mardi 30 juin 2009

Gomez

Bon. Bob est parti sur la brosse?

Vite de même, on dirait bien qu'il a décidé qu'il ne pouvait se permettre d'entamer ses recherches d'agents libres sans un véritable joueur de centre #1. On peut s'obstiner longtemps sur le sens de l'expression #1, mais Gomez ressemble à ce que Koivu nous offrait à ses meilleures années, soit de la vitesse, une défensive honnête, une production offensive basée sur sa capacité à faire produire ses ailiers grâce à d'excellentes passes; c'est du moins ce que les descriptions glanées à gauche et à droite (voir James Mirtle et Mathias Brunet) nous laissent deviner. Koivu ayant passé l'essentiel de son dernier contrat à attendre après Ryder et à désespérer qu'Higgins lève la puck, c'est sûr qu'au bout du compte le résultat n'est pas riche.

La première grosse différence lorsque l'on regarde Gomez, c'est certainement le salaire. À 7.3 millions par année contre le plafond, c'est cher payé le fin passeur qui marque 16 buts par année. Mais on va quand même attendre un peu avant de trop s'énerver. En gardant à l'esprit que Bob, avec 26 millions (et ça c'est sans parler du possible dompage de gars comme chose, là, Metropolit) à dépenser, est encore l'un des (sinon le, je suis pas sûr) DG qui a le plus d'argent en poche, regardons ce que Gomez a affiché comme performances l'an dernier comparativement à Koivu et Plekanecs, les deux joueurs qu'il remplace-déplace.



J'utilises encore ici les Corsi pour une raison fort simple: le différentiel de la somme des tirs au but tentés lorsqu'un joueur est sur la glace est un des bons indicateurs dont on dispose pour apprécier la capacité d'un joueur ou d'une équipe à contrôler le disque en territoire adverse, capacité qui reflète essentiellement la capacité d'une équipe à dominer ses adversaires. Les Rangers sont à ce sujet une équipe intéressante: Leurs pourcentages de réussite sur les tirs aux buts sont, de manière générale, parfaitement médiocre; c'était aussi le cas en 2007-2008
La comparaison n'est pas très gentille pour Koivu et Plekanec, je le concède, mais elle vise d'abord et avant tout à montrer comment le CH était, à forces égales, une équipe sous la moyenne et comment Pleks et Koivu faisaient comparativement bonne figure.

Ceci étant dit, les chiffres concernant Gomez sont fort intéressants. Premièrement, il mange beaucoup plus de temps de glace, soit près de 16 minutes par match, et semble se débrouiller contre une forte opposition (à égalité avec Chris Drury chez les rangers l'an dernier). C'est en partie l'effet Tortorella, entraîneur qui utilise à outrance ses meilleurs éléments, mais ses précédentes saisons avec les Rangers et les Devils le situent quand même systématiquement au-delà des 14 minutes par match à forces égales, systématiquement dans le top 30 (en fait top 15 depuis les 4 dernières années). Le dernier joueur du Canadien à avoir éclipsé la marque des 14 minutes par match à forces égales est Koivu en... 2003-2004...

Deuxièmement, Gomez semble vraiment capable de faire pencher la glace du bon bord. Je me permet de citer un blogueur que
j'aime beaucoup, The Hockey Rodent. Commentateur dévoué aux Rangers, le Rodent s'est fendu hier d'un billet clamant son extase face à l'échange conclu par Sater et Gainey. À son sens, Gomez n'est bon qu'à deux choses: gagner des mises en jeu et "carrying the mail 120 feet", c'est-à-dire prendre la rondelle dans sa zone et l'emmener en zone adverse. Les défauts sont au nombre de 4: peur du contact physique ("pussy"), n'est franchement pas bon comme marqueur, incapable de produire une fois rendu en zone adverse, pas très bon sur le jeu de puissance. Bref:

Gomez was a second- or third-line center making marquée dough. In a salary-capped league, this made his presence detrimental to the mission.


Or, quoi que les informations restent contextuellement parcellaires, il semble quand même que Gomez, encore dans la force de l'âge, soit capable de générer de l'attaque. Les fiches comparées des ailiers auxquels il fut le plus souvent associé nous laisse entrevoir que, sur le strict temps de possession, il semble capable de maintenir son niveau de performances. J'avoue par contre que la comparaison reste partielle; est-il favorisé par la présence de Stall et Redden? Semble pas non plus. En fait, l'ampleur de l'impact que Gomez semblait avoir sur l'attaque des Rangers me sidère. Je crois honnêtement que ces jolis chiffres que j'ai bizounnés sont tout simplement erronés.

En fait, si j'ai généralement une bonne opinion du Rodent, son billet arguant que Gomez est moyen sur la foi du fait qu'il n'a pas de guts m'a semblé plutôt fantaisiste. Les données que j'expose ici semblent me donner raison, mais, encore une fois, pas sûr que ce ne sont pas mes indicateurs qui ne valent rien. Si, par contre, le Rodent est dans le champ, si mes chiffres indiquent (malgré le manque de contexte évident) de manière relativement fiable l'impact que Gomez semble avoir sur une équipe, semble que Bob Gainey vient de passer un sapin du diable à Sather. À moins que le gros joueur de la transaction ne soit pas tant Higgins que McDonaugh? Parce que de tous les scénarios, la métamorphose soudaine de Glen Sather en machiavel des DG me semble de loin le moins plausible.

