mardi 24 août 2010

Le trou noir

Ceux qui fréquentent le blogue depuis quelques temps ont probablement remarqué que j'entretiens par le biais des commentaires du blogue une conversation suivie avec un commentateur, Le Matheux, depuis les débuts de la saison 2009-2010.

Le Matheux m'a sorti plus tôt cet été un tableau fort intéressant et m'a offert d'écrire un billet pour le commenter. Il s'agit d'une analyse comme j'en fais peu ici: Le Matheux y compare les performances des joueurs ayant évolué pour le CH au cours des dernières années, mais sous l'angle des variations enregistrées lorsqu'ils quittent ou arrivent à Montréal. Le résultat est éloquent.

C'est avec grand plaisir que je lui prêtes ici la plume.

----------

Avez-vous déjà regardé les joueurs se joindre au Canadien et vous êtes dit au milieu de la saison, « me semble qu'il était meilleur avant » ? Avez-vous subi un sentiment de jalousie en voyant un joueur quitter le Canadien et instantanément devenir apparemment meilleur ?
Je viens ici vous fournir une possibilité qui explique ce qui, peut-être, vous a donné l'impression que les joueurs jouent plus mal pour le Canadien que pour les autres équipes... à savoir, que vous avez parfaitement raison.
L'analyse des TVFs a été largement évoquée sur ce blogue et ailleurs; c'est à cette statistique que je me suis intéressé ici. Ce qui suit n'a rien d'une savante analyse et n'a pas vraiment un gros caractère scientifique. Je ne suis pas Olivier, dont la capacité à casser du chiffre ne cesse de m'émerveiller. Mais j'ai quand même monté mon propre petit tableau qui, sans pouvoir présenter de conclusion définitive, suggère quand même que Montréal fait figure de véritable trou noir des Corsis.
Sans plus attendre, voici le morceau:

Cliquez pour agrandir
Bon, il faut quand même faire attention avec ça, car un joueur peut changer de rôle en changeant d'équipe où même d'année en année. Donc les circonstances vont avoir une incidence sérieuse sur les TVFs; cela dit, le rôle d'un joueur comme Gomez ou Cammalleri ou même Moen ne va pas être complètement transformé quand il passe à un autre club. Il devrait donc normalement y avoir un minimum de stabilité...

Deux constatations immédiates: premièrement, les chiffres en bleu sont presque tous dans le négatif. Comme le mentionnait Olivier, le Canadien a été relativement poche à 5 contre 5 ces dernières années; ceci n'est pas arrivé par accident.

Deuxièmement, le chandail du Canadien ressemble carrément à de la kryptonite. À quelques exceptions près, tous les joueurs qui se sont amenés avec le Canadien ont pris une maudite débarque. Tous ceux qui ont quitté le Canadien ont pris une remontée. Tanguay et Lang, qui se sont joint au Canadien seulement pour l'année médiane, sont des exemples particulièrement saisissants à cause du graphique en V que leurs TVFs a fait sur les trois années en question. Mais même quelqu'un comme Ryder s'est amélioré de +10 en passant aux Bruins, et comme Olivier me le faisait remarquer, Boston n'était pas une équipe monstre aux TVFs et n'a pas joué avec des piochons à Montréal.
On remarque les exceptions: Moen, qui sortait d'une année effroyable a San José, et Pouliot qui n'était même pas régulier chez le Wild et y avait un rôle plus défensif. Et Laraque, mais lui, on peut difficilement prétendre qu'il puisse s'améliorer. Sinon... joindre le Canadien conduit à la varlope généralisée.
À ma connaissance, malgré toute l'attention reçue par les TVFs dans la blogosphère, il n'y a pas vraiment d'analyse qui examine quel impact changer d'équipe peut avoir sur les TVFs d'un joueur. Ce tableau suggère certainement que cela peut être un énorme facteur et qu'une recherche plus poussée dans ce sens pourrait aider à isoler certains facteurs qui ne dépendent pas individuellement du joueur. Le cas du Canadien de 2009-2010 est d'ailleurs unique: 10 changements de personnel et un nouvel entraîneur! D'ailleurs, au vu des TVFs pré-Canadiens des nouvelles acquisitions, Gainey a eu l'approche tout à fait logique de chercher à améliorer l'équipe en accumulant les joueurs qui excellaient à cinq contre cinq avec d'autres clubs.
Et pourtant, ce fut un échec sur toute la ligne. Il semblerait que d'aller chercher des bons joueurs (et un coach qui semblait pouvoir se démerder en Floride) ne soit pas suffisant pour créer un bon club de hockey.
Le phénomène de l'effet trou noir du Canadien semble bien réel; mais quelle en est la cause ? Quelques possibilités...

