dimanche 12 avril 2015

Avis aux lecteurs...

Je ne sais pas si vous êtes encore nombreux à passer par ici...

Le blogue est présentement, vous l'aurez compris, en pause.

J'écris encore des petites analyses sur ma page Facebook, en plus d'y référer aux nombreuses chroniques que je signe à gauche et à droite.

Je vous invite donc à suivre ça ici:

https://www.facebook.com/enattendantlesnordiques/

samedi 28 février 2015

20928: Montréal 4 Toronto 0

Et un autre pour Carey.

Les Leafs, comme toutes les équipes qui en arrachent, ont graduellement perdu leur structure en troisième après avoir fort bien fait au cours des deux premières périodes. Le CH n'en demandait pas tant, ayant disputé jusque-là un match effroyable.

C'était pittoresque de les regarder passer la rondelle à Price, mais c'était surtout mauvais signe. C'est une chose de renvoyer la rondelle vers l'arrière lorsque ça ne passe pas, mais si compétent soit-il avec le disque, un gardien reste essentiellement manchot comparé à n'importe quel défenseur (sauf Douglas Murray, je suppose).

Le mois de février a été consacré à l'évaluation des jeunes. On a eu beaucoup de plaisir, mais les choses sérieuses, soit la préparation pour les séries, commence après la date limite des transactions, soit à 15h00 lundi. Justement, on affronte San Jose lundi soir (à 22h00, bleh). On verra rendu là si on passe encore beaucoup de temps à flagosser avec Pateryn à gauche de Gonchar.

  • DD et ses sbires se sont fait casser la figure par, heu... Leo Komarov, David Booth et Olli Jokinen (oui oui, celui-là). Un excellent 3e trio, à n'en pas douter. Mais bon, franchement. En fait, sur les 10 minutes passées sur la glace à forces égales par cette ligne, les choses ont pour l'essentiel dégénéré dans les 5 minutes jouées avec Gonchar et Gilbert. Tu parles. Au moins, on sait que ce trio peut tenir le coup en temps normal.
  • Je ne suis pas contre l'idée d'essayer Eller à l'aile gauche, après Desharnais, on cherche à savoir qui de ces deux-là ferait un meilleur ailier, c'est de bonne guerre. Mais, dans la catégorie "À souère, Michel essaye des affaires!", Galchenyuk à l'aile droite, c'est un peu n'importe quoi. M'enfin, normalement tout ça devrait se replacer à partir de lundi. Ben, c'est l'illusion avec laquelle j'ai choisi de vivre d'ici là...
  • Smith-Pelly a fait quelques petits tours à droite de Pleks et Galchenyuk, puis on l'a ramené avec Prust et De La Rose. On n'en est qu'au deuxième match, laissons-lui le temps. Il est jeune et j'aime sa façon de dériver dans l'enclave, prêt à décocher, je suis prêt à être très patient dans son cas. Je dis ça, parce qu'à vue de nez, c'est crissement pas Sekac... Dieu qu'il se bat avec la puck... On verra. Pour ce qui est de De La Rose, je pense qu'il est avec le club pour de bon. Avec Beaulieu et Sekac/Smith-Pelly, c'est encore 3 joueurs de la LNH que les dépisteurs du CH ont donnés au club cette saison.
  • Bournival et Weise ont leurs aises et Malhotra a fini par rapiner un but. Je suis heureux pour lui. Si ça s'en va par où je pense, c'est pas mal son dernier match, alors...
  • Subban et Markov ont tenu le fort, comme d'habitude.
  • Gonchar et Gilbert ont fini par être le deuxième duo de défenseurs les plus utilisés et se sont fait totalement rétamer. Pourquoi? Mais pourquoi s'imposer ça? On a certainement d'excellentes raisons, mais on ne les trouvera pas dans les chiffres dont je dispose. C'est comme ça.
  • Beaulieu a fini par ne jouer que 12 minutes à forces égales, la moitié avec Pateryn. Je pourrais m'échiner à essayer d'expliquer ça aussi, mais j'ai vraiment l'impression que ça ne sert à rien. Je me raccroche donc une dernière fois à ma bouée de sauvetage: les vraies affaires commencent lundi. J'espère.







vendredi 27 février 2015

20910: Montréal 5 Columbus 2

Les Blue Jackets font tellement pitié... Dubinsky, un de leurs meilleurs joueurs, marque en début de match, trébuche sur Gilbert et sa soirée se termine là. C'est un peu à l'image de ce que cette équipe subit depuis le début de la saison.

Pour ce qui est du reste, le CH n'a pas eu besoin de forcer.

