mardi 1 septembre 2009

Tirs contre et pourcentage d'arrêt

Discussion intéressante avec Timo Seppa sur son blogue, au sujet de l'influence que le pourcentage d'arrêts peut avoir sur la fiche défensive d'un joueur. Pour résumer ce que j'ai déjà discuté, il semble que certains joueurs vont, au cours d'une année donnée, voir le pourcentage d'arrêts lorsqu'ils sont sur la glace différer significativement du pourcentage d'arrêts de l'équipe en général. Cette discussion suit un article que ce même Seppa a fait paraître sur puckprospectus.

Il y présente un nouvel indicateur permettant de juger de la qualité d'un joueur, en s'attardant au jeu à forces égales, plus précisément aux buts pour et contre en fonction du temps de glace. Si les conclusions sont intéressantes et généralement crédibles, j'ai quand même décidé faire faire un autre tour à mon rouet favori, soit le caractère semble-t-il passablement aléatoire du pourcentage d'arrêt lorsqu'un joueur donné (autre que le gardien, bien entendu) est sur la patinoire.

Voici, pour commencer, la liste de 50 joueurs ayant à ce titre le plus clairement bénéficié d'un pourcentage d'arrêts favorable par rapport à leur équipe. Les tableaux sont classés en fonction des buts "économisés" ou bien "dépensés" selon que le joueur a bénéficié d'un pourcentage favorable ou non.



Voici le même tableau, mais pour les 50 derniers:




Ceux qui ont lu les articles de Seppa noterons que le jeune Berglund, qui arrive en tête du classement par ESTR (Even Strength Total Rating) de Seppa, se situe tout au sommet de la première liste, et pas à peu près. Si j'ai mis les 50 premiers et derniers joueurs dans cette liste, c'est qu'ils représentent ceux qui se situent au-delà du 95ème centile (dont la valeur est de 10,6) ou en deça du 5ème (valeur de -4) pour la saison 08-09. À 21 buts, Berglund est littéralement dans la stratosphère. À -10 en 25 matchs, Sobotka est tout aussi stupéfiant.

Sans remettre en question l'indice de Seppa, il me semble qu'encore ici, un indicateur fondé sur les buts marqué montre une certaine vulnérabilité face à ce qui semble être une variation aléatoire.

On en revient toujours à la mythique capacité d'un joueur à influencer la qualité des tirs aux buts pris contre son équipe. Je suis prêt à admettre qu'il soit possible d'identifier pareille aptitude chez des défenseurs, pour la raison: ils passent beaucoup plus de temps sur la glace que les attaquants, et contrairement à ceux-ci, leurs présences ne peuvent généralement prendre fin lorsqu'une attaque de l'adversaire est imminente. Ils sont donc exposés systématiquement exposés aux séquences offensives de l'adversaire.

Mais, ceci étant dit, je n'ai pas encore vu de démonstration convaincante quant à la capacité d'un défenseurs d'influer significativement en bien ou en mal sur la qualité des tirs pris par l'adversaire. En fait, pour couper les cheveux en quatre, je crois qu'un système de jeu peut influer sur la qualité des tirs donnés à l'adversaire, mais pas un joueur en particulier. L'influence des défenseurs pris individuellement se fait plutôt sentir en ce qu'ils ont une plus ou moins grande capacité, à l'intérieur d'un système donné, d'empêcher l'adversaire de prendre des tirs.

Bref, le système peut avoir une influence sur la qualité, le personnel sur la quantité.

Mise à jour: J'ai ajouté, pour les cas ou je pouvais faire correspondre, les indice que qualité des adversaires affrontés. À vue de nez, je ne vois pas trop de pattern... Faut aussi faire attention avec le Qualcomp; ça ne permet pas de comparer les joueurs de différentes équipes directement; ça permet surtout d'évaluer ou le joueur se situe par rapport à ses coéquipiers en matière de qualité des adversaires.

4 commentaires:

Shoulton a dit…

En fait l'idéal serait de voir sur une longue période l'évolution d'un joueur donné pour voir s'il y a une certaine constance d'une année à l'autre, ce qui est évidemment impossible avec le peu de données dispos dans le passé.

On peut imaginer sinon qu'il y a un aspect psychologique qui, dans certaines situations, pourraient entrer en compte. Lire : "J'ai Lidstrom devant moi, je peux me permettre d'être plus insouciant sur mes retours et me concentrer sur le premier arrêt", par exemple, ce qui ferait augmenter le pourcentage d'arrêt sur le premier tir.

Faudrait sinon aussi voir le lien entre la qualité des joueurs affrontés et le pourcentage d'arrêt, bien que rien n'indique dans les listes présentes que les joueurs désavantagés soient susceptibles d'affronter de façon régulière les meilleurs éléments du club adverse.

Olivier a dit…

Le problème, présentement, c'est que c'est vraiment, vraiment difficile d'aller chercher les données historiques.

Techniquement, on a le Play by Play, qui nous permet de voir ces données-là, depuis le lock-out. Mais ça n'est disponible qu'en pages html bancales, un format d'une parfaite et absolue inutilité. Quel intérêt après tout de diffuser ça si ce n'est que pour que ça soit mis dans des bases de données et traité?

La LNH me rappelle présentement le baseball majeur du début es années 2000...

Sinon ça, je ne crois juste pas qu'on ait les données pour évaluer... Et juste pour bien faire Ferrari a flushé le script 07-08 de timeonice.com. Oh well...

Pour ce qui est de la qualité des joueurs affrontés, le "Qualcomp" de Desjardins ferait déjà quelque chose de bien, puisqu'il noie, je crois, assez efficacement les distorsions que je démontres ici. Je soupçonne que le Qualteam est problématique par contre.

Je vais essayer de mettre ça à jour.

Shoulton a dit…

Autre donnée qui pourrait peut-être mener à quelque chose, la quantité de tirs reçus sur 60 minutes pendant qu'un de ces joueurs est sur la glace, qui pourrait être comparé à celle de son équipe, exemple.

Olivier a dit…

J'ai aussi accès à ces données (et vous tous aussi, via behindthenet.ca, plus précisément la section On Ice/Off Ice), mais je n'en rajouterai pas sur cette série-ci.

Mais la question de la comparaison des tirs au buts est à faire à partir du moment où on postule ce que je postules. T'auras compris que j'ai écrit mon texte d'un jet, que ma conclusion a été écrite en dernier et que, par conséquent, c'est incomplet.

Je n'ai présentement pas de bonnes données aisément manipulables quant au temps de glace, ce qui me limite dans mes analyses. Mais j'ai pas mal de stock sur le reste, notamment sur les mises en jeu. Je vais brûler quelque cartouches sur ces dernières, et après on verra.