dimanche 28 septembre 2014

Matchs préparatoires: un alignement en mouvement

Pas encore eu le temps de terminer mes scripts pour la présente saison (j'ai d'autres fers au feu, vous en aurez des nouvelles bientôt), alors un simple petit commentaire sur la défaite du Canadien contre les Capitals.

À la mitaine, j'ai compté 9 chances de marquer pour le CH, 14 pour les Capitals, toutes situations confondues. Ça se baladait pas mal d'un côté comme de l'autre, mais à forces égales les deux clubs manquaient de cohésion. Quelques réflexions en vrac:

  • Y'a une idée qui flotte dans les médias, de loin en loin, depuis le début des camps: Galchenyuk doit aller au centre et c'est Plekanec qui sortirait fort probablement, échangé. Je comprends que personne ne l'affirme de but en blanc et qu'on ne veut surtout pas que ça se fasse, mais on en parle quand même, genre. C'est un peu n'importe quoi. Pleks a été, par tous les coachs depuis Carbo, le piller à l'avant, utilisé dans toutes les situations. Et il ne semble pas encore ralentir. Le gars va finir son contrat à Montréal et ne soyez pas surpris s'il en signe un autre avant la fin de celui-ci.
  • Galchenyuk, évidemment, va pousser quelqu'un hors de la ligne de centre et ça crève les yeux, ça va être Desharnais. Est-ce que ça va se faire maintenant? Non, Therrien ne semble pas y croire (mais allez savoir ce qui se trame vraiment) et DD fait le boulot dans le rôle qu'on lui a confié. Je sais, je sais, Pacioretty pourrait en donner tellement plus avec un vrai centre de minutes dures, etc etc etc... À regarder les Kings gagner la coupe Stanley, c'était évident que Kopitar est le premier centre de cette équipe et que Carter, le meilleur ailier, est généralement tenu loin de lui, histoire de laisser l'adversaire décider par qui ses fonds d'alignement se feront trucider. Ce dont le CH a besoin, ça n'est pas d'un meilleur centre à la place de Desharnais pour doper les résultats de Pacioretty, mais bien d'un deuxième trio capable de générer continuellement de l'attaque.
  • C'était le premier match d'Eller, alors on ne lui en demandera pas trop. Quand même, je l'ai bien aimé. Rapide, agressif... Thomas n'a pas beaucoup joué, mais c'est un petit joueur intrigant, du genre qui pourrait de l'attaque dans les minutes molles, si on lui en donne la chance et qu'il la saisit. Idem pour Sekac, qui semble plus complet que l'autre, plus fort physiquement surtout, donc en avance. Sekac s'appuie beaucoup sur sa capacité à rouler avec les coups, les esquiver, pour jouer la rondelle le long des bandes et aller se pointer dans la zone des chances de mise en jeu. Là, ça fonctionne à peu près. Mais au mois de janvier? J'ai l'impression que l'adaptation pourrait être pénible. Le style est là, on voit les outils, mais je trouve qu’il joue d’une manière qui va lui mériter beaucoup de coups durs une fois la ligue lancée à sa pleine vitesse. N’est pas Gallagher qui veut. Et Gallagher a eu une demi-saison dans la LAH pour se faire les dents. 
  • On dirait que Gallagher est bien devenu le nouveau Gionta. Bienvenu en enfer, le jeune. Il est taillé sur mesure pour la job, alors on doit s'en féliciter. J'aime beaucoup Bournival et je trouve que, depuis le début du camp, on le place souvent derrière un ensemble de joueurs de 3e-4e trio. Bournival excelle en échec avant, a un puissant tir du poignet (reste à travailler sur la rapidité de la gâchette) et encore contre les Caps, m'a semblé allumé et proactif en zone neutre et en zone défensive. Lui aussi cadre bien avec Pleks ou Eller. On ne parle pas du retour d'Erik Cole, mais à voir sa progression, on fait une erreur si on croit qu'il n'a pas de chance pour le top-9.
  • C'est gros comme le bras, à regarder Malhotra, Weise et Moen aller, que ces trois-là ne vont pas jouer 5 minutes par match. Therrien aime ce genre de joueurs et ils ont l'air aptes à faire une bonne job de "nothing line". Ça veut dire que Pleks ne sera pas aussi méthodiquement exposé aux minutes infernales, ce qui donne un peu plus de place à ses nouveaux ailiers pour respirer. Autre raison, donc, pour croire que Bournival et Sekac ont le droit de rêver à des minutes avec lui.
  • Galchenyuk est-il prêt? Il a fait des bêtises (sur le but de Ward, notamment), mais aussi quelques jeux brillants. Ce qu'on ne voit pas encore bien, c'est qu'il n'est pas qu'un fabricant de jeu, mais aussi un redoutable tireur qui va prendre sa dose de tentatives sur le gardien adverse. On a vu Pacioretty marauder, s'éloigner un peu du jeu pour se faire oublier alors que Parenteau et Galchenyuk animaient les séquences en fond de territoire. De quoi se faire accuser de jouer en périphérie, mais ce sont des bêtises, encore. C'est lui, sur un retour d'une belle chance de Parenteau, qui a eu la meilleure chance du CH hier. Mais Therrien est conservateur et déteste faire jouer un jeune "à risque" s'il a un vétéran plus limité, mais plus fiable sur son banc. C'est pourquoi le CH ne peut se permettre de signer Bouillon comme "police d'assurance" et c'est pourquoi Galchenyuk passera au centre le jour ou Desharnais cèdera sa place, par un échange ou par une mutation forcée à l'aile (je pense qu'il ferait des ravages à la gauche d'Eller et Bourque, Sekac ou Andrighetto, le meilleur des 3). J'ai de gros doutes sur la mutation forcée par Therrien.
  • Donc, si on suit ma logique, Bournival, Eller et Bourque sont la 3e ligne en ouverture de saison. Pas une bonne combinaison, manque un passeur pur sur ce trio (rôle que Gionta savait prendre avec Eller et Bourque). On verra.
  • Faut pas s’énerver pour rien avec Emelin. Il va être correct. Pas nécessairement très bon, mais correct. Subban va apprendre à le lire, comme il a appris à lire Gill à l'époque. Emelin est meilleur que Gill, Subban est meilleur aujourd'hui qu'en 2010-11. On se calme.
  • J'adore Gilbert. Il ne donne pas de "mises en échec" au sens canonique du terme, mais il joue continuellement de sa réelle force physique et de sa rapidité pour occuper le territoire au lieu de ses ennemis et il sait quand pousser efficacement pour tasser le monde. Je pense qu'on va être surpris des charges défensives accaparées par lui et Markov et je ne serais pas surpris de voir Therrien changer ses plans, l'associer à Emelin et leur donner un rôle similaire à Diaz et Gorges l'an dernier.
  • Tinordi n'est pas Beaulieu. Le beau Nathan est seul au monde sur le 6e échelon de la défensive. S'il repique quelques trucs de Gilbert (il n'a pas sa force, mais n'est pas faiblard pour autant), il pourrait monter très très vite.