Ceci étant dit, manifestement, la raison pour laquelle Gainey a finalement opté pour Gomez à ce moment-ci est qu'il souhaite signer rapidement un bon buteur. Pour convaincre celui-ci qu'il sera bien entouré, Plekanec et Koivu ne faisaient simplement pas le poid. Gomez par contre, (encore une fois si je ne suis pas dans le champ) peut servir d'argument à Gainey.

On verra.

Références:
Gomez et NYR
http://nhlnumbers.com/overview.php?team=NYR&season=0910
http://stats.hockeyanalysis.com/200809players/player0008.php
http://www.nhl.com/
http://www.timeonice.com/playershots.php?team=NYR&first=20001&last=21230&daniel=19&henrik=13
http://www.timeonice.com/playershots.php?team=NYR&first=20001&last=21230&daniel=19&henrik=24
http://www.timeonice.com/playershots.php?team=NYR&first=20001&last=21230&daniel=19&henrik=91

Montréal
http://www.timeonice.com/playershots.php?team=MTL&first=20001&last=21230
http://nhlnumbers.com/overview.php?team=MTL&season=0910

vendredi 19 juin 2009

5 agents libres

Saku Koivu, Alex Tanguay, Alex Kovalev, Tom Kostopoulos et Robert Lang sont agents libres. Lang est, à toute fin pratique, parti (hélas...), ayant affirmé souhaiter jouer pour une équipe qui a des chances de gagner la coupe. Si on le revoit, on ne le saura qu'à la fin de l'été.

Kostopoulos est un joueur qui apporte beaucoup d'intensité et de leadership, un de ces joueurs qui entre 25 et 30 ans savent allier expérience, maturité physique et éthique de travail pour faire d'honnêtes joueurs de fond d'alignement. L'absence totale de talent et le cumul des blessures les rendent souvent marginaux à l'approche de la trentaine. Pas pour faire de la peine à qui que ce soit, mais Tom the Bomb va avoir 30 ans, après avoir compté entre 7 et 9 buts par saison depuis qu'il s'est établi avec Pittsburgh à l'âge de 24 ans. Il vieillit, et même pour un joueur de sa catégorie, il n'est pas particulièrement talentueux.

Donc: Tanguay, Koivu, Kovalev.

Un billet récemment publié (me souviens plus sur quel blogue...) au sujet de Dany Heatley comparait les meilleures saisons des bons marqueurs ayant évolué dans la ligue depuis la fin des années 90. Pour faire une histoire courte: ces joueurs, comme les Kostopoulos de ce monde, connaissent leurs meilleurs moments entre 25 et 30 ans, certains étirant la sauce jusqu'à 32 ans. Après? Déclin, parfois lent (Selanne), parfois rapide (Markus Naslund).

Au cours de la prochaine saison, Tanguay atteint les 30 ans, Koivu 35 et Kovalev 37. Regardons les points accumulés par ces joueurs par heure jouée à 5 contre 5 et 5 contre 4; l'hypothèse généralement acceptée étant que les variations d'une saison à l'autre sont beaucoup plus importantes en avantage numérique qu'à forces égales.



Tanguay jouait avec Iginla en 2006-2007; il a terminé 7ème à l'échelle de la ligue pour les points à 5 contre 5, Daniel Brière ayant été premier avec 65 points. L'année suivante, Tanguay complétait le trio défensif des Flames avec Craig Conroy et Owen Nolan (!). Autre petit détail: Kovalev a, au cours des 13 derniers matchs de la saison 2008-2009, marqué 13 des 32 points qu'il a inscrit au cours de l'année en avantage numérique! Bref, Tanguay est définitivement une coche au-dessus des deux autres en matière de production offensive.

En fait, on voit ici toute la faiblesse du CH: parmi les joueurs ayant disputé au moins 50 match et 10 minutes à forces égales par match (276 joueurs en tout, cumulant en moyenne 1,82 points par heure), Alex Tanguay, meneur chez le Canadien se classe alors 45ème; Koivu 86ème, Lang 124ème, Latendresse 134ème (!) et Kovalev 137ème (!!). Une simple courbe représentant les points/60min des 276 joueurs en question donne ce qui suit:



Ce graphique nous indique deux choses.

Premièrement, Google Spreadsheet produit des graphiques parfaitement abominable lorsque laissé aux mains d'incapables de mon genre. J'aimerais bien y situer les joueurs du Canadien, mais ça sera pour une autre fois.

