samedi 18 octobre 2014

MTL-Colorado: C'est bien parti, mais ça manque de fini...

Faut le dire, à forces égales, cette équipe a du ressort. Mais elle n'est pas très hermétique non plus. 14 chances de marquer accordées à 5v5 contre les Bruins Jeudi, 17 autres contre l'Avalanche, ça fait beaucoup de rubber. Faudra voir si Therrien réussit à resserrer les choses en défensive sans pour autant enlever de son mordant à l'attaque. Parce que présentement, ça semble beaucoup reposer sur un échec avant à 3 joueurs. Pas nécessairement très constructif sur les replis défensifs, mettons.

L'avantage numérique, par contre, semble avoir quelque chose comme une certaine capacité à générer des chances. Ça doit bien faire 2 ans qu'on n'a pas vu ça, mais là, on voit des éléments intéressants. Le tournant semble être qu'on est maintenant capable de générer des chances en travaillant avec les trois attaquants groupés en triangle sur le côté droit du bas de l'enclave. C'est de là que vient l'espace disponible pour les tirs de la pointe. Je souligne aussi que le but de Subban était le fait d'un mouvement vers le haut du cercle de mise en jeu, un genre de déplacement qu'on ne le voyait juste pas faire l'an dernier. En fait, on l'a vu se transformer en maraudeur à quelques reprises, descendant très bas du côté gauche. À suire...

  • Le trio de Desharnais a dominé aux tirs, mais s'est fait tailler les oreilles en pointe par Duchene aux chances de marquer. Je ne sais pas combien de temps encore Gallagher va durer, Jan Hejda doit peser 240 livres et il lui est atterri directement sur la tronche. 4 chances de marquer pour le trio à forces égales, 3 Pacioretty et une Gallagher. 7 entrées de zone pour Pacio, 6 pour Gallagher.
  • Oh, Parenteau commence vraiment à prendre ses aises... Il profite pleinement du fait que Galchenyuk et Pleks ne maraudent jamais dans le haut de l'enclave. L'un comme l'autre contrôle la rondelle le long des bandes ou s'en va directement au filet. Ça profite pleinement à PAP, 3 chances à 5v5. Galchenyuk était en feu, tout simplement. 4 chances, dont un but, 4 entrées de zone. Ne vous laissez pas abuser par le simulacre de travail aux mises en zone défensive, c'était surtout le fait de quatre dégagements refusés.
  • Sekac s'est fait ramasser en première et je me demande s'il n'a pas été affecté pour un moment. Plus effacé, mais quand même une chance. En général, ce trio-là a eu de la misère contre celui de Tanguay, Brière et Mitchell, mais quand même de beaux élans. Ils sont en train de développer quelque chose de très intéressant en échec avant.
  • Autre soirée au fourneau pour Malhotra et ses sbires. Z'ont donné deux chances, mais n'ont guère permis d'entrées de zone et ont généré des tirs (et une chance! de Moen!!) alors quand même, on est contents, non?
  • Est-ce parce qu'on leur demandait de couvrir Duchene? Toujours est-il, pour une fois, Emelin et Subban ont eu plus de mises en zone défensive qu'en zone offensive, une assignation plus en phase avec leurs forces relatives au reste de la défensive.
  • Au total, les chiffres sont loin d'être mauvais pour Markov et Gilbert, mais c'était pénible contre Duchene. J'aime beaucoup Gilbert et j'anticipe avec plaisir un hiver à m'ostiner avec les hordes d'amateurs qui n'attendent que de voir une gaffe de sa part pour mugir "yé poche!", mais le fait est que sous pression d'un échec avant autour de son filet, il renvoie souvent la rondelle là où personne ne peut aider. Encore là, à suire...
  • Soigneusement éloignés du top-6 de l'Avalanche (Duchene leur a mis 3 chances en à peine une minute!), Tinordi et Weaver ont vraiment très bien fait, surtout contre l'abominable 4e ligne du Colorado. Eux aussi ont eu l'air d'avoir beaucoup de responsabilités défensives, avec 5 mises en zone défensive contre une en zone offensive, mais, encore une fois: 4 dégagements refusés.





vendredi 17 octobre 2014

Canadiens-Bruins: Ginette 1 Lucic 0

C'était une de ces fins de match qui ont un petit goût de miel. Le gros Lucic est un joueur que les Montréalais aiment détester et, partant de là, qu'on tend à sous-estimer. S'il est, au mieux, un tâcheron sans réel impact en zone défensive et qu'il ne participe généralement pas aux relances de l'attaque, une fois passée la ligne du centre, il peut devenir terrifiant. Il possède un excellent tir du poignet et on célèbre encore et toujours ses mises en échec percutantes. Pour moi, c'est surtout sa capacité à franchir la ligne bleue adverse en contrôlant le disque qui me fascine. Encore et encore, Lucic arrive à plein vapeurs, puis bifurque, crée un espace dans le haut de la zone offensive et distribue la rondelle en faisant des choix souvent brillants. On admire trop son profil de matamore et de ce fait, c'est un très bon joueur de hockey qu'on oublie d'admirer.