samedi 2 août 2014

Subban, le Canadien et Galchenyuk

Les négociations contractuelles entre le Canadien et PK Subban font la manchette ces jours-ci. Au moment d’écrire ces lignes, on sait que Subban signera un contrat suite à la décision d’un arbitre, étape que tous disaient vouloir éviter. La chose cause donc un émoi considérable. Mais au centre de tout ce bruit, derrière les portes closes des salles de négociation, il y a le business, avec sa logique implacable.

Et lorsqu’on s’arrête à la logique des choses en mouvement, il n'est pas si évident que Subban comme Bergevin ont absolument intérêt à signer dès maintenant à long terme.

Tenons pour acquis que PK Subban cherche un contrat similaire à celui de Jonathan Toews. Ce dernier sera payé comme suit lorsque son nouveau contrat prendra effet en 2015-2016.


Toews a fait une fleur aux Blackhawks en signant dès cet été; le salaire annuel maximum est, pour la durée du contrat, l'équivalent de 20% du plafond salarial lors de la signature du contrat. Si, comme bien des gens le pensent, le plafond monte à 75 millions l'an prochain, c'est quand même quelques millions que Toews laisse ainsi filer.

La même logique vaut pour Subban. Je pars de deux hypothèses: premièrement, le plafond sera de 75 millions l'an prochain, 78 millions dans deux ans. Deuxièmement, peu importe que ce soit en arbitrage ou par le truchement d'un contrat, Subban obtiendra 7 millions cette saison et 9 millions l'an prochain. Selon l'année de signature, voici ce que donnes qu'un contrat structuré comme celui de Toews pour les saisons d'autonomie complète:


On peut chicaner sur le détail des chiffres, mais PK gagne beaucoup d'argent à attendre à l'an prochain, encore plus si son contrat ramasse les années payantes au début de l'entente et renvoie la saison moins payante en fin de contrat.

Et pour le CH? En gros, le rubicond est franchi, peu importe la saison de signature, Subban va "peser" pour plus de 10 millions sous le plafond. Alors, pourquoi retarder? J'ai ma petite idée. Reprenant les données publiées sur l'incontournable Capgeek, à une nuance près: j'enlève le contrat de Sekac du groupe des contrats de la LNH (je pense qu'il commence à Hamilton et que Bournival fait partie du groupe des 12 attaquants réguliers). Je reprends donc les 3 hypothèses ci-dessus et montre l'impact de chacune sur le plafond salarial du CH au cours des 3 prochaines saisons.



Bergevin n'a pas besoin de l'espace supplémentaire au cours de la présente saison, mais les choses sont différentes en 2015-16. En gros, il a alors 14 joueurs sous contrat et les contrats de Gallagher et Galchenyuk sont à renouveller. Bergevin peut faire comme avec Subban et leur imposer un contrat de transition (un "bridge deal"), ce qui permet alors probablement de faire rentrer tout le monde sous le plafond, mais il si un de ces deux jeunes connaît une saison du tonnerre, les choses peuvent se compliquer. Surtout dans le cas de Galchenyuk.

