dimanche 27 juin 2010

Le reel du bum

On en est à ce temps de l'année ou, fidèles à leurs habitudes, les partisans souhaitent le départ des pommes pourries et la mise sous contrat des jeunes prometteurs qui, si on les laisse se développer, vont donc être bons.

Depuis deux ans, ça veut beaucoup dire "Tout le monde haït Sergei". Voyons voir.

Forces égalesDNANTotal
NomMJTempsBPPtsTempsBPPtsTempsBPPtsTotalBPPts
Benoît Pouliot39554:061172213:5142684:33000652:3015924
Sergei Kostitsyn47569:557111883:5500011:58000665:4871118
Max Pacioretty52630:2238113:3203326:59000660:5331114
Tom Pyatt40397:0123544:340001:22000442:57235

Avec l'année de cochon côté blessures, on a eu droit à une belle rotation et, au bout du compte, à quelques joueurs ayant servi sous les drapeaux pour des temps similaires au plus malaimé des Kostitsyn. Ceux qui fréquentent régulièrement ce blogue savent déjà, à voir le tableau précédent, ou je m'en vais. Pour les autres, je résumerai ainsi:

Gauthier a fondu les plombs si, l'an prochain, Sergei joue dans la LNH pour qui que ce soit d'autre que le CH. Des quatres joueurs enlignés ici, Pouliot est le plus vieux, à 23 ans. Pyatt et Sergei en ont 22 alors que Pacioretty en a 21. Voici par ailleurs les joueurs avec qui ils ont le plus souvent eu à jouer au cours de la campagne:

TVFMenJChances FÉ
N+/-N+/-+-%
Benoît PouliotTotal107444861016819047%
Gomez839274091814114150%
Gionta807371861913413350%
Sergei KostitsynTotal994-86500-2314318643%
Plekanec348-10184-19636250%
Moore271-27140-4344841%
Max PaciorettyTotal1155-51541-3414715748%
Metropolit633-21310-22808748%
Moen610-30622-24817353%
Tom PyattTotal723-8333059911746%
Plekanec207-21107-15304441%
Akost226-32105-14314640%

Ok, les couleurs du deuxième donnent mal à la tête, mais ça devra faire pour l'instant... Quelques constats, en rafale:


  • Pouliot a eu droit au duo le plus dynamique du club pour l'essentiel de son temps avec le CH avec, en prime, une abondance de départs en zone offensive. Il a converti et participé, mais sitôt séparé des deux américains, il s'est effondré.
  • Skost a, avec de pires coéquipiers et des départs plus difficiles, tenu le coup aux points. Son passage à la droite de Plekanec a coïncidé avec les blessures à Cammalleri et son grand frère et les résultats ont été probants. Ça lui a valu pour quelques temps de jouer avec Moen et Moore sur le troisième trio lorsque les deux autres sont revenus. C'est là où, malgré une grande difficulté à s'imposer (avec Moen, -38 sur 250 aux TVF et -5/121 aux MenJ) territorialement, il a enregistré plusieurs de ses 18 points.
  • Les pourcentages ont avantagé Sergei et Pouliot au cours de la dernière saison. Sergei n'a pas été épargné côté qualité des adversaires, alors que Pouliot a affronté les meilleurs en compagnie des meilleurs.
  • Pyatt et Pacioretty ont principalement joué contre des adversaires de second ordre, exception faite du passage de Pyatt à la gauche de Plekanec.
Ces éléments, combinés aux distributions de temps de glace notées dans le premier tableau, me laissent dubitatif quant à la réelle nécessité de se débarrasser de SKost. Si les médias en ont largement fait mention, Gauthier est toujours resté évasif à ce sujet. L'utilisation faite par Martin du plus jeune des frères me laisse croire que ce dernier est ici pour rester. Si Martin n'hésite pas à l'envoyer au coin lorsque Sergei sent trop le fond de tonne ou cesse de s'appliquer, lorsqu'il se met à rouler, c'est dans un rôle beaucoup plus difficile que ceux attribués aux trois autres qu'il est utilisé.