Ceci étant dit, l'ami Milan est aussi la plus récente incarnation d'une longue et fière lignée de têtes en plomb à avoir porté les couleurs de Boston. Sa charge épaisse sur Emelin en fin de match a cloué le cercueil qu'il avait brillamment contribué à entrouvrir quelques minutes plus tôt.

Sacré Milan.

Une chance, quand même, parce que les Bruins sont un foutu bon club. Le CH a fait jeu égal avec eux et, sachant que du côté montréalais on en est encore à ajuster certaines choses, il y a lieu d'être optimistes même si on a profité hier d'un adversaire manifestement fatigué. La formidable poussée des Bruins en deuxième (10 chances de marquer, dont 9 en un peu plus de 9 minutes de jeu) rappelle que ce club n'est pas à prendre à la légère.

Élément intéressant, sur les entrées de zone: tant le Canadien que les Bruins ont allègrement dompé la rondelle en fond de territoire ennemi, les deux clubs générant ainsi 60% de leurs entrées de zone. Ça jouait serré en zone neutre!

  • Travaillant surtout contre Krejci, Lucic et Griffith (dont j'ignorais même l'existence jusqu'à ce soir; pas facile, le plafond salarial), le trio de Plekanec a bien fait contre ses principaux opposants et s'est fait carrément poivrer par Kelly, Eriksson et Soderberg, le "3e" trio des Bruins. En regardant le détail des événements croisés entre défenseurs et attaquants du CH, on comprend plus précisément que les choses se sont particulièrement gâtées entre Pleks, Markov et Gilbert. Ça sent les changements de ligne foireux, mais ils ont clairement échappé leurs chiffres contre le trio de Kelly. Parenteau semble quand même bien s'amuser. Alors que Gallagher se tenait fidèle au poste devant le filet adverse, Parenteau ne s'y aventure guère, maraudant plutôt dans le haut de l'enclave, magasinant les appuis à Pleks et Galchenyuk qui eux se chargent du gros de la circulation de la rondelle. Le 15 finit souvent par trainer entre deux eaux, un peu plus haut que les points de mise en jeu. S'il reste avec les deux autres, on va probablement le voir marquer plusieurs buts similaires à son premier de la soirée.
  • Desharnais, Gallagher et Pacioretty ont rapidement retrouvé leurs vieilles habitudes. Le territoire que patrouille Parenteau est sur ce trio celui de Pacioretty et Gallagher était heureux comme tout à fourrager dans les jambières de Rask. Ce trio a rendu de fiers services à Therrien depuis deux ans; pourquoi se priver de ce qui fonctionne si bien?
  • Encore 8 mises en zone défensive pour Malhotra, moins pour ses deux compagnons de trios. Therrien ne semble pas nécessairement intéressé à avoir un 4e trio défensif pur jus; Marc Denis l'a bien souligné pendant la diffusion, il envoie plutôt le #20 prendre des tours de garde sur les autres trios lorsque ceux-ci ont à disputer une mise en zone défensive.
  • Oh, un premier but pour Sekac! Avec Eller et Bourque, ces trois-là prennent tranquillement leurs marques. Parce qu'on ne les voit jamais sur le jeu de puissance et qu'on ne leur donne pas une dose particulière de mises en zone offensive, la production offensive ne sera jamais celle des deux premiers trios, mais quand même, 4 chances de marquer à 5v5, c'était très bien. Plus difficile contre Hamilton et Chara, mais sitôt jetés contre Seidenberg et McQuaid, ils ont fait quelques dégâts.
  • Emelin était donc de retour avec Subban. À terme, j'ai de sérieux doutes sur la viabilité de ce tandem, on leur confie (Subban oblige) beaucoup de mises en zone offensive et Emelin, qui n'est pas manchot avec la rondelle, n'a quand même pas d'affaires là. Mais ils ont bien tenu, tant contre Krejci que Bergeron.
  • Markov et Gilbert ont connu une très mauvaise deuxième période et un premier match difficile. Gilbert en particulier a mangé ses bas contre un peu tout le monde. C'était bien parti pour lui, mais contre Boston, c'était pénible.
  • Weaver et Tinordi ont été, comme il se doit, soigneusement éloignés du top-6 de Boston et ont répondu par une splendide performance. 8 mises en zone défensive, mais sur ça, 3 dégagements refusés, donc on ne doit pas non plus y chercher la marque d'un désir particulier d'assignations défensives de la part des entraineurs du CH. Mais bon, du beau travail et de quoi garder la pression sur Beaulieu.





mardi 14 octobre 2014

MTL-TB: jusqu'à la lie

C'était frustrant à regarder. Le Lightning a réussi une fantastique poussée à forces égales en première, mais en deuxième, le Canadien fait jeu égal et parfois, même, me semblait sur le point de faire casser le Lightning. Seulement voilà, à chaque fois, l'arbitre sifflait une pénalité et, côté unités spéciales, on repassera.

Toujours est-il, le graphique suivant, qui montre le différentiel des chances à 5v5 (on déroule en secondes la longueur du match de gauche à droite) montre parfaitement l'allure de la rencontre:


Comme fin de voyage, ça n'est pas exactement un atterrissage en douceur.