En effet, le contrat de Toews nous enseigne que les vedettes vont chercher à obtenir un maximum d'argent avant d'atteindre la trentaine. Dans le cas de Subban, d'avoir signé un contrat à rabais de deux ans semble rendre attrayant le fait d'attendre avant de signer un contrat à long terme, histoire d'augmenter le montant maximal qu'il percevra pendant ces 3 saisons payantes. Dans le cas de Galchenyuk, l'incitatif à s'approcher au maximum de l'autonomie complète avant de signer à long termes est encore plus fort: parce qu'il a commencé dans la LNH à 18 ans, il atteindra l'autonomie complète à 25 ans. C'est donc 5 saisons qu'il pourra monnayer au sommet de sa valeur avant d'atteindre le cap de la trentaine. C'est là un élément qui pourrait inciter Bergevin à donner à Galchenyuk un contrat à long terme dès l'an prochain.

Je ne pense pas que le statut de Galchenyuk influence la signature du contrat de Subban. Mais il sera intéressant de voir comment seront utilisés les "bridge deal" dans l'avenir. Pour la plupart des jeunes joueurs, il s'agit probablement de la meilleure façon de procéder. Mais pour les jeunes stars en devenir?

mercredi 2 juillet 2014

2 juillet: l'attaque

Le moins qu'on puisse dire, dans le cas de Marc Bergevin, c'est qu'il ne retombe pas dans les mêmes ornières. La construction de l'édition 2014-15 du CH avance à vitesse grand V et on ne s'est pas gêné pour déplacer quelques valeurs connues pour faire de la place aux suivants. C'est plus évident en défensive, mais c'est aussi le cas en attaque.

Salut, Capitaine...

Gionta est donc parti. Il était impossible de le signer au salaire et surtout pour la durée offerte par les Sabres. Ceux-ci sont, aujourd'hui, une meilleure équipe par la seule addition de Gionta, qui, s'il ne jouait plus en avantage numérique, a encore collé une quinzaine de buts à forces égales l'an dernier. On ne le dira jamais assez: marquer à forces égales est terriblement difficile dans cette ligue et Gionta, classé 76e de la LNH à ce titre. Les joueurs qui sont dans les mêmes échelles ne sont pas des pieds de céleri non plus. Gio en a encore dans le réservoir.


Parenteau et un invité mystère

J'ai discuté plus en détail du cas Parenteau dans cet article. Pour résumer: le CH hérite d'un joueur plus jeune et plus performant, capable de remplir un rôle (ailier droit offensif) que le joueur qui s'en va avait peine à remplir. Brière, qui comme on le voit dans le graphique ci dessus, n'était pas totalement dénué d'aptitudes offensives, était plus à l'aise à l'aile gauche ou au centre. Or, ces deux positions sont déjà richement dotées.

Faudra voir avec qui Parenteau finit par coller. Si Cole et Gallagher ont bien fait avec DD et Pacioretty, des types comme Ryder, Brière et Vanek ont obtenu des résultats en demi-teinte avec les deux sbires. Vanek a été plus productif, mais on dirait que, privés d'un ailier droit au style abrasif, DD et MaxPac perdent beaucoup de leur capacité à dominer au plan territorial. Parenteau, dont on dit qu'il possède un style similaire à Brière, peut-il coller avec ces deux-là? J'en doute, mais on verra à l'usage.

Si on tient pour acquis qu'Eller signe à 3 millions et Subban à 10 millions (je calcule large, je sais), on a le portrait suivant pour les attaquants (merci, CapGeek!):


Sekac va-t-il vraiment percer l'alignement? J'en doute. Les bons joueurs sont presque toujours repêchés et les "diamants cachés" sont la plupart du temps des zircons. À ce sujet, je vous souligne les réflexions très pertinentes de Martin Leclerc. Mais il y a une chose qui m'intrigue au sujet de ce Sekac. Les 30 joueurs les plus utilisés dans la KHL au cours de la dernière saison ont joué entre 21 et 18 minutes par match. Voici la page des 30 joueurs ayant obtenu un temps de glace par match similaire à Sekac:


Osala (27 ans), Ruzicka (30 ans) et Filatov (!) (24 ans) sont les seuls à s'approcher de Sekac aux points. Je note aussi que 8 de ses 11 buts sont à forces égales et qu'à 13.6%, son taux de conversion n'est pas transcendant. Entendre par là qu'il semble, je dis bien semble, être passablement productif à forces égales dans la KHL. Idéalement, on l'enverrait, lui et De la Rose, à Hamilton pour un moment, le temps de voir si Andrighetto ou Christian Thomas sont capable d'accrocher un poste de top-9. Mais si on veut l'essayer à la droite de l'autre tchèque de Kladno, pourquoi pas?

Autre élément important: Bergevin semble décider à lancer la transition du noyau du club à marche forcée. On parle donc d'un contexte où on se débarrasse de vétérans pour faire de la place aux jeunes. L'éléphant dans la pièce, ici, c'est le passage de Galchenyuk au centre.