1.Les joueurs sont devenus individuellement moins bons en se joignant au Canadien; leurs habiletés se sont dégradées juste en mettant la Sainte-Flanelle. C'est intuitivement absurde, bien sûr, et on peut d'ailleurs le confirmer en consultant la colonne des TVFs relatifs. Celle-ci décrit la différence entre les TVFs quand un joueur est sur la glace et quand il n'y est pas; il permet donc en quelque sorte de mesurer à quel point un joueur se compare au reste de son équipe. Gomez, donc, demeure supérieur au reste de son équipe au même degré qu'il l'était avec les Rangers... sauf que ce niveau est franchement moindre. Et d'ailleurs, avez-vous eu l'impression que Gionta ou Cammalleri jouaient mal, vous ? 
2.Les joueurs sont passés d'une équipe dont les joueurs étaient supérieurs à une équipe dont les coéquipiers sont plus faibles. C'est une théorie qui se tient, mais le CH vient de remplacer 10 joueurs, incluant la moitié de son top-6, sans amélioration, et comme mentionné ci-haut, les joueurs choisis ne semblaient pas être des pieds de céleri. Le Canadien est donc, généralement, composé de bons joueurs. Mais dès qu'ils mettent le gilet du Canadien... 
3.Il y a manque d'équilibre chez le Canadien; ça prendrait plus de « gros bonshommes » pour faire la différence à forces égales. C'est une thèse extrêmement populaire, qu'on voit répétée sur toutes les tribunes. Je n'achète pas vraiment. Les joueurs du Canadien sont dans le rouge de haut en bas, gros pas gros; en fait, les petits joueurs comme Cammalleri et Gionta ont performé plus que le reste de l'équipe, certainement mieux que les gros avants du Canadien. Il est beaucoup plus important d'être un bon joueur de hockey, et d'être gros est un outil au même titre que d'être rapide. 
4.Le système de l'entraîneur. Il est certes vrai que le système de Jacques Martin ne semble pas privilégier la possession de rondelle, quoi qu’il prétende. Mais il ne semble pas avoir eu beaucoup d'effets négatifs sur les joueurs qui sont restés de l'ère Carbonneau. (Les Anglophones ont une phrase magnifique: « damning with faint praise. ») Mais un entraîneur peut-il réellement avoir autant d'impact ? 
Maintenant, c'est le moment des bonnes nouvelles/mauvaises nouvelles. Les bonnes d'abord: l'effet trou noir semble être LE problème auquel fait face le Canadien et qui l'empêche de devenir une bonne équipe capable de compétitionner à cinq contre cinq. Olivier mentionnait, dans un précédent billet, qu'il ne croyait pas l'équipe en mesure de faire un grand bond en avant. Je ne partage pas nécessairement cet avis, parce que le Canadien s'est rempli de bons joueurs, et ceux-ci ne sont pas vraiment devenus plus poches en se joignant au Canadien. Si le CH parvient à régler le problème qui cause ce fameux effet trou noir, quel qu'il soit, je crois sincèrement qu'il a les joueurs pour grandement améliorer sa fiche.
Oh, il ne pourra pas devenir une puissance a forces égales... mais avec ses prouesses en unités spéciales et son historique de dégotter des performances de gardiens époustouflantes, il pourrait se maintenir à 49%-50% en TVFs/5v5 et devenir une équipe fort dangereuse. Et ce n'est pas complètement impossible: le Canadien a été une équipe aux TVFs positifs au début de 2009-2010, et c'était même sans Markov!
La mauvaise: l'effet trou noir semble être LE problème auquel fait face le Canadien et qui l'empêche de devenir une bonne équipe capable de compétitionner à cinq contre cinq. Tant qu'on ne règle pas ce fameux problème, tous les changements de personnel du monde risquent de ne pas faire une grosse différence. Oh, c'est sûr que d'ajouter un joueur d'impact aiderait le Canadien, sauf que s'il se retrouve à subir l'effet trou noir de Montréal, ce a risque fort de ne pas suffire à redresser l'équipe.
Ce n'est donc pas un problème qu'on peut régler avec des changements de joueurs. Comme mentionné plus haut, le Canadien a même essayé cela de façon radicale l'an dernier, et ça n'a vraiment pas donné de bons résultats. Il faut donc chercher ailleurs.
Mais où ? Je pense qu'on sait tous ce que j'en pense personnellement (indice: ma solution est rendue à Tampa Bay) mais il reste l'élément le plus mystérieux dans cette histoire, le fameux tableau de la ligne du temps, qui nous donnait pourtant l'impression en début de saison que les changements apportés par Gainey et le système de Martin avaient eu exactement l'effet voulu. Peut-être que la solution consiste simplement à revenir à ce qui marchait à ce moment-là... avec deux gardiens erratiques en moins.