Le jeune K remplit, dans la mauvaise humeur il faut le dire, un rôle ingrat: jouer contre ce qui reste de minutes dures lorsque les deux gros trios sont passés, en compagnie de joueurs valeureux, certes, mais plus ou moins talentueux. Sur les unités spéciales, il ne touche pas à l'avantage numérique et se tape un chiffre régulier sur le désavantage. Au salaire minimum, en comptant les bouderies et les mélodrames, le kid est un foutu bon deal. Si il devait monter dans les 30 points à forces égales pour 650 000$, Gauthier va se rouler par terre.

J'aimerais beaucoup, beaucoup le voir jouer avec Eller sur un troisième ou quatrième trio l'an prochain.

mardi 22 juin 2010

Pas mal.

AGCAD
Pouliot0,9Gomez7,35Gionta5
Cammalleri6Plekanec5Kostitsyn3,25
Moen1,5Eller0,88Lapierre0,75
Pyatt0,8Desharnais0,6Darche0,6
Défenseurs
Markov5,75Subban0,875
Hamrlik5,5Spacek3,83
Gill2,25Gorges1,1
Gardiens
Price2
Chosebinne1
Suppléants
DO'Byrne0,945
ASKost0,9
APacioretty0,9
RachatTechSavvy.com0,5

L'alignement ci-dessus est composé des joueurs sous contrats avec une série de trous bouchés par des offres qualificatives à des joueurs sans réel pouvoir de négociation. Je me suis autorisé un long-shot sur Price, mais ils pourraient décider de lui donner une offre qualificative diminuant son salaire sous le million.

Toujours est-il... Le plafond monté à 59,6 millions pour l'an prochain laisse donc un peu moins de 3,5 millions de marge de manoeuvre. Si on flushe Sergeï, qu'on envoie Pacioretty dans la ligue américaine et qu'on se laisse 1 million de lousse, ça donne 4,3 millions à dépenser. On ne déplacera pas Hamrlik ou Gill sans obtenir du salaire en retour, et Gauthier s'est assuré de pouvoir en prendre.

Si on ne s'acharne pas à considérer Gomez et Plekanec comme des incapables, mais qu'on accepte plutôt de rouler avec ce qu'ils donnent à l'équipe, faut admettre que Gauthier a jusqu'ici bien manoeuvré. Parce que ses deux premiers centres sont capables de lever de la fonte (et le coach nous a montré l'an dernier qu'il n'a jamais hésité à les utiliser ainsi), on peut raisonnablement s'attendre à voir Eller et Desharnais faire le club comme avaleurs de manger mou.

Au fait, avec 4,3 à dépenser... Je me demande ce que ça prendrait pour sortir Penner d'Edmonton?

jeudi 17 juin 2010

Eller

Gabriel Desjardins a écrit, il y a de cela quelques années, un petit papier maintenant publié sur le site d'Allan Ryder. Y sont en gros discutés les niveaux des différentes ligues de hockey situées sous la LNH. Gabriel y indique notamment quels sont les niveaux de rétention des Points/MJ d'une ligue à l'autre. Si je comprends bien ce qui y est écrit, on se retrouve avec les ratios suivants pour les joueurs ayant évolué une année dans la LAH et l'année suivante dans la LNH:


En gros, à temps de glace égal (ce qui comprend les unités spéciales!), un joueur qui pousse 100 points dans la LAH à 20 ans a historiquement poussé 50 points dans la LNH. Voyons voir ce que ça donne dans le vrai monde.