Personnellement, je considère que la meilleure façon pour le club d'effectuer ce passage reste de mettre Eller à l'aile de Plekanec et Galchenyuk au centre de la 3e ligne. Mais Arpon Basu (de LNH.com) a soulevé l'hypothèse suivante sur Twitter, alors même que j'écris ce billet (ce qui m'impose de réécrire ledit billet à la volée):
Est-on, avec Plekanec, dans une situation similaire à celle de Gorges? Je dois l'admettre, l'hypothèse est fascinante. Plekanec a 31 ans et encore 2 ans à son contrat. Il ne s'améliorera pas, la question est plutôt de savoir s'il va régresser rapidement. Dans le cas de Gorges (on y reviendra en abordant la défensive dans un autre billet), il est évident que l'âge a joué en partie dans son départ. Plekanec, par contre, est une bestiole différente. Gorges a joué dans les minutes dures avec Subban, mais pas sans lui. Plekanec, peu importe ses ailiers, a joué dans les minutes dures et on a attends de lui qu'il contribue dans les 3 zones, dans les 3 situations. Encore là, ça n'était pas le cas avec Gorges.

Eller a bien vu son rôle augmenter en séries, mais est-on pour autant prêts à lui donner ce job? Si on prend Desharnais/Galchenyuk/Eller comme ligne de centre, ce dernier voudra peut-être, à l'image de Jordan Staal, aller voir ailleurs pour jouer dans un top-6 lorsqu'il deviendra autonome. Plekanec, par contre, a les aptitudes pour devenir (si tant est qu'il vieillisse comme Saku Koivu, pour mettre ça au plus rose) un excellent 3e centre qui acceptera son rôle.

Alors, qui échanger? Comment compléter le tableau? Bergevin, on l'a vu avec Gorges, n'est pas que prêt à bouger, il n'a pas peur de brasser la barque et tasser du monde.

À mon tour de spéculer. Des 3 centres actuels, Eller est de loin celui qui a le plus de valeur. Je regarde Edmonton flagosser avec Yakupov et c'est plus fort que moi: est-ce que le grand Danois peut servir de pièce maitresse pour réunir Yakupov et Galchenyuk?

C'est l'été, y fait chaud, on jase, là...

dimanche 29 juin 2014

1er juillet: les attaquants

La défensive est donc à peu près complète. Reste, à la limite, à trouver un défenseur droitier qui saura prendre le job de #4 en cas d'urgence et qui autrement accompagnera Tinordi et Beaulieu au cours de leur première saison complète (en colocation, quand même).

Avant de passer aux attaquants, un autre point, au sujet de la défensive. Mon article sur Markov souligne que ce dernier est encore diablement performant en zone neutre et en zone offensive, mais qu'il en a manifestement perdu en zone défensive et en désavantage numérique. Un droitier qui complèterait Gorges en zone défensive serait donc vraiment l'idéal. Markov et Subban prendraient les minutes dures et une surdose de mises en zone offensive et Emelin accompagnerait Beaulieu (qui a de l'avance sur Tinordi). On avait bien essayé Emelin avec Gorges, mais les résultats avaient été catastrophiques. C'était quand même au retour de blessure d'Emelin, on devrait peut-être réessayer? L'idée, ici, c'est qu'il est contre-productif de se priver du punch offensif que Subban et Markov créent en zone neutre et en zone offensive, Bergevin doit trouver le moyen d'aider Therrien à réunir ces deux-là. Bref, fin de la parenthèse.

Le tableau des attaquants est beaucoup plus flou. De l'indispensable CapGeek:


17 millions pour signer Subban, Eller, Gionta et un autre défenseur. Ramassez ça comme vous voulez, ça passe pô. L'aile gauche est une position relativement bien nantie. À mon sens, Bournival est à Bourque, Galchenyuk est rendu capable d'accompagner Plekanec et Bourque, si on le tient loin des meilleurs défenseurs adverses, peut encore donner un coup de main. Reste qu'entre Bourque, Brière, Moen et Prust, c'est un abominable 11.5 millions de coulé dans des joueurs qu'on ne veut pas voir dans le top-6. C'est effroyablement inefficace, particulièrement dans le cas de Brière et Bourque.

Qui doit-on ramener? Pour faire quoi? Le fait est que Therrien, avant de se décider en fin de saison (et encore...) a beaucoup brassé la soupe parmi les attaquants, beaucoup plus qu'en défensive. Le tableau suivant montre qui a joué avec qui:

On a donc quelques combinaisons:
  • Plekanec / Gionta
  • Desharnais / Pacioretty / (Gallagher-Vanek)
  • Eller / Galchenyuk / (n'importe qui pis son beau-frère)
  • White / Moen / Bournival
D'autres éléments ressortent d'emblée:
  • Brière a pas mal joué avec Plekanec et Eller, peu avec Desharnais. Pourtant, c'est avec ce dernier qu'on le voyait en début de saison.
  • Desharnais a quand même joué 200 minutes avec Bourque. On ne s'en souvient plus parce que c'était en début de saison, quand Therrien brassait la soupe.
  • Louis Leblanc a essentiellement joué avec Desharnais! Ça, je ne m'en souvenais vraiment pas... Desharnais / Bourque / Leblanc sont le trio le plus utilisé par Therrien, mais ça remonte à la blessure de Pacioretty, fin octobre, contre les Rangers, contre Dallas, puis contre Minnesota (ça, c'est le match perdu à cause de Parros). Pacioretty revient contre l'Avalanche et Leblanc se retrouve à l'aile gauche de White et Parros. Tu parles...
Tout ça pour dire, 4 trios, articulés autour de Plekanec, Desharnais, Eller et White, avec quatre rôles à remplir:



Vert = minutes dures, Rouge = minutes molles.
  • Lorsqu'on parle d'échanger Plekanec, rappelez-vous cette belle grosse ligne verte qui coule de Plekanec, presque ininterrompue, à travers les 12 ailiers les plus utilisés. Plekanec lève de la fonte, beaucoup de fonte, encore et toujours, et il le fait avec n'importe qui (sauf Pacioretty, mais ils ne se sont presque pas vu). Est-il le meilleur à ce job? Probablement pas, mais il le fait. Le jour où on le sort de l'alignement (pour faire de la place à Galchenyuk, mettons...) ça prend quelqu'un pour ramasser ces tâches ingrates. Eller, qu'on voit tous à sa place, n'a au bout du compte vraiment joué dans ce genre de minutes qu'avec Gionta, même pas 200 minutes. On peut bien supposer qu'il peut le faire, mais on ne le sait pas.
  • Autre élément dans le cas d'Eller: il n'a collé que 21 points à forces égales, notamment à cause d'un effroyable taux de conversion inférieur à 6%. Il va faire mieux l'an prochain, possiblement beaucoup mieux si on lui donne des ailiers qui ont un minimum de talent. De l'attaque provenant de la 3e ligne, c'est important et Eller est capable de fournir.
  • Desharnais ne joue pas dans les minutes molles, mais pas dans les dures non plus, on lui demande de générer de l'attaque avec Pacioretty. Si tant est qu'on cherche un spot au centre pour Galchenyuk, c'est le job de DD qu'on devrait lui donner. Je doute fortement qu'on en soit rendu là.
  • White est un pur bouche-trou, à preuve, il a perdu son job au profit de Brière. Ça n'est pas nécessairement une bonne nouvelle. Si on donne à Brière ce dont il a besoin, soit des mises en zone offensive, c'est qu'on en enlève à Desharnais et un peu aussi à Plekanec et Eller, qui pilotent selon toute vraisemblance des trios vachement plus aptes à produire. À moins de le coller à l'aile d'Eller, la situation de Brière est plutôt compliquée. Beaucoup de bois mort dans le fond de l'alignement.

Après les minutes dures, les mises en jeu.


L'équipe ayant connu une mauvaise saison au plan territorial, pas de miracles à attendre.
  • Ce que je disais plus haut au sujet de Plekanec? L'équipe a obtenu 47% de ses mises en jeu en zone offensive, Plekanec 43%. Notez particulièrement les jobs ingrats demandés à Moen et Prust en sa compagnie. Desharnais, on le voit ici, est celui qui est chargé d'animer l'attaque.
  • On voit bien le changement de rôle d'Eller au fil de la saison: en début de campagne, on lui demande de faire le job de Desharnais avec Gallagher et Galchenyuk. Ça impliquait de demander à Desharnais de prendre des minutes plus neutres, jamais une très bonne idée. Après, on l'a enterré. Une autre raison pour laquelle on ne doit pas s'inquiéter de son manque de production en saison régulière, selon moi.

 Enfin, les différentiels de tirs vers le filet.
  • Côté attaque, c'était Gallagher/Desharnais/Pacioretty et après, le déluge.
  • Plekanec, malgré les minutes dures et la surdose de mises en zone défensive, tape à peu près la moyenne du club. C'est pas mal. Je note l'abominable résultat obtenu en compagnie de Bourque, qui est pour beaucoup dans le fait que je radote continuellement que ce dernier n'est pas fait pour les job sales.
Que faire de tout ça? Bergevin va certainement re-signer Eller, mais si tant est que le Danois demande 3 millions et Gionta un montant similaire, avec Subban qui va fort certainement aller chercher 9, si ça n'est 10 millions, ben la marge de manoeuvre est pour le moins limitée pour ce qui est du reste.

Bergevin doit en fait trouver le moyen de dégotter un, sinon deux ailiers droits. Brière et Bourque peuvent faire la job avec Eller, surtout si on pratique une certaine alternance avec Weise, mais bien honnêtement, il n'y aura pas de miracles. Dans un monde idéal, on se débarrasse de Bourque et Brière, Bournival monte à la gauche de Plekanec ou Eller, Gionta revient et on trouve un autre ailier droit. Grosse commande. Mission impossible, en fait.

Sinon, on doit tenter de combler un poste d'ailier droit à partir de ce qu'on a dans le club-école. Gallagher a bien fait avec Plekanec, il est selon moi parfaitement capable de suivre le #14 dans les minutes dures. Desharnais et Pacioretty, on l'a vu, prennent beaucoup de mises en zone offensive et ne jouent pas nécessairement toujours contre les meilleurs éléments adverses (qu'on envoie souvent dans des missions plus offensives). Une situation dans laquelle on pourrait, si on croit qu'il a monté des marches, mettre à l'essai Andrighetto. Mais ça n'arrivera pas, du moins pas en début de saison.