  • Le trio de Desharnais a su mettre les bouchées doubles. Beaucoup d'entrées de zone, quelques belles chances, surtout pour le centre: DD termine sa soirée à forces égales avec 3 chances de marquer, 8 entrées en possession de rondelle et 2 autres rondelles récupérées sur des rejets en fond de zone. Gros match. On lui collait pourtant Johansen, mais entre Hartnell (qui, malgré ses points, a beaucoup ralenti) et Wenneberg (terriblement vert), le centre #1 des Blue Jackets ne fournissait pas.
  • Mauvais match pour Pleks. C'était plus ou moins bon avec Eller et Galchenyuk, ce qui ne me surprend pas. C'est bien beau les expériences, mais Eller n'est pas un ailier et il n'est pas encore acclimaté à l'aile. Quant à Galchenyuk, il n'a *jamais* joué à droite et y est manifestement perdu. Ça n'a pas duré, Eller descendant avec De La Rose et Prust, Smith-Pelly prenant l'aile droite de Pleks et Galchenyuk. En un peu moins de 6 minutes, ce nouveau trio s'est fait complètement casser la figure (+0/-9 aux TVF). Et encore, j'ai au moins 2 tirs qui étaient presque des chances que le marqueur de Columbus n'a pas noté dans le "play by play". Pas super fiables, les données de cet aréna.
  • DLR, Prust et Smith-Pelly ont survécu, ce qui a permis de voir quel genre de joueur DSP est. Si Sekac est un transporteur de rondelle qui joue profond dans son territoire, excelle le long des bandes, mais devra apprendre à distribuer pour tirer pleinement profit de ses qualités, Smith-Pelly est, pour ainsi dire, l'exact inverse. Il ne transporte que peu la rondelle, se distingue surtout dans les enclaves, où ressortent ses qualités: sa grande force physique, il patine bas et il est toujours prêt à tirer. C'est aussi, me semble-t-il, un bon passeur. Mais moins il garde la rondelle longtemps, mieux c'est. En tout cas, on verra à l'usage, mais je doute qu'on ait ici, à court terme du moins, un joueur de minutes dures. Parenteau n'a pas à craindre pour sa place dans le top-6.
  • Weise et Bournival ont fort bien paru. Malhotra n'a pris que 2 des 12 mises en zone défensive du CH. Pour ceux qui ne s'en doutaient pas encore, c'est le signe ultime: pour Manny, la fin approche.
  • Markov et Subban ont été outrancièrement dominants. Au cours des 18 minutes jouées par ce tandem, le CH est entré 27 fois en zone ennemie (23 transports, 4 rejets), alors que les Jackets n'ont pu établir une présence en zone du CH que 13 fois (10 transports, 3 rejets).
  • Beaulieu et Gilbert ont parfois eu beaucoup de difficultés, notamment avec Pleks/Galchenyuk/Smith-Pelly. Leurs récentes performances sont encourageantes, mais ils forment un bon deuxième duo, mais sans plus.
  • Daigneault n'avait pas envie de voir Pateryn et Tinordi isolés contre les meilleurs éléments adverses et ces deux joueurs ont par conséquent passé un peu de temps séparé. Soit. Tinordi a depuis été renvoyé à Hamilton et on explique ses déboires par ses "prises de décisions". En un mot: y pense pas vite. Ça m'enrage de lire des choses comme ça. Le gars s'est fait geler 2 fois au mois de décembre en se battant contre des taupins dans la LAH, s'est fait ramasser une autre fois arrivé dans la LNH et, si on remonte jusqu'à sa première saison dans le junior ontarien, le gars a comme qui dirait mangé une couple de volées. Il ne s'ajuste pas à la vitesse de la LNH? Combien de commotions cérébrales un joueur peut-il encaisser entre l'âge de 18 et 22 ans sans que sa fameuse "prise de décisions" ne soit affectée? Ce qui est encore plus stupide dans le cas de Tinordi, c'est qu'il n'a pas d'affaire à se battre. Depuis Enrico Ciccone, à ma connaissance, il n'y a plus de défenseurs qui se battent régulièrement dans la LNH. C'est pourtant simple: avec 6 joueurs de cette position en uniforme, aucune équipe ne peut vraiment se permettre de perdre un joueur pour 5, 7 minutes d'un match. Mais encore: la job d'un défenseur repose notamment sur sa capacité à encaisser des coups, à se faire ramasser dans la bande pour protéger et dégager la rondelle. Par définition, un défenseur est donc surexposé aux commotions. Et on en rajoute en laissant un jeune, prometteur qui plus est, manger des volées contre les taupins adverses? Je ne comprendrai jamais. C'est, au moins, le bon côté du fameux "full-face" qu'on lui fait porter ces jours-ci, ça l'empêche de manger une autre volée.





mercredi 25 février 2015

20899: Montréal 5 St-Louis 2

Le genre de match que Price fait paraître facile. Reste que les Blues n'étaient pas terriblement étanches. Mais la 2e période? Woof... 13 chances pour St-Louis contre 5 pour le CH à forces égales.