Il est encore tôt, on les voit essayer des trucs, etc etc etc, vous connaissez la chanson. Encore une soirée pathétique sur l'avantage numérique. Je sais pas, à mettre un joueur en maraude et à en laisser un autre patrouiller la ligne bleue, je laisserais PK courir et Markov diriger de la ligne. On jase, là.

Tactique intéressante du Ligtning, parce qu'à ce rythme-là, c'est un choix tactique: lorsque le score est serré, les deux tiers de leurs entrées en zone du Canadien se font en dompant la rondelle! Peut-être jouent-ils toujours comme ça, mais à vue de nez, ça laissait l'impression d'une équipe qui cherchait à tirer profit de la fatigue des défenseurs. À voir leur groupe d'attaquants, c'est inattendu. Peut-être ont-ils repiqué le style des Kings, champions de la possession, mais aussi praticiens dévots du droppage de puck dans le fond de la zone ennemie?

  • 3 chances à forces égales pour Pacioretty, l'air de rien... Mais Cooper leur a collé Stamkos toute la soirée, alors ça s'est terminé dans le sang et les larmes; +2/-6 aux chances contre le premier trio du Lightning. Et tout ça couverts par Garrison et Radko Gudas, chose. Avec Palat et Callahan, Stamkos n'est pas qu'un fin marqueur, il sait aussi assurer côté défensive.
  • Filppula avec Hedman/Stralman sur le dos... Pas loin d'un traitement de trio numéro 1, ça. Le trio de Plekanec a fait ce qu'il a pu, mais peu de chances générées au bout du compte. J'espère quand même que Parenteau reste avec eux.
  • 1 mise en zone offensive, 6 en zone défensive (2 dégagements refusés) pour Eller. Il écope, parce qu'en plus de Desharnais, Therrien donne ensuite les mises en zone offensive à Plekanec. Je n'aime pas les +/-, mais ça reste suivi, comme statistique et Eller comme Bourque sont -3. Oyoyoye. Ils ont souffert de leurs bref passages contre Stamkos.
  • Autre soirée de job de bras pour la 4e, désormais bien installée dans son rôle d'éponge à mises en zone défensive. Si on veut faire ça, je me répète, mais qu'on ramène Moen. En tout cas.
  • +7 aux tirs vers le filet, -2 aux zones de mise en jeu, +1 aux chances. Parfois diffus parce qu'on leur demande de courir les autres paires, mais c'est la vie. 6 mises en zone défensive pour Subban, 8 pour Markov.
  • Beaulieu a été le défenseur le plus utilisé à forces égales, lui et Gilbert le tandem le plus utilisé. Encore 7 des 19 mises en zone défensive pour ces deux-là. Ils ont mangé leur gratte contre Stamkos et avec Desharnais. Y'aura pas de miracles. Beaulieu va apprendre vite si on continue à lui donner ces minutes-là, on peut espérer...
  • Alors que le match était perdu, Tinordi et Weaver ont joué un gros 3:09 en 3e, et Weaver n'a pas joué sans Tinordi qui, lui, a fait quelques tours de machine aux côtés de Markov et Subban. 4 mises en zone défensive pour Tinordi (1 dégagement refusé), 2 pour Weaver (aussi 1 dégagement refusé). Si Emelin est prêt à revenir jeudi... L'a pas déjà joué à droite, le gros Russe? Parce que là, Weaver ne joue presque pas et on ne lui donne même plus de mises en zone défensive. Blessure ou outrages du temps, peu importe, ça n'a pas l'air très bien parti pour lui.





samedi 11 octobre 2014

20024: MTL 4 (F) PHI 3

C'est un truc que je me suis mis à calculer il y a de ça deux ans, en même temps que les entrées de zone en possession de rondelle. En gros, un tas de trucs arrivent au hockey dans la mesure où le geste est posé moins de 3 secondes après un geste du même genre. Je me suis donc mis à identifier les chances qui surviennent 3 secondes ou moins après une entrée de zone en possession de rondelle.

Je suis trop lâche pour courir les données exactes un samedi soir, mais c'est une part appréciable des chances de marquer qui sont obtenues en descente, avant que l'adversaire n'installe son quadrillage défensif. Quelque chose comme 40% des chances sont obtenues comme ça.

Après deux périodes, les Flyers avaient obtenu 13 chances de marquer contre 4 à forces égales. Alors que le CH avait bloqué 9 des 30 tirs tentés par Philly (30%), ceux-ci ont bloqué pas moins de 20 des 44 (45%) tentatives de tirs des rouges, en deux périodes. Et comme je pense à commencer à compter les chances bloquées, j'avoue avoir regretté ne pas m'être mis à l'ouvrage au cours de ce match.

Mon hypothèse est la suivante: lorsqu'une équipe bloque un tir de l'adversaire provenant de l'enclave, c'est un geste de désespoir. Et le désespoir, au hockey, c'est une très mauvaise stratégie à long terme.