Bergevin n'a pas encore commencé à bouger et, avec un plafond à 69 millions, les partenaires de danse ne sont peut-être pas si nombreux. S'il ne réussit pas à dégager des salaires rapidement, des jeunes (ça vaut aussi pour Pateryn à la défense) auront leur chance plus rapidement qu'on ne pourrait le croire.

1er juillet: la défensive

J'ai discuté en détail, sur LNH.com, du retour de Markov. Reste à savoir ce qui s'en vient à partir du premier juillet.

Le retour de Markov, aux côtés de Subban, Gorges et Emelin, laisse entrevoir une certaine continuité dans la défensive du CH. C'est pure illusion d'optique.

La brigade défensive du CH a beaucoup bougé au cours de la saison, à cause des blessures, et la forme finale de la chose était probablement un compromis. D'un côté, Tinordi et Beaulieu ont connu une ascension tranquille, pour ne pas dire décevante. C'est à mon sens dû à une erreur de Bergevin, qui a signé Douglas Murray pour donner à Michel Therrien un vétéran "défensif et robuste". Un pylône, quoi. Normalement, le brave Douglas aurait commencé la saison avec le CH, puis se serait fait voler son job par un jeune quelque part au mois de décembre ou janvier.

Therrien nous a bien montré l'an dernier qu'il est incapable d'évaluer correctement ce genre de joueur et qu'il va insister pour les envoyer sur la glace, au détriment du bien-être l'équipe. Il l'a montré deux fois plutôt qu'une, en envoyant encore et encore Murray sur la glace (jusqu'à mettre en péril la série contre les Bruins), mais aussi en insistant pour tirer Emelin aux fauves dès ses premiers matchs de retour d'une grave blessure au genou. On l'a vu, par exemple, dans ce match contre les Devils au début du mois de décembre. Bien qu'il ait Bouillon en santé, Diaz dans l'alignement, Therrien insiste pour envoyer Gorges et Emelin contre les meilleurs trios des Devils, ce qui se termine évidemment dans le sang et les larmes (les miennes, en tout cas).

De manière générale, la gestion de la brigade défensive du CH sera, entre le moment où Murray commence à jouer et celui où Bergevin va chercher Weaver, d'une ahurissante stupidité, le point culminant étant bien entendu cette décision, extraordinaire, tout simplement extraordinaire de s'en aller jouer à Pittsburgh avec Markov/Subban, Gorges/Beaulieu, Murray/Bouillon comme brigade défensive (et, oui, c'est bien Beaulieu qui jouait à droite). J'en ai braillé un billet qui me fait aujourd'hui beaucoup rire et, comme de raison, le CH s'est fait ramoner 5-1. J'écrivais alors ceci:

"C'est ce que la glissade actuelle du club a de vraiment inquiétant: elle ne semble pas découler de blessures ou d'autres facteurs externes, mais bien d'un décrochage graduel, mais irrémédiable entre les attentes des entraineurs et les capacités des joueurs. Si c'est vraiment le cas, on n'est pas sortis du bois."
C'est donc le premier objectif de Bergevin pour la suite des choses: ne plus signer de défenseurs médiocres réputés pour leur robustesse, parce qu'on sait que Therrien va, au-delà de toute raison, insister pour les faire jouer.

C'est vraiment très important. C'est la chose à surveiller, d'ici la fin de l'été. C'est une chose de voir le club en arracher parce que des recrues pissent le sang sur la 3e paire. Ça en est une autre quand l'hémorragie est due à des vétérans vissés au plancher (dans tous les sens du terme). Parce que le CH a besoin de savoir ce que Tinordi et Beaulieu peuvent donner dans cette ligue, et ils ont besoin de le savoir plus tôt que tard.

En effet, si Emelin et surtout Subban sont encore jeunes, Markov va probablement disparaître au cours de son prochain contrat. Et Gorges, qu'on adore tous, va peut-être bientôt devoir changer de rôle. Les défenseurs défensifs de son genre perdent souvent rapidement de leur superbe une fois le cap de la trentaine passé (Murray, qui n'a jamais été Gorges mais qui a su être efficace à sa façon, a sombré corps et biens à 30 ans). Bref, ça fait possiblement deux trous à gauche dans le top-4 dans les 3 prochaines années. Si Beaulieu et Tinordi sont des top-4, pas de problèmes, mais sinon, faut bouger.   Donc, pas de pylône dans le chemin des jeunes, de grâce, parce qu'ils empêchent l'équipe de savoir à quoi s'en tenir pour la suite des choses.

La brigade a beaucoup bougé, donc, et on peut ramasser ces mouvements en quatre séquences, les charnières étant ces moments où Emelin arrive, puis lorsqu'il change de rôle et enfin lorsque Gorges se blesse. On voit alors mieux quels outils le top-4 actuel offre à l'équipe.


On l'oublie un peu avec le temps, mais la blessure de Gorges a, au mois de mars, sérieusement torpillé la défensive du CH, alors que Subban réuni à Bouillon ne peut faire tout le travail (Tinordi ou Beaulieu avec 30 matchs d'expériences aurait eu là une belle occasion de montrer ce dont ils sont capables, mais je radote, excusez-le) et qu'on doit par conséquent donner plus de minutes dures à Markov et Emelin. Évidemment, ils boivent la tasse.