2 commentaires:

Vanhouse a dit…

Je ne crois pas en la magie et lorsque des chiffres démontrent une certaines tendances, je les crois. Sauf que l'on voit bien que la compréhension n'est pas toujours facile.

La situation montrée ici est quelques peu particulière. Je n'arrive pas plus à mettre le doigt sur le bobo, mais je crois plus ou moins au trou noir du CH.

En fait, ce qui me frappe le plus se sont les variations provennant des gars déménagés, particulièrement Lang, Ryder, Komisarek et Tanguay.

En fait, je crois que les 4 ont continué d'être utilisés dans des rôles relativement semblables à ceux avec le CH, et ont réussi à faire grimper leur TVF de façon impressionnante avec des équipes qui sont plus ou moins dominantes.
Je n'ai pas vos statistiques de TVF, mais en regardant les différences entre les tirs pour et contre par parties pour chaque équipes, je crois pouvoir comparer l'efficacité des équipe à contrôler le jeu. (je sais que cela inclu les avantages et désavantages numériques)

Donc, voici un petit tableau maison:

équipe var T/M
Bos 08/09 -0.5
Phx 09/10 +0.9
Tor 09/10 +2.8
Tbl 09/10 -2.5

Mtl 08/09 -1.7
09/10 -3.5
Ce que j'en tire comme information, c'est que oui le CH est dans le - pour les dernières années. Même que le -3.5 est dans les pires de la ligue.

Les chiffres de Komisarek sont très impressionnants. Selon moi, il est et sera toujours très dépendant de ses coéquipiers, et arrive avec une différence de 19 par rapport de sa dernière année avec le CH, et il joue avec Toronto. Sauf que avec mon petit tableau on voit bien que Toronto on réussi à tirer plus que leur adversaire en moyenne.
Donc, tout ça fait du sens. En fait avec le -3.5 du CH en 09-10, ça fait du sens pour tout les joueurs ici mentionné et même pour les nouveaux venus touché inversement(Gomez, Gionta entre autre).

Sauf que ce qui frappe dans votre tableau, c'est la grandeur des chiffres. En fait, les grandes variations proviennent simplement du fait que ce sont des chances de marquer. (Donc, nous sommes à un facteur échelle dépendant entre autre de l'efficacité à rende une rondelle au filet d'une équipe et de l'entousiasme du staticien de garde)

Par contre, pourquoi le CH n'arrive pas à devenir une équipe qui tient son bout à égalité numérique au niveau des chances de marquer? la grosseur de nos attaquants, système de jeu, notre défensive efficace mais pas la meilleur pour sortir de notre zone...
Ce que j'aimerais voir par contre, c'est les TVF par équipe des dernières années, ou cela est-il possible des les trouver? J'ai chercher un peu mais sans succès.

Donc, trou noir ou simplement une équipe incapable de jouer au hockey de façon constante à 5 contre 5?

Olivier a dit…

Bon commentaire Vanhouse.

Le tableau ci-dessus serait effectivement plus instructif si les chiffres étaient ajustés en fonction des différents clubs. Mais le point du Matheux demeure: un gars arrive ici, il tombe. S'il était excellent par rapport à ses coéquipiers, il demeure excellent (Gomez, genre) à Montréal, mais de manière globale il passe au rouge.

Je pense qu'on a traîné beaucoup de casserolles dans le fond de l'alignement au cours des dernières saisons. De plus, Carbo ne m'a jamais semblé être, heu, un coach supérieur à la moyenne. J'avoue ne pas être un très bon juge de coach, mais le fait est que le gars a un pedigree à la Yzerman et que personne ne l'embeauche. Ça veut peut-être dire quelque chose.

Pour ce qui est des TVF; ce n'est pas toujours clair, mais TVF (Tirs Vers le Filet) est un acronyme français pour désigner ce que les anglos appellent les Corsi. Ce n'est donc pas un calcul basé sur les chances de marquer, mais bien sur les tirs tentés; c'est donc le +/- de la somme des tirs, buts, tirs manqués et bloqués pour et contre l'équipe.

Si tu veux jouer avec les TVF, je t'invite à lire attentivement un billet de Vic Ferrari qui est responsable du site "timeonice.com"; on y retrouve notamment des scripts de calcul des TVF par équipe.

Les billets sont ici:

http://vhockey.blogspot.com/2009/12/timeonicecom.html

http://vhockey.blogspot.com/2010/04/timeonicecom-script-notes-part-ii.html

Prends le temps de lire ça comme il faut et n'hésite pas à poser des questions ici si tu en as. Ça n'est pas totalement évident à prime abord, mais une fois que tu as pris le tour, c'est du TNT ces affaires-là.

Toujours un plaisir d'avoir tes commentaires