chiffres nous disent et c'est pourquoi les fameux chiffres sont importants. L'important ici, c'est Desharnais, bien entendu. Il semble lent et c'est selon moi un signe d'une adaptation nécessairement difficile. DD n'a jamais été rapide, mais a toujours été un joueur "rapide" parce qu'il utilise sa lecture du jeu pour partir à fond de train vers où il doit être, une fraction de seconde avant les autres. Il n'a pas cette fraction de seconde à l'heure actuelle, mais ça va reviendre, comme on dit dans les facultés. Pour Therrien, c'est simplement une question de lui trouver une place où il pourra prendre ses marques. À l'aile de Pleks est, pas mal, le meilleur endroit. Alors voilà. On regarde et on attend qu'il retrouve son step.
  • Eller, Prust et Sekac sont la seule quantité connue et appréciée des quatre trios. Un peu plombés ce soir (Eller est encore tout croche et Prust qui se bat, c'est Prust qui ne joue pas), mais ils ont eu quelques bons chiffres au pic et à la pelle le long des bandes en territoire ennemi. C'était chaotique en zone défensive par contre, espérons qu'ils se retrouvent. Le pedigree des trois me porte à croire que ça va se tasser.
  • J'aime bien qu'on fasse jouer Andrighetto, ne serait-ce que 5 minutes. Le but, au bout du compte, est de savoir ce qu'il peut faire dans la LNH et pour ça, ben faut qu'il joue, ne serait-ce qu'un peu. Weise est un peu de côté lui aussi, mais il est à sa place. Curieux joueur, de toute évidence un plombier, mais qui sort de loin en loin de fort jolies touches de rondelles, dont celle sur le but d'Eller était un exemple étincelant. Sur une 4e ligne, avec un rôle de renfort défensif/physique, même si je ne l'aime pas particulièrement comme joueur défensif, il est parfait. Reste Malhotra. Avec Eller et Pleks, il est selon moi inutile et on devrait donner son job à Bournival, question de voir si le #49 peut jouer le rôle de centre de 4e ligne. Parce que Malhotra, outre les mises gagnées, n'est juste pas très bon. Voilà, c'est dit.
  • Subban et Markov étaient en embuscade contre les Staal au cours des deux premières périodes. C'était un peu tout croche mais ça a tenu à peu près. En troisième, Therrien les a envoyés le plus souvent possible.
  • Beaulieu et Gonchar étaient clairement le deuxième duo au cours des deux premières périodes. Envoyés contre les Staal absents Subban/Markov, ils ont été le tandem le plus utilisé pendant cette partie du match. Malheureusement, ils ont cassé grave en 3e: +0/-8 aux tirs, +0/-2 aux chances en moins de 3 minutes. Therrien les a cachés et s'est retourné vers Emelin et Gilbert. Pas grave. Si Beaulieu s'affirme comme il le fait aux côtés de Gonchar au cours des prochaines semaines (oui, semaines, 5 matchs ce n’est pas suffisant), c'est une grosse marche de montée. Et il n'est pas encore rendu à 50 matchs dans la LNH, imaginez...
  • Emelin et Gilbert ont eu l'air tout croches à quelques reprises, mais n'ont rien donné aux Hurricanes en 3e. C'est 190 milliards de millions de fois mieux, comme 3e-barre oblique-2e duo-de-vétérans que Weaver/Allen ou encore Murray/Bouillon, on s'entend là-dessus? Si tant est que ces deux-là se stabilisent, jésus-marie-joseph a-t-on soudainement, enfin, une défensive avec trois duos fonctionnels et à peu près complémentaires? Mon coeur palpite, je ne me puis plus!





vendredi 19 décembre 2014

20471: Montréal 1 Anaheim 2

C'est un problème vieux comme la LNH. Un joueur est associé à un rôle, à une attente et pas à un autre. Andrighetto? Joueur offensif, joueur de top-6! S'il n'y a pas de place sur les trois premières unités pour lui, il n'a pas sa place dans l'alignement, point! Parce que sur la 4e, ça prend du grit, ça prend de la grosseur, ça prend des coups d'épaule!

Tout ça pour dire, contre les Ducks, c'est pas mal la 4e qui a perdu le match et à regarder Beaulieu et Gilbert courir, affolés, autour de leur but derrière Malhotra, Bournival et Tangradi, mettons qu'ils ne sont pas encore rendus à manger le lunch d'Emelin et Gonchar, qui en ont pourtant trop sur les épaules. Dissicile.

D'un autre côté, on ne doit pas s'affoler inutilement avec l'absence de Pacioretty. Perdre son meilleur joueur, c'est évidemment grave. Mais Eller revient incessamment et Andrighetto va avoir un spot dans l'alignement, ça devrait donc à peu près aller. Contre les Ducks, c'était terrible à regarder en 3e, mais il y a là un jeu de circonstances qui ne se reproduira pas demain. Ça n'est pas que Pacioretty qu'on a perdu suite au coup de Stoner, mais aussi Prust, qui a courageusement demandé à l'autre de payer par une bataille. Veux, veux pas, remplace Pacioretty et Prust par Tangradi et Bournival dans le top-9, ça enlève un peu de rythme. Tangradi est un pur 13e attaquant, alors qu'on a bien vu que Bournival, s'il a un bon shot et génère ben des affaires par sa vitesse et sa force... Ben, disons que les passes arrivaient un peu vite. Gallagher et Galchenyuk ont pris leurs habitudes avec Pacioretty et le #49, qui joue avec Malhotra, a paru surpris.