Le défi de Bergevin est de trouver un défenseur droitier qui pourra faire un job honnête en l'absence d'Emelin ou Subban (Weaver était clairement dépassé contre des top-9) et qui saura autrement aider Tinordi et Beaulieu à se faire les dents. Gorges et Emelin ne peuvent jouer ensemble, ce qui condamne le top-4 à la configuration qu'on a vue au cours des séries. C'est loin d'être idéal. Si l'épisode Diaz/Gorges du début de saison nous a montré quelque chose, c'est que Gorges, pour peu qu'on lui donne un partenaire mobile et habile avec la rondelle, peut ancrer un très bon duo défensif en appui à Markov et Subban. Un défenseur de ce type permettrait donc d'accompagner correctement les deux jeunes (dans des assignations qui seraient fort probablement marquées par une large dose de mises en zone offensive) et, en cas de besoin, pourrait constituer un duo défensif d'urgence avec Gorges. Pas besoin d'une vedette, idéalement quelqu'un qui ne demande pas plus de 2 millions par saison.

Raphaël Diaz, par exemple.

dimanche 20 avril 2014

Canadiens-Lightning, matchs 1 et 2

Je n'écris pas beaucoup par ici pour une raison fort simple: outre ma chronique bi-hebdomadaire, je publie des analyses de chaque match dans La Presse+.

Pour ceux que ça intéresse, voici un lien vers l'analyse du premier match et sur l'analyse du deuxième match. La clé de ces deux parties fut, comme je l'explique dans ces deux papiers, l'utilisation faite de Stamkos par son entraineur John Cooper.

Le CH a aussi une grande part de mérite dans ces deux victoires et, comme je le souligne dans ma chronique d'aujourd'hui sur lnh.com, on doit regarder du côté des choix de personnel pour trouver l'explication. En gros: les joueurs sélectionnés par Michel Therrien ne sont pas justes "plus rapides", ils sont surtout de meilleurs joueurs de hockey.

Parce qu'ils ne rentrent pas dans La Presse+ (y font pas encore des iPad 21 pouces, que voulez-vous), voici les tableaux des confrontations des deux premiers matchs.

MATCH #1



MATCH #2
Oui, je sais, Kostka est avec les attaquants. J'avais pas envie de refaire tous mes tableaux parce que Cooper a décidé de strapper Sustr au dos de Carle de temps à autres... L'avait qu'à faire jouer Tom Pyatt, bon. Voilà, c'est dit (et mon statut de fan de Tom Pyatt qui ressort au grand jour... ahlàlà).




samedi 12 avril 2014

21196: Islanders 2 Montréal 0

On est à terminer les derniers aménagements en attendant de passer aux "vraies affaires", pour reprendre une expression à la mode. Le club ne s'est pas vraiment présenté (c'est poche à dire, mais c'est ça) et au bout du compte, seul le duo Subban-Gorges a tiré un match sur le sens du monde.

Je note, en ce samedi midi, que Therrien revient à la charge pour ce soir avec le trio Gionta/Plekanec/Gallagher, une combinaison sortie de nulle part à sa face même incompréhensible. Vanek n'a jamais joué à droite, Gionta n'a jamais joué à gauche. Si on est pour avoir ce groupe de joueurs dans le top-6, pourquoi pas alors mettre tout le monde à sa position et rouler Vanel/Pleks/Gallagher, Pacioretty/Desharnais/Gionta? Le trio de DD a encore jeudi prouvé qu'il est un pur danger dans sa zone et je ne suis pas du tout convaincu de la viabilité de la chose. Tampa est magané, alors on verra.

Aussi, semble que Bouillon prendra la place de Douglas Murray. Est-ce là une indication de la formation appelée à commencer les séries? La présence de Bouillon est plus intelligible que celle de Murray. Enfin, on a rappelé Blunden pour prendre la place de Parros. Le gros Mike est un joueur dépourvu de talent, mais il peut jouer n'importe où à l'avant et possède un utile sens du devoir défensif. Il cadre fort bien avec White et Bournival.

On pourra quand même s'étonner de ne pas voir Leblanc rappelé. C'est bête à dire, mais le beau Louis semble tombé entre les craques. Leblanc était premier marqueur de Hamilton à forces égales à la mi-saison, résultat intéressant sachant qu'on le faisait jouer sur la 3e ligne. Les choses se sont gâtées depuis et il n'a cumulé de 6 points à forces égales au cours des 37 derniers matchs. Celui qui a de loin mené le club à ce chapitre en deuxième moitié de saison, Sven Andrighetto, est loin devant Blunden (12 points) et St-Pierre (13 points) avec 21 points, mais il n'est ni joueur défensif, ni ailier droit. Donc, Blunden. Je trouve personnellement la chose regrettable pour Leblanc. J'ai bien cru voir un joueur de la LNH lors de ses brèves apparitions en 2011-2012, mais il faut se rendre à l'évidence. Le type est un joueur de l'ancienne administration et ne cadre tout simplement pas dans la philosophie actuelle de l'équipe. On lui souhaite bonne chance pour la suite des choses.