Artem Anisimov a marqué 81 points en 80 MJ dans la ligue Américaine l'an dernier, à l'âge de 20 ans. On note notamment 16 buts en supériorité numérique; mettons, pour faire carré, qu'il a eu autant de passes en AN et on se retrouve donc avec 49 points à forces égales en 80 matchs joués. Anisimov a, cette saison, accumulé 26 points à forces égales en 82 matchs joués avec les Rangers.

J'ai pris Anisimov parce qu'il s'agit du seul joueur auquel j'aie pensé immédiatement et, comble de chance, ça marche à peu près. Mais trêve de discussions, voici l'alignement des Bulldogs de l'an dernier (avec Eller ajouté) et ce que ça donne une fois leurs stats ajustées; je ne suis pas certain de faire ça sur le sens du monde, mais bon, ça reste intéressant.



Un bon jour je vais me casser le cul à faire des graphiques lisibles, mais ce jour n'est pas arrivé. Voici quand même ce que veulent dire les 8 dernières colonnes du tableau:


  • AJ Buts / AJPasses / AJPoints : Buts, passes, points ajustés en fonction des coefficients ci-dessus.
  • AJButs2: Buts à forces égales ajustés
  • AJsur/82: Total des points ajustés sur 82 match joués. Notez que ça comprend les points en avantage numérique.
  • %Tirs: Le % de tirs au buts, tout simplement.
  • FELAH: Points estimés à forces égales dans la LAH; en gros, j'ai soustrait aux points le double des buts marqués en avantage numérique. Foireux, mais ça ramènes la colonne suivante à un chiffre moins absurde.
  • FELNH: FELAH ajustés pour la LNH.
Eller aurait commencé l'année avec une mononucléose. De plus, il en était à sa première saison en amérique. Il a, l'année précédente, marqué 29 points en 48 matchs dans la ligue élite de Suède à l'âge de 18 ans. Les pourcentages ne l'ont pas gâté, mais les chiffres sont là. Corey Pronman semble croire qu'il pourrait faire le club dès l'an prochain, ce que je trouverais surprenant, surtout si Plekanec et Moore (qui n'occupera pas plus d'espace sous le plafond que Eller) restent avec le club. Mais le kid a du potentiel, ça semble évident. Sachant que Halak, qui n'occupait pour ainsi dire pas d'espace sous le plafond l'an dernier, était dû pour manger quelques millions à un moment où l'équipe doit mettre plus de fric dans les avants, ben...

Par ailleurs, semble que Desharnais et Trotter ont roulé sur les pourcentages l'an dernier; faudra s'en souvenir, surtout dans le cas de Trotter. Subban par contre... Ouhlàlà... Le kid a mis la LAH à feu et à sang.

mardi 15 juin 2010

L'enclume Campbell (et Hamrlik)

Voici un tableau un peu étrange. Je l'ai constitué à partir de deux séries de données. La première, que l'on trouve ici sur Behindthenet.ca, est constituée des défenseurs ayant l'an dernier joué plus de 40 matchs. Cette liste indique la contribution totale de ces joueurs à leur équipe à partir d'un indicateur construit par Tom Awad. Je l'ai utilisé il y a quelques mois pour illustrer en quoi Halak et Price étaient importants pour ce CH cette saison. La deuxième série de données utilisée est tout simplement le tableau en page frontispice du site capgeek.com.

J'ai dans un premier temps réorganisé la liste des GVT pour classer les joueurs en divisant les GVT par le nombre de match joués, l'idée étant ici d'égaliser les choses au sujet d'une stat normalement strictement cumulative. Ensuite, j'ai découpé la liste en déciles. Ainsi, chaque joueur est étiqueté d'une valeur de 0 à 9. Ainsi, pour le Canadien, Markov s'est retrouvé dans le décile 9 (donc, 90% des joueurs listés ont un GVT/MJ inférieur au siens), Bergeron dans le 8 (essentiellement à cause de sa contribution sur le jeu de puissance) et Hamrlik dans le 5ème. Spacek était dans le 4, Gill et Gorges dans le 1 (!), Mara et O'Byrne dans le 0.