Toujours est-il, je parlais de tirs bloqués et de chances suite à une entrée de zone en possession... En 3e, Philadelphie a bloqué 9 des 33 tirs du CH (27%) et ceux-ci ont bloqué 8 des 13 (62%) tentatives de l'adversaire. Et des 13 chances obtenues par Montréal en 3e, aucune ne l'était suite à une entrée de zone. Bref, z'ont passé la gratte.

Les changements de trios y sont certainement pour quelque chose, le repli de Philadelphie pour cause d'avance de 3 buts aussi, mais je pense qu'il y a plus: le CH semble avoir une très bonne équipe à 5v5 et en désavantage numérique, mais l'avantage est toujours aussi abominable. Une première période embourbée dans les unités spéciales et une deuxième au cours de laquelle les défenseurs de Philadelphie bloquaient un tir sur deux ont peut-être aussi fait illusion.

  • S'il est une chose que Gallagher, Desharnais et Pacioretty font bien depuis 2 ans, c'est générer des tirs et des chances lorsqu'on leur donne des mises en zone offensive. Tenus loin de leur territoire, ils ont bourdonné en zone adverse tout au long du match. Ça a fini par rentrer, à l'arraché, grâce à un rayon laser de Markov.
  • Sekac faisait bien aux côtés de Galchenyuk et Plekanec, mais ça manquait un peu de piment. L'arrivée de Parenteau a fait sauter baraque, 6 chances collées aux Flyers en 4:24 de temps de glace. Mettons que ça mérite un autre match, juste pour voir. Parenteau, qui a principalement joué avec Tavares et Duchene au cours des 4 dernières saisons, a immédiatement trouvé Galchenuk. Le kid a collé 5 chances de marquer. Juste ça.
  • Les unités spéciales utilisées à outrance ont privé de glace le trio d'Eller en première et même en deuxième, on ne les a pas beaucoup vus. Avec Sekac, ils n'ont pas un profil très glamour, ce qui leur donne plus de temps contre les Schenn et Del Zotto de ce monde. Ça ne rentre pas encore, mais ça s'en vient (si Eller peut arrêter de faire des passes en échappée).
  • Peu de temps de glace pour la 4e, mais 4 des 11 mises en zone défensive du club, la moitié de leurs présences contre Giroux et 7 entrées de zone en possession de rondelle contre 5 en rejets en fond de zone. Du beau travail. Mais j'ai mes doutes au sujet de Weise. Je regarde le but de Raffl et l'arrêt de Price contre Kessel en fin de match mercredi et je vois exactement la même chose: Weise qui, sur une mise en zone défensive, ignore un dangereux marqueur pour se pousser en option de longue passe. Peut-être que c'est ce que demandent les coachs, mais j'ai de la misère à le croire. Je vous laisse juger:




  • J'étais franchement sceptique de voir Therrien ramener Markov avec Subban. Oui, lorsque réunis ces deux défenseurs sont formidables, mais ça ne laissait pas grand-chose derrière et, au cours des deux premières périodes je trouvais que le reste de la défensive faisait dur. Mais ces deux là, gavés de mises en zone offensive, ont fait le travail. Subban est encore terriblement excité. Il fait quelques innocenteries, mais ça va lui passer, comme d'habitude.
  • Le CH a eu deux dégagements refusés. Un en présence de Markov et Gilbert, un autre en présence de Gilbert et Beaulieu. C'est dire que les 9 autres mises en zone défensive étaient à la discrétion des entraineurs. Beaulieu et Gilbert en ont eu 6. Je ne sais pas jusqu'à quel point c'était voulu (on cherchait à ne pas trop utiliser la 3e paire), mais outre quelque séquences chaotiques, ça s'est affermi au fil du match. Ces deux-là semblent bien s'entendre, pour tout dire. Je suis moins pressé de revoir Emelin, tout d'un coup.
  • Les TVF et les chances sont jolies, mais le déficit aux entrées de zone en possession de rondelle ne ment pas: ça venait vite pour Tinordi et Weaver. Ce dernier semble avoir ralenti, peut-être est-ce le nouveau système de jeu du CH qui lui convient moins? Je ne saurais dire.





vendredi 10 octobre 2014

20008: Montréal 2 (F) Washington 1

T'as du monde, faut juste pas les inviter à ta pendaison de crémaillère. Galchenyuk et Plekanec vont finir par se faire un mauvais nom, mais bon, tant pis pour eux et tant mieux pour nous.

Le jeu de puissance a été pathétique l'an dernier. Ça a bien commencé, mais une fois l'adversaire ajusté aux constants tirs frappés de Subban, tout ça s'est effondré. C'est donc avec un certain intérêt que je les regarde aller dans cette phase du jeu depuis mercredi.

Premier constat: on a pratiquement éliminé le tir frappé de Subban du jeu de puissance. Il va éventuellement revenir, j'en suis certain, mais on semble présentement soucieux d'établir une nouvelle dynamique susceptible de le faire oublier, histoire de redonner de l'espace à PK. Ce dernier use maintenant principalement du tir du poignet et on voit Markov diriger plus souvent la circulation.