Deuxièment, sans se forcer à calculer (on laisse ça au baseball, eh?), on constate quand même que la pente s'accentue autour de 2,5 points/60 min; les bons marqueurs sont probablement ceux qui, d'année en année, sont capables de ne pas descendre vraiment en bas de ce point d'inflexion. À ce titre, Tanguay semble capable d'offrir des performances fort honorables en tout temps. Jumelé à une superstar il y a deux ans, il frôlait littéralement le plafond. Dans le cas de Kovalev et Koivu, c'est plutôt une question de savoir ce qu'ils apportent à l'équipe. Disons que parce qu'il est centre, Koivu contribue peut-être plus que Kovalev à ce stade-ci.

Faut-il donc laisser partir l'Artiste et retenir à tout prix Tanguay et tenter de garder Koivu? La production des joueurs varie en fonction de leurs coéquipiers, mais les bons joueurs font produire leurs collègues, et c'est pourquoi on leur allonge l'oseille. Qu'en est-il des trois principaux agents libres du CH? Le site Hockeyanalysis.com nous permet de répondre à cette question en fournissant un outil de comparaison des joueurs en fonction de leurs coéquipiers. Le tableau suivant a été construit à partir des informations qu'on y retrouve:



Comment lire ce tableau:

- Koivu, Tanguay et Kovalev, sont comparés aux 5 attaquants avec lesquels ils ont joué le plus souvent. Pour chaque joueur, on a dans l'ordre: le nombre de minutes jouées ensemble par les deux joueurs concernés (ex: 328min. pour Tanguay et Koivu), ensuite le +/- par 60 minutes pour trois situations différentes: lorsque les deux joueurs sont ensemble sur la glace et ensuite la fiche de chacun lorsqu'il joues sans l'autre. Ainsi, le +/-60 de Koivu est de -0,75 avec Higgins, 0,52 sans Higgins et le +/-60 de Higgins sans Koivu est de 0,51... Ce couple-là ne semble pas avoir survécu au départ de Ryder...

- La colonne "Impact..." est un peu ingrate; il s'agit simplement du résultat obtenu en soustrayant la colonne 3 à la colonne 1.

- Les deux dernières colonnes indiquent la part du temps de glace total (à forces égales) de chaque joueur passé avec l'autre joueur. Bref, Koivu a joé 46% de son temps avec Tanguay, qui lui a passé 62% de son temps avec Koivu.

Ces chiffres montrent que Tanguay fait produire ses coéquipiers, alors que Koivu et Kovalev sont plutôt sur la ligne; leur fiche devient positive lorsqu'ils jouent avec Tanguay et, dans le cas de Kovalev, avec Andrei Kostitsyn (les temps de glace des différents trios se retrouvent ici).

Gainey va certainement tenter de garder Tanguay; brûler un choix de première ronde pour 50 (excellents) matchs, c'est un peu court, et quoi qu'il entre progressivement dans la phase descendante de sa carrière, Tanguay va probablement demeurer fort productif pour au moins 4 ans. Jumelé à de bons joueurs dans la force de l'âge (Andrei Kostitsyn, genre...), il va produire.

Pour Koivu et Kovalev, ça dépend du prix. Je crains la perte de Koivu bien plus que celle de Kovalev. Les centres ne sont pas légion sur le marché des agents libres et on aura déjà à combler la perte de Lang. En fait, outre Tanguay, c'est Lang que je tenterais de signer. J'y reviendrai un autre tantôt, mais voici quand même un avant-goût...


jeudi 18 juin 2009

La grande faiblesse

Faut-il signer Saku Koivu? Tout d'abord, une confession: je me moque éperdument de l'identité du capitaine, de l'ambiance du vestiaire, bref de ce qui fait trop souvent l'essentiel du discours sur les Habitants.

On ne se racontera pas d'histoires: la ligne du centre des glorieux ne fut pas transcendante au cours de la dernière année. Courtoisie de behindthenet.ca, voici un petit tableau recensant les joueurs ayant patrouillé cette position en 2008-2009, classés par qualité des adversaires affrontés:



112 joueurs de centre ont à la fois participé à 50 matchs ou plus et joué en moyenne plus de 10 minutes par match à forces égales. Malkin et Crosby (sans blague?) ont mené le troupeau avec 3,07 et 3 points par tranches de 60 minutes jouées. La moyenne se situait à 1,77/60 et l'écart-type (pas sûr que ça soit très utile, mais bon...) était à 0,53. Sans être des étoiles, Lang et Koivu se tenaient donc solidement au-dessus de la moyenne. Plekanec, si il a connu une année de misère au niveau des points marqués, a malgré tout tenu son bout, comme l'indique son Corsi.

Il me semble présentement acquis que Lang, justement, ne reviendra pas. Il est vieux (38 ans) et a indiqué qu'il souhaitait jouer pour une équipe ayant des chances de remporter la coupe. M'est avis que Pittsburgh n'aura pas à lui offrir un pont d'or. Dommage.

Les chiffres de Koivu sont à regarder de plus près, mais à prime abord, force est d'admettre que s'il ne revient pas lui non plus, ce sont deux joueurs de centre que Gainey devra dégoter sur le marché. Vaste programme.