Ces classements illustrent bien le gros grain de sel qui doit selon moi accompagner l'utilisation des GVT; Gill, Gorges, Spacek et Hamrlik sont notés offensivement comme n'ayant presque pas contribué, alors que Bergeron voit son score défensif médiocre dopé par sa contribution offensive. Outre le gros grain de sel à mettre, ça permet quand même d'apprécier l'importance de la contribution offensive chez un défenseur, et Bergeron a quand punché 34 points en 60 matchs! Mais quand même, retenons que le contexte (les zones de mise en jeu et le temps d'avantage et désavantage numérique) dans lequel un joueur a évolué, si il influe définitivement sur le décompte des GVT, n'est pas pour autant inclut dans ce calcul qui nous donnes quand même une idée de la contribution globale d'un joueur aux succès de son équipe.

Donc, nous avons une liste indiquant ou se situe un joueur, par rapport à ses collègues, dans sa capacité à aider son équipe à gagner telle que mesurée par les GVT. J'ai pris cette liste, j'ai regroupé les valeurs de décile en deux valeurs: de 0 à 4 et de 5 à 9, et j'ai ensuite regardé quelle était la distribution des valeurs ainsi regroupées par équipes. Pour Montréal, ça nous donnes 5 joueurs de 0 à 4 et 3 de 5 à 9. J'ai ensuite ajouté deux données à ce tableau, soit le nombre de joueurs sous contrats pour l'années 2010-2011 et l'espace disponibles sous le plafond salarial. Voici la bête

Centile des défenseurs selon les GVT/MJ
ÉquipeDéciles
0-0,4
Déciles
0,5-0,9
Joueurs$$
FLA5119$9,380,000
NYI6117$29,201,600
TBL5113$21,028,917
ATL3213$30,983,333
CAR4215$15,241,667
CBJ4215$15,241,667
EDM5215$14,248,333
ANA4319$18,759,583
BUF4316$11,247,143
CGY3317$3,845,833
DAL3317$14,416,667
DET4317$4,545,455
MTL5314$11,207,857
NJD3315$15,940,000
NYR3315$10,515,833
PHI3317$8,027,738
TOR3317$10,026,667
BOS3418$4,302,857
COL3418$9,680,417
MIN3417$10,357,222
NSH2415$15,940,000
PHX2416$23,312,500
PIT2416$10,983,333
SJS2412$20,525,000
WSH3414$13,352,372
CHI2514$-798,003
LAK2516$14,926,666
OTT2519$7,395,833
STL2512$29,126,667
VAN2518$8,748,333

J'étais curieux de voir, en construisant cette liste, quel était le marché pour des défenseurs comme Hamrlik et Campbell. Un bonhomme comme Campbell est dans une situation vraiment similaire à celles de Scott Gomez: gros, gros contrat pour encore plusieurs années, attribué à un joueur qui ne le vaut pas tout à fait. Mais Campbell, comme Gomez, n'est vraiment pas un pied de céleri offensivement parlant. Pas les gros chars défensivement parlant et ne joue pas en désavantage numérique, ce qui rend la comparaison avec Gomez un peu plus boiteuse. N'empêche, certains des clubs en haut de liste ont des alignements relativement bien remplis avec des marges appréciables sous le plafond salarial (Atlanta, les Islanders et Saint-Louis sont largement sous le plancher salarial). Reste à voir si Campbell sera flexible quant à sa clause de non-échange.

En regardant tout ça, il me semble que le Canadien est dans une position plus confortable qu'il n'y paraît à prime abord. Hamrlik est un bon défenseur et n'a plus qu'un an à son contrat. De plus, sa clause de non-échange partielle tombe complètement au 1er février 2011. Associé à un des deux gardiens de buts, il pourrait permettre à Gauthier d'aller chercher un joueur intéressant. C'est probablement charrier que d'espérer arracher un joueur comme Penner aux Oilers par contre.

mercredi 9 juin 2010

Le fameux système

Petit texte de Brunet sur Boucher ce matin.