Deuxième constat: on semble soucieux de construire un mouvement d'attaque à partir du fond de la zone plutôt que de la ligne bleue, et ici, c'est Galchenyuk qui va récolter. On le poste en bas de la ligne des buts et on le laisse agir comme distributeur. Dans ces occasions, on ramène le jeu de puissance sur une formation classique, similaire à celle qui a fait les beaux jours du club sous Jacques Martin. On ramasse les joueurs sur la portion droite de la patinoire avec un droitier devant le filet (Parenteau/Gallagher), un gaucher en bas de la ligne des buts (Desharnais/Galchenyuk), un gaucher le long du mur aux points de mise en jeu (Pacioretty/Plekanec) et les défenseurs jouant inversée à la pointe. C'est dans cette disposition qu'on va revoir le tir frappé de Subban. Mais lorsque ce dernier est en pointe droite, désormais c'est distribution de rondelle ou tir du poignet. Pas une mauvaise idée.

Reste qu'ils n'ont généré qu'une maigre chance en 7 minutes d'avantage. C'est pas le Pérou.
  • Bon, Parenteau déjà séparé de Desharnais et Pacioretty. Je ne sais pas, faudra voir si on décroche déjà où si c'était simplement pour secouer le club, clairement dans la mélasse. Gallagher est un naturel avec les deux autres, mais c'est dommage de le retirer à Pleks et Galchenyuk.
  • Pleks et Glachenyuk, remarquez bien, n'ont peut-être pas besoin de lui. Après une première période catastrophique contre Ovechkin, ils ont repris du poil de la bête. À bien y penser, Gallagher semblait débordé face à Ovechkin. Peut-être a-t-on mis Sekac à sa place par mesure défensive? Le fait est que le 26 n'a pas trop mal paru. Ça ne sera pas un marqueur de 20 buts, mais batinse, on voit déjà à quel point il peut être utile.
  • Parenteau s'est retrouvé avec Eller et Bourque et disons que ça a pris un moment avec que tout ce beau monde se trouve. Le but refusé à Parenteau était un bel exemple de ce que deux joueurs peuvent faire lorsqu'ils commencent à "se trouver". PAP a beaucoup plus de talent que Sekac; ça ne nuirait peut-être pas à personne qu'on le laisse avec Eller. En même temps, c'était un match tout croche, on ne jugera pas trop.
  • La 4e ligne, bien enterrée aux mises, a terminé confortablement à +3/-0 aux chances de marquer contre le bas d'alignement de Washington. Good job.
  • Outre les dégagements refusés, Markov/Gilbert ont pris 3 mises en zone offensive, 8 en zone défensive et fini +6/-2 aux chances de marquer. Léger avantage contre le top-6 de Washington, et une bonne claque donnée au bas d'alignement. Therrien peut se fier sur eux. Joie!
  • Chaos, bordel, name it. Subban et Emelin ont implosé, tout simplement. C'est embêtant à dire, lorsqu'on voit Markov et Gilbert embrayer sans anicroche, mais c'est comme ça.
  • Un tout petit peu plus de glace pour Beaulieu et Weaver, mais oh, on reste prudents. Ça vient vite pour Beaulieu présentement, mais on l'a vu patiner un peu plus hier. Patience.







jeudi 9 octobre 2014

Canadiens - Leafs: Où s'en va le monde?

Je regardais le match et, à un moment donné, pris de vertige, j'ai mis sur pause et reniflé mon verre. La ville doit mettre quelque chose dans l'eau, c'est certain, et c'est pas du chlore, non madame.

Gallagher glisse dans Jonathan Bernier et fait voler en l'air filet et gardien? Personne chez les Leafs, pas même Bernier, ne semble intéressé à ne serait-ce que commenter l'affaire. Du jeu rapide, des transitions en zone neutre, des entrées de zone en contrôle de rondelle basées sur des patrons de passe complexes, même de la 4e ligne. Je parle des Leafs, là, pas du CH!

Quelqu'un s'ennuie de Colton Orr? De Fraser MacLaren? La bonne blague.

On verra à l'usage, mais si même Toronto joue au hockey avec ses 4 trios... C'était particulièrement patent en deuxième, alors que sur 18 entrées de zones, Toronto en fait 12 en possession de rondelle contre 6 rejets en fond de territoire. On verra à l'usage, comme je dis.

Et en attendant, on ne reconnaît plus le voisinage... Le CH a semblé un peu décontenancé par ce fait et, ajouté au fait que tous les trios et les duos sont nouveaux par rapport à l'an dernier, tout ce beau monde se cherchait en ronchonnant contre ces foutus Torontois qui refusaient de domper. Ça s'est graduellement placé, quand même. La défensive torontoise n'est pas encore à point alors, forcément, ça laisse de la marge.

Mais on voit déjà des choses intéressantes à surveiller. Tiens, duo d'attaquants les plus utilisés en désavantage hier? Malhotra-Prust, forcément (2:24). Mais surtout, surtout, le deuxième plus utilisé? Pacioretty-Plekanec (1:43).