Les Blues sont intéressants à regarder aller, forcément. Même sans Shattenkirk, c'est une des puissances de la ligue (mes favoris, avec LA, pour représenter l'ouest en grande finale). Mais bon, hier, c'était pas les plus étanches. Montréal ne colle généralement pas 17 chances à forces égales à une puissance de la LNH.

Au sujet de Sekac et Smith-Pelly: j'ai été intrigué de lire que Sekac décrivait le CH comme une équipe défensive. Ça veut dire que c'est l'image que les joueurs ont de leur équipe? Si c'est le cas, y'en a qui vont faire le saut lorsque Price va (encore) se faire péter un genou par un attaquant adverse chargeant le filet à toute vapeur. M'enfin. Sekac est un joueur intéressant, mais ça n'est pas un grand joueur. Si tant est que Smith-Pelly est, à sa façon, équivalent, on s'en torche.

Non, en fait, c'est une bonne chose d'aller chercher Smith-Pelly s'il est aussi bon que Sekac, mais avec un style qui plait à Therrien. Ça veut dire qu'on va faire jouer les meilleurs joueurs disponibles, au lieu de surtaxer de braves plombiers comme Weise et Prust. Je suppose que dans un monde idéal, Smith-Pelly tasse Malhotra de l'alignement, on ramène Eller au centre et Galchenyuk à gauche.

Mais bon, j'ai appris à ne pas trop prendre mes prédictions au sérieux avec Therrien.

  • C'est quand même un plaisir de revoir Gallagher avec les deux autres. Ça n'est pas une ligne terriblement étanche, mais ils produisent des chances, au moins. Gallagher n'en finissait plus d'empiler les chances, surtout en avantage numérique et enfin ça débloque. Il a marqué hier son 3e but de la saison à 5 contre 4, alors même qu'il approche des 40 chances obtenues dans cette situation. Pacioretty n'a lui que 5 buts en supériorité numérique, mais en 25 chances... M'enfin.
  • Les gens sont bizarres. Oui, Eller est à l'aile, mais il est dans le top-6, il mange des minutes dures avec Pleks et il joue sur le PP. Pas exactement une rétrogradation, lorsqu'on compare au travail ingrat fait sur la 3e depuis le début de la saison. Martin Leclerc souligne à raison que la configuration actuelle de l'alignement comporte un joli trou en forme d'Antoine Vermette. C'est bien vrai, mais si Smith-Pelly, Weise ou Thomas est capable de suivre Pleks et Galchenyuk, on peut très bien s'arranger avec Eller dans le trou en question (lui et Vermette produisent exactement au même rythme à forces égales). Pas besoin de bruler des ressources sur un joueur de location dont on n'a pas besoin.
  • Ce qui change la donne dans le cas de Vermette, c'est un peu l'arrivée de Smith-Pelly (si tant est qu'il est vaguement meilleur ou l'égal de Weise et qu'on le fait jouer), mais aussi beaucoup l'émergence de De La Rose. On peut chipoter sur les détails (son trio se fait souvent visser à forces égales), mais il tient le coup, bien mieux que Manny.
  • Malhotra semble présentement avoir un regain de vie, mais c'est tout entièrement le fait de Bournival et, surtout, Christian Thomas. Celui-là va peut-être perdre son poste lorsque Parenteau et Smith-Pelly seront dans l'alignement, mais il a les dents longues et il va finir par manger le lunch de quelqu'un.
  • Subban recommence tranquillement à patiner sur son deuxième pied, et son tandem tient présentement le coup à forces égales. Mine de rien, une fois remis, ces deux-là vont recommencer à avoir l'avantage systématiquement.
  • Ça compte, parce que, de blessure en blessure, le destin a finalement forcé Therrien à donner la deuxième paire à Beaulieu et Gilbert. On va dire à gauche et à droite (surtout ceux qui se font susurrer à l'oreille par les relations publiques du CH) que c'est parce que leur jeu s'est amélioré, on va donner au tout l'air d'un processus organique... Michel et Jean-Jacques, les coachs patients qui plantent des graines et font pousser des défenseurs... Mais c'est un peu n'importe quoi. Sans les blessures, on serait encore à regarder Gilbert et Beaulieu, chacun de leur côté se tirer partout, l'oeil fou, pour compenser l'immobilisme de leur partenaire. Au lieu de ça, on a une deuxième paire un peu limite contre les gros canons comme St-Louis, mais une fois Subban revenu en santé, ça va largement suffire. Tiens donc.
  • Tinordi et Pateryn font sagement leurs classes contre les fonds d'alignements. Ça allait bien contre la 4e, mais lorsque le trio de Stastny se pointait le bout du nez (Hitchcock est un fana de la gestion des confrontations), le feu pognait assez vite.