Un autre élément qui me semble intéressant, en contrepoint de la vibe un peu morose qui entoure le commentariat ces temps-ci: depuis le match contre Chicago, si les choix de personnel sont parfois douteux, il me semble manifeste que l'équipe joue de manière plus structurée, notamment en défensive, où on semble enfin avoir un peu resserré le travail, on ne laisse plus systématiquement les défenseurs seuls pour aller loin en zone neutre attendre une passe. En fait, on le fait encore souvent, mais pas systématiquement.

Vus sous cet angle, Subban et Markov sont un peu le canari dans la mine: s'ils prennent une débarque, c'est qu'il n'y a rien à faire. On doit évidemment se demander comment le club peut s'en sortir en séries avec une deuxième et une troisième paire qui implosent tour à tour, mais depuis 5 matchs, le premier duo de défenseurs s'en tire très, très bien.

C'est le signe selon moi d'une équipe qui s'est raplombée à forces égales. Reste à trouver une deuxième paire de défenseurs. Parce que force est de l'admettre, ni Emelin ni Gilbert ne livrent présentement la marchandise.







jeudi 18 décembre 2014

20455: Montréal 4 Caroline 1

Quelques tableaux, sans plus de commentaires (suis débordé, c'est la vie...)

Okok, un commentaire: va peut-être falloir faire "quelque chose" avec le tandem Emelin-Gonchar, parce que ça commence à être sordide leur affaire...






dimanche 14 décembre 2014

20432: Montréal 6 Los Angeles 2

J'ai rarement vu le Canadien se faire ramasser de la sorte en désavantage numérique. Price a certainement connu un des matchs les plus remarquables qu'il m'ait été donné de voir ces dernières années.

Ça fait drôle à dire, mais les Kings ont semblé faiblir au fil du match. Pas que ça n'aie changé grand-chose, Martin Jones étant incapable de faire un arrêt de routine.
  • Si le trio de Desharnais a mangé sa gratte aux tirs vers le filet, c'est bien celui de Galchenyuk qui s'est fait casser aux chances (+2/-8), surtout contre Stoll et Williams. L'expérience continue, mais je ne pense pas que les postes de Desharnais et Eller sont présentement en danger.
  • Encore deux chances et un point pour Andrighetto, qui fait son petit bonhomme de chemin. Les dés roulent pour lui, mais le talent est là. Si Eller manque encore 3 matchs et que le petit Suisse continue à accumuler les chances, c'est là qu'on va avoir droit à quelque chose d'intéressant. Il ne produira pas de la sorte éternellement et il va probablement avoir de la difficulté à déployer un niveau d'effort constant (c'est typique chez les recrues), mais du talent comme ça, c'est dissicile à ignorer. On le renvoie à Hamilton pour laisser Bournival dans le top-9? On verra.
  • Subban et Markov, réunis, terminent avec un solde positif aux chances, alors que les deux autres duos se sont fait poivrer. Emelin et Gonchar ont fait illusion un instant, mais ça n'est pas un deuxième duo de défenseurs.






mercredi 10 décembre 2014

20413: Montréal 3 Vancouver 1

Pas vraiment le temps de faire un billet complet, juste quelques notes et les tableaux.

  • Ne vous énervez pas trop vite avec le trio de Galchenyuk. Ils ont été sensationnels, mais les Canucks n'avaient rien rien rien dans le corps. Reste que Chucky avait l'air à sa place. Oh que j'ai hâte qu'on le laisse se faire les dents au centre une bonne fois pour toutes.
  • Les décomptes de chances à forces égales sont serrés à cause des tirs bloqués en première, où 22 des 11 tentatives du CH ont été arrêtées par les patineurs de Vancouver. Mais pour les deux autres périodes, les décomptes sont fidèles à ce qui s'est passé, presque plus de tirs bloqués par Vancouver (2 sur 16 en deuxième, 5 sur 11 en troisième).
  • L'absence de nerf des Canucks laisse l'impression que le CH jouait plus ramassé, effectuait des passes plus courtes un peu comme vendredi à Chicago. On verra si on est bel et bien en train de resserrer le jeu en sortie de zone. Personnellement, j'ai mes doutes. On était surtout en face d'une équipe vidée qui faisait de l'échec avant à 3. Quand t'arrives au bon moment à 3, c'est terrible pour l'adversaire. Quand t'arrives en retard, l'adversaire te contourne et monte une belle attaque. C'est ce deuxième cas de figure qui arrivait aux Canucks sitôt qu'ils devenaient agressifs.
  • 2 points en 2 matchs pour Andrighetto. Le talent, c'est le talent. Quand même pas évident pour le trio de Pleks, de loin celui qui s'est le plus fait visser aux chances.