Pacioretty et Plekanec comme tandem régulier en désavantage numérique. J'en gloussais comme une jouvencelle...
  • Franchement, moi qui n'en finit plus de jacasser sur Parenteau qui n'est pas un joueur du style qui marche avec Desharnais et Pacioretty, parce que plus un passeur, plus un joueur de finesse, ça prend un gars qui gratte le long des bandes, etc. En tout cas pour hier, à 78% de leur temps passé contre Phaneuf et Robidas, c'était du flanc, mon affaire. Parenteau a joué avec Tavares et Duchene au cours des 4 dernières saisons sous la gouverne de je ne sais plus combien de coachs. Le gars sait jouer et il sait s'adapter aux joueurs de talent. On verra à l'usage, donc. Mais hier, PAP/DD/Max ont bien fait fructifier la poussée aux mises qu'on leur a donnée et Parenteau a obtenu 3 chances de marquer à forces égales. Pas mal.
  • Pleks et les kids ont commencé un peu croche, mais ça s'est graduellement tassé. Fait intéressant: si on enlève les dégagements refusés (3 à Malhotra, 3 à Eller, 2 à Pleks, 1 à DD) ce sont eux qui ont pris le plus de mises en zone défensive. 4 seulement, contre 5 en zone offensive, mais quand même. Faudra voir si on joue de ce levier où si ça tombe simplement comme ça au fil de la rotation 1-2-3-4 des trios.
  • Un peu plus confus pour Eller, mais quand même. Malgré les dégagements refusés et le solde négatif aux mises, chances et entrées de zone en possession de rondelle, on a vu des trucs. Le trio est clairement animé par Eller (1 chance, 5 transports en zone adverse et 2 rejets) et Sekac (aucune chance, 2 transports et 5 rejets). Bourque est plus en maraude. Façon polie de dire qu'on ne lui laisse pas vraiment toucher à la puck. Ne râlez pas, il manie la puck comme une grenade dégoupillée. J'ai bien aimé Sekac. On va dire qu'il a peu joué, etc. Mais il était actif le long des bandes et il transportait la rondelle en zone neutre. S'il peut établir ça comme base dès le début, il va être correct.
  • Pas grand-chose à dire sur le 4e trio, si ce n'est qu'ils ont eu leurs présences, près de 10 minutes. Une 4e ligne qui sait trainer son poids... Où s'en va le monde, je vous le demande?
  • Je parlais de dégagements refusés tantôt... 5 en présence de Markov et Gilbert. Disons que ça creuse un trou en partant. Et près de 8 minutes contre Kessel et Van Riemsdyk, ça venait vite par moment, mais je n'ai pas été horrifié non plus. Therrien et Daigneault reprennent leur mode d'opération des séries: le top-4 défensif braqué tout à tour contre les meilleurs éléments, la 3e paire tenue loin des méchants. En séries, c'est tracer le trait un peu large et je soupçonne Vigneault d'avoir exploité ça en 3e ronde. Mais en saison régulière? C'est ben correct.
  • Ça va prendre encore un moment à PK et Emelin. Hier, c'était amusant de regarder PK gesticuler et Emelin le regarder placidement. Quand on parle de partenaires dépareillés... Mais Subban semble avoir une idée derrière la tête. Emelin, défenseur prudent, tend naturellement à donner la rondelle à son partenaire s'il n'a pas d'option évidente et ensuite à reculer, agissant ainsi comme soupape. Avec Markov, passeur sublime, mais patineur tectonique, c'est nécessaire. Mais Subban, capable de rouler contre l'échec avant pour ensuite se sauver avec la rondelle, ne l'entend pas de cette oreille. Surveillez comment, de loin en loin, il demande à Emelin de s'avancer plus souvent vers le haut de la zone défensive, voir la zone neutre. PK veut une option de passe courte vers l'avant. La soupape, il n'en a que faire. Emelin va finir par assimiler la chose.
  • Peu de glace pour Beaulieu et Weaver. Therrien n'aime pas exposer ses jeunes inutilement. Une seule mise en zone défensive, sur un dégagement refusé, mais 5 en zone offensive et jamais au grand jamais sur la glace en même temps que le gros Kessel. On commence tranquillement.








dimanche 28 septembre 2014

Matchs préparatoires: un alignement en mouvement

Pas encore eu le temps de terminer mes scripts pour la présente saison (j'ai d'autres fers au feu, vous en aurez des nouvelles bientôt), alors un simple petit commentaire sur la défaite du Canadien contre les Capitals.

À la mitaine, j'ai compté 9 chances de marquer pour le CH, 14 pour les Capitals, toutes situations confondues. Ça se baladait pas mal d'un côté comme de l'autre, mais à forces égales les deux clubs manquaient de cohésion. Quelques réflexions en vrac:

  • Y'a une idée qui flotte dans les médias, de loin en loin, depuis le début des camps: Galchenyuk doit aller au centre et c'est Plekanec qui sortirait fort probablement, échangé. Je comprends que personne ne l'affirme de but en blanc et qu'on ne veut surtout pas que ça se fasse, mais on en parle quand même, genre. C'est un peu n'importe quoi. Pleks a été, par tous les coachs depuis Carbo, le piller à l'avant, utilisé dans toutes les situations. Et il ne semble pas encore ralentir. Le gars va finir son contrat à Montréal et ne soyez pas surpris s'il en signe un autre avant la fin de celui-ci.
  • Galchenyuk, évidemment, va pousser quelqu'un hors de la ligne de centre et ça crève les yeux, ça va être Desharnais. Est-ce que ça va se faire maintenant? Non, Therrien ne semble pas y croire (mais allez savoir ce qui se trame vraiment) et DD fait le boulot dans le rôle qu'on lui a confié. Je sais, je sais, Pacioretty pourrait en donner tellement plus avec un vrai centre de minutes dures, etc etc etc... À regarder les Kings gagner la coupe Stanley, c'était évident que Kopitar est le premier centre de cette équipe et que Carter, le meilleur ailier, est généralement tenu loin de lui, histoire de laisser l'adversaire décider par qui ses fonds d'alignement se feront trucider. Ce dont le CH a besoin, ça n'est pas d'un meilleur centre à la place de Desharnais pour doper les résultats de Pacioretty, mais bien d'un deuxième trio capable de générer continuellement de l'attaque.
  • C'était le premier match d'Eller, alors on ne lui en demandera pas trop. Quand même, je l'ai bien aimé. Rapide, agressif... Thomas n'a pas beaucoup joué, mais c'est un petit joueur intrigant, du genre qui pourrait de l'attaque dans les minutes molles, si on lui en donne la chance et qu'il la saisit. Idem pour Sekac, qui semble plus complet que l'autre, plus fort physiquement surtout, donc en avance. Sekac s'appuie beaucoup sur sa capacité à rouler avec les coups, les esquiver, pour jouer la rondelle le long des bandes et aller se pointer dans la zone des chances de mise en jeu. Là, ça fonctionne à peu près. Mais au mois de janvier? J'ai l'impression que l'adaptation pourrait être pénible. Le style est là, on voit les outils, mais je trouve qu’il joue d’une manière qui va lui mériter beaucoup de coups durs une fois la ligue lancée à sa pleine vitesse. N’est pas Gallagher qui veut. Et Gallagher a eu une demi-saison dans la LAH pour se faire les dents. 
  • On dirait que Gallagher est bien devenu le nouveau Gionta. Bienvenu en enfer, le jeune. Il est taillé sur mesure pour la job, alors on doit s'en féliciter. J'aime beaucoup Bournival et je trouve que, depuis le début du camp, on le place souvent derrière un ensemble de joueurs de 3e-4e trio. Bournival excelle en échec avant, a un puissant tir du poignet (reste à travailler sur la rapidité de la gâchette) et encore contre les Caps, m'a semblé allumé et proactif en zone neutre et en zone défensive. Lui aussi cadre bien avec Pleks ou Eller. On ne parle pas du retour d'Erik Cole, mais à voir sa progression, on fait une erreur si on croit qu'il n'a pas de chance pour le top-9.
  • C'est gros comme le bras, à regarder Malhotra, Weise et Moen aller, que ces trois-là ne vont pas jouer 5 minutes par match. Therrien aime ce genre de joueurs et ils ont l'air aptes à faire une bonne job de "nothing line". Ça veut dire que Pleks ne sera pas aussi méthodiquement exposé aux minutes infernales, ce qui donne un peu plus de place à ses nouveaux ailiers pour respirer. Autre raison, donc, pour croire que Bournival et Sekac ont le droit de rêver à des minutes avec lui.
  • Galchenyuk est-il prêt? Il a fait des bêtises (sur le but de Ward, notamment), mais aussi quelques jeux brillants. Ce qu'on ne voit pas encore bien, c'est qu'il n'est pas qu'un fabricant de jeu, mais aussi un redoutable tireur qui va prendre sa dose de tentatives sur le gardien adverse. On a vu Pacioretty marauder, s'éloigner un peu du jeu pour se faire oublier alors que Parenteau et Galchenyuk animaient les séquences en fond de territoire. De quoi se faire accuser de jouer en périphérie, mais ce sont des bêtises, encore. C'est lui, sur un retour d'une belle chance de Parenteau, qui a eu la meilleure chance du CH hier. Mais Therrien est conservateur et déteste faire jouer un jeune "à risque" s'il a un vétéran plus limité, mais plus fiable sur son banc. C'est pourquoi le CH ne peut se permettre de signer Bouillon comme "police d'assurance" et c'est pourquoi Galchenyuk passera au centre le jour ou Desharnais cèdera sa place, par un échange ou par une mutation forcée à l'aile (je pense qu'il ferait des ravages à la gauche d'Eller et Bourque, Sekac ou Andrighetto, le meilleur des 3). J'ai de gros doutes sur la mutation forcée par Therrien.
  • Donc, si on suit ma logique, Bournival, Eller et Bourque sont la 3e ligne en ouverture de saison. Pas une bonne combinaison, manque un passeur pur sur ce trio (rôle que Gionta savait prendre avec Eller et Bourque). On verra.
  • Faut pas s’énerver pour rien avec Emelin. Il va être correct. Pas nécessairement très bon, mais correct. Subban va apprendre à le lire, comme il a appris à lire Gill à l'époque. Emelin est meilleur que Gill, Subban est meilleur aujourd'hui qu'en 2010-11. On se calme.
  • J'adore Gilbert. Il ne donne pas de "mises en échec" au sens canonique du terme, mais il joue continuellement de sa réelle force physique et de sa rapidité pour occuper le territoire au lieu de ses ennemis et il sait quand pousser efficacement pour tasser le monde. Je pense qu'on va être surpris des charges défensives accaparées par lui et Markov et je ne serais pas surpris de voir Therrien changer ses plans, l'associer à Emelin et leur donner un rôle similaire à Diaz et Gorges l'an dernier.
  • Tinordi n'est pas Beaulieu. Le beau Nathan est seul au monde sur le 6e échelon de la défensive. S'il repique quelques trucs de Gilbert (il n'a pas sa force, mais n'est pas faiblard pour autant), il pourrait monter très très vite.

