mardi 28 septembre 2010

10054





En attendant la saison régulière, disons que les graphiques de chances ne sont pas encore au niveau du reste. Ça va revenir. Les Panthers, eux, ont tout l'air de s'enligner sur une saison de merde. Le CH avait l'air un peu "fuzzy" en deuxième, mais ils ont embrayé en troisième. Ne restait plus qu'à domper le cadavre des Panthers dans les everglades.

  • Pleks, Cammalleri et Eller n'ont pas énormément joué; avec 35 minutes à forces égales, faut comprendre. N'empêche, les gros canons du club sont présentement en attente d'une réelle compétition. Hier encore, ça a fini en boucherie.
  • Pyatt, Maxwell et White se sont pognés contre Booth, Frolik et Weiss et ça n'a pas très bien été. Martin les a clairement lancés dans le feu pour voir ce que ça donnerait et, ben... White en a tiré une solide, ethétiquement parlant, mais ça reste un joueur marginal à ce stade-ci. Mais il se bat, il agite, il a l'air de forcer super fort quand il patine. Alors Brunet et la gang d'ex-plombier éprouvent pour lui un amour qui ne souffre d'aucun répit. Pendant ce temps, Maxwell a mangé le lunch de Desharnais.
  • Lapierre, Desharnais et Pouliot ont eu un peu de misère à générer des chances. Desharnais, à ma grande surprise, a d'ailleurs été retranché après le match. Semble que Maxwell, White et Pacioretty ont pris les devants pour le poste de 14e attaquant.
  • Enqvist, Dumont et Moen n'ont pas eu grand occasions non plus. Enqvist semble définitivement être considéré comme centre strictement défensif et il n'a pas eu l'air si fou. Lui et Dumont sont partis pour Hamilton après le match. Moen a failli foutre le bordel en milieu de troisième en tabassant Grudbanson, mais les arbitres ne sont pas cons, ils ont expulsé tout ce beau monde et après quelques minutes de couraillages, la Floride s'est tranquillement remise au neutre.
  • Subban courait partout ce soir. Contre les pieds de céleris des everglades, ça donnes des beaux chiffres, mais je sens qu'il va être rushant à regarder aller dans les deux-trois prochaines années. N'empêche, ça en est un beau. Henry fait une bonne job de casseux de genoux, mais il est vraiment trop lent. Je suis surpris qu'on risque Carle au ballottage et qu'on garde le gros 24 avec le CH.
  • Gorges et Gill: business as usual.
  • Weber et Spacek: Spacek se désencrasse tranquillement, pas de panique svp. Weber, mine de