Eh ben voilà un premier commentaire sur le fameux système:

"À Columbus, on se demandait, au moment où l'on croyait l'embauche de Guy Boucher possible, si son système de jeu unique allait fonctionner dans la LNH. La question fait sourire Ricard.

«C'est vrai que son système de jeu en zone défensive est différent. Il n'y a pratiquement pas de défenseur devant le filet, ils sont plutôt constamment dans les coins de patinoire à pourchasser le porteur de la rondelle. Mais pour le reste, collectivement, il n'y a pas de choses extrêmement différentes des autres. Par contre, tous les joueurs qu'il dirige appliquent son système. C'est sa grande force. Guy travaille beaucoup au chapitre individuel. Il va s'assurer que chacun est en confiance dans son rôle et le comprend bien. C'est surtout dans son approche avec les joueurs qu'il est différent.

«Le fameux 1-3-1 (un joueur en échec-avant, trois en zone centrale et un à l'arrière) dont les médias de Columbus parlaient, c'est un échec-avant en zone neutre comme plusieurs équipes le pratiquent, a poursuivi Ricard. Ça s'utilise en Europe et dans la Ligue nationale depuis qu'il n'y a plus de ligne rouge. C'est comme quand on parle de la trappe de Jacques Lemaire. La trappe, c'est du 1-2-2. De nombreuses équipes jouent le 1-2-2, c'est juste que Jacques Lemaire a le tour de corriger le petit détail et de convaincre les joueurs d'exécuter ce système.»"

Je me demande ce que ça aurait donné avec Hal Gill?

lundi 7 juin 2010

Bilan de saison - La ligne du temps

Bon, on va repartir tranquillement la machine. Soit un petit graphique dont les trois lignes représentent des statistiques cumulées par le CH à forces égales au cours de la saison:

  • La part, en pourcentage, de chances de marquer attribuées au Canadien à forces égales (en bleu)
  • La part, en pourcentage, du total des tirs vers le filet enregistrés par le Canadien (en vert)
  • La part, en pourcentage, du total des mises en jeu en zones offensives et défensives assignées au Canadien (en mauve).
  • Les moyennes ici présentées sont des moyennes tournantes sur 10 matchs, histoire de donner une idée de la direction générale de l'équipe sans avoir un gribouillis de 82 variations différentes.

Deux constats:
  • Les trois lignes suivent un chemin passablement similaire et illustrent à mon sens à quel point les trois indicateurs pointent vers une même réalité, soit la nécessité pour une équipe d'obtenir et de maintenir l'avantage territorial.
  • L'équipe a, au mieux, été pas trop pire à forces égales, avec un beau gros trou noir de trois mois. On peut faire comme s’ils s'amélioraient vachement à partir de décembre, mais le fait est qu'ils en étaient à 40% de TVF/Chances de marquer ce qui, pour une équipe de plafond salarial, relève de l'exploit. Ce n'est pas une mauvaise chose, remarquez: les Oilers ont accompli ledit exploit et seront récompensés d'un joueur de concession.
En gardant à l'esprit le graphique du haut, en voici un autre représentant la distribution des chances de marquer en unités spéciales. Il s'agit ici de nombres absolus sous forme de sommes tournantes sur les 10 derniers matchs, histoire encore une fois d'éviter les gribouillis incessants.


La capacité de l'équipe à forcer l'adversaire à lui concéder des avantages numériques s'est tout simplement effondrée lorsque les blessures ont commencé à s'accumuler en novembre. C'est peut-être un hasard, mais la remontée de décembre coïncide avec le retour de Markov, alors que l'effondrement de février adonne avec la période ou le CH joue sans Pouliot, AKost et Cammalleri.

Cibole qu'on en a eu des blessés...