samedi 2 août 2014

Subban, le Canadien et Galchenyuk

Les négociations contractuelles entre le Canadien et PK Subban font la manchette ces jours-ci. Au moment d’écrire ces lignes, on sait que Subban signera un contrat suite à la décision d’un arbitre, étape que tous disaient vouloir éviter. La chose cause donc un émoi considérable. Mais au centre de tout ce bruit, derrière les portes closes des salles de négociation, il y a le business, avec sa logique implacable.

Et lorsqu’on s’arrête à la logique des choses en mouvement, il n'est pas si évident que Subban comme Bergevin ont absolument intérêt à signer dès maintenant à long terme.

Tenons pour acquis que PK Subban cherche un contrat similaire à celui de Jonathan Toews. Ce dernier sera payé comme suit lorsque son nouveau contrat prendra effet en 2015-2016.


Toews a fait une fleur aux Blackhawks en signant dès cet été; le salaire annuel maximum est, pour la durée du contrat, l'équivalent de 20% du plafond salarial lors de la signature du contrat. Si, comme bien des gens le pensent, le plafond monte à 75 millions l'an prochain, c'est quand même quelques millions que Toews laisse ainsi filer.

La même logique vaut pour Subban. Je pars de deux hypothèses: premièrement, le plafond sera de 75 millions l'an prochain, 78 millions dans deux ans. Deuxièmement, peu importe que ce soit en arbitrage ou par le truchement d'un contrat, Subban obtiendra 7 millions cette saison et 9 millions l'an prochain. Selon l'année de signature, voici ce que donnes qu'un contrat structuré comme celui de Toews pour les saisons d'autonomie complète:


On peut chicaner sur le détail des chiffres, mais PK gagne beaucoup d'argent à attendre à l'an prochain, encore plus si son contrat ramasse les années payantes au début de l'entente et renvoie la saison moins payante en fin de contrat.

Et pour le CH? En gros, le rubicond est franchi, peu importe la saison de signature, Subban va "peser" pour plus de 10 millions sous le plafond. Alors, pourquoi retarder? J'ai ma petite idée. Reprenant les données publiées sur l'incontournable Capgeek, à une nuance près: j'enlève le contrat de Sekac du groupe des contrats de la LNH (je pense qu'il commence à Hamilton et que Bournival fait partie du groupe des 12 attaquants réguliers). Je reprends donc les 3 hypothèses ci-dessus et montre l'impact de chacune sur le plafond salarial du CH au cours des 3 prochaines saisons.



Bergevin n'a pas besoin de l'espace supplémentaire au cours de la présente saison, mais les choses sont différentes en 2015-16. En gros, il a alors 14 joueurs sous contrat et les contrats de Gallagher et Galchenyuk sont à renouveller. Bergevin peut faire comme avec Subban et leur imposer un contrat de transition (un "bridge deal"), ce qui permet alors probablement de faire rentrer tout le monde sous le plafond, mais il si un de ces deux jeunes connaît une saison du tonnerre, les choses peuvent se compliquer. Surtout dans le cas de Galchenyuk.

En effet, le contrat de Toews nous enseigne que les vedettes vont chercher à obtenir un maximum d'argent avant d'atteindre la trentaine. Dans le cas de Subban, d'avoir signé un contrat à rabais de deux ans semble rendre attrayant le fait d'attendre avant de signer un contrat à long terme, histoire d'augmenter le montant maximal qu'il percevra pendant ces 3 saisons payantes. Dans le cas de Galchenyuk, l'incitatif à s'approcher au maximum de l'autonomie complète avant de signer à long termes est encore plus fort: parce qu'il a commencé dans la LNH à 18 ans, il atteindra l'autonomie complète à 25 ans. C'est donc 5 saisons qu'il pourra monnayer au sommet de sa valeur avant d'atteindre le cap de la trentaine. C'est là un élément qui pourrait inciter Bergevin à donner à Galchenyuk un contrat à long terme dès l'an prochain.

Je ne pense pas que le statut de Galchenyuk influence la signature du contrat de Subban. Mais il sera intéressant de voir comment seront utilisés les "bridge deal" dans l'avenir. Pour la plupart des jeunes joueurs, il s'agit probablement de la meilleure façon de procéder. Mais pour les jeunes stars en devenir?