On peut citer à l'envie l'émergence de Galchenyuk et de Gallagher, un peu aussi celle de Bournival (quoi qu'on le sous-utilise), mais, à voir comment Tinordi et surtout Beaulieu n'ont jamais réussi à se tailler une place alors que Douglas Murray mangeait 760 minutes de temps de glace, Bouillon un peu plus de 900... Therrien semble terriblement entiché de ses vétérans, une attitude porbablement compréhensible de la part d'un coach qui écoule sa dernière année de contrat.

(En fait, on m'indique que Therrien est à l'avant-dernière année de son contrat. Bah.)






mercredi 9 avril 2014

21190: Montréal 2 Chicago 3 (P)

Un match contre les Blackhawks, même maganés, c'est un peu la fête. Leur défensive est complète, mais l'attaque travaille sans quelques gros morceaux, Kane et Toews au premier plan. Quand même, par désoeuvrement j'ai écouté le match Chicago-St-Louis de dimanche dernier, match dominé par les Hawks. On y voyait nettement apparaitre la fondation de ce qui permet aux Hawks d'être une puissance de la ligue par les temps qui courent: une défensive versatile et mobile.

Très souvent, lorsque l'adversaire sort de sa zone, les défenseurs des Hawks prennent contact avec l'adversaire dès la ligne du centre et reculent avec leur homme. Ce genre de manoeuvre n'est réalisable que par des patineurs agiles et il permet, en ralentissant les montées à travers la zone neutre, aux attaquants en repli défensif de rattraper plus rapidement leurs adversaires. Autre fait notoire du jeu prôné en zone neutre par Chicago, les attaquants sont la plupart du temps à se replier à deux (et non à un joueur coupant le centre entre les défenseurs), ce qui enlève encore plus d'espace aux adversaires.

Le CH a eu quelques difficultés à tenir contre ça et seule la belle tenue de Budaj les a sauvés, du moins jusqu'en prolongation. Notons deux vols de Crawford contre Pacioretty, mais au total, si le CH n'a pas été déclassé, il n'a jamais eu l'avantage après la première période.

  • La perte de Galchenyuk dès sa première présence a fait dérailler les plans de Therrien, déjà compliqués par le retrait d'Eller. Après avoir flagossé un peu avec Weise à la gauche de Pleks et Gallagher, le coach s'est fixé sur Gionta. Choix surprenant, mais le fait est que Plekanec courait après Hossa et Sharp, on comprend donc le désir de mettre un vétéran. Reste que personnellement j'aurais essayé Bournival. Au-delà des buts accordés, match passablement difficile pour ce trio, surveillé de près par Keith et Seabrooks.
  • Principalement accoté à Nordstrom, Kruger et Bollig, le trio de Desharnais a su convertir une poussée aux mises en jeu en avantage réel aux tirs. Un peu plus juste aux chances, mais le travail était fait. C'est d'autant plus encourageant qu'ils ont beaucoup vu Hjalmarsson et Oduya, les deux spécialistes de la couverture défensive des Hawks. S'ils se placent à forces égales, c'est de bon augure. Quand même, temps que la saison finisse ou que Pacioretty marque son 40e, parce que les deux autres le cherchent constamment.
  • J'ai beaucoup aimé Brière avec Bourque et Gionta, un peu moins Bourque, Brière et Weise, mais ce dernier a marqué un but, alors... C'était un trio à risque, parce qu'en début de match, Quenneville cherchait à leur coller le trio de Hossa, avant d'accepter la confrontation avec Plekanec en milieu de match.
  • White qui ramasse une rondelle sur le poignet, mais il a fini le match. Beaucoup de glace pour Weise, donc, et un peu moins pour Bournival. J'aimerais (je me répète) que le coach donne plus de place au #49, qui est plus habile avec la rondelle et plus efficace en échec-avant que le gros Weise, mais Michel aime ses gros joueurs intenses.
  • Le retour de Gorges/Subban, enfin. Les trois duos ont joué un temps à peu près égal et personne n'a semblé braqué sur qui que ce soit, bref on tournait les duos un à la suite de l'autre sans se casser les pieds, sauf de rares exceptions. PK et Gorges ont pris quelques mises en zone défensive de plus, quand même.
  • Weaver et Tinordi ont encore une fois connu un très beau match: maigre déficit aux chances, ils n'ont été sur la glace que pour 7 des 43 entrées de zone en contrôle de rondelle des Hawks en obtenant le tiers du temps de glace à forces égales. Un travail effacé, mais efficace.
  • Plus pénible pour Beaulieu et Bouillon, qui ont souvent donné la ligne bleue au porteur de la rondelle. On n'attendait pas de miracles, mais le #40 a fort bien fait, se permettant même une chance de marquer. Je ne comprends pas pourquoi on persiste à ne pas faire jouer Beaulieu régulièrement. Il travaille simplement, ne fait pas de jeux risqués et fait avancer la rondelle plus souvent qu'à son tour. Il n'est pas terriblement physique, mais pas dédaigneux du travail dans les tranchées non plus, ce qui me porte à croire que l'aspect brasse-camarade du métier va lui venir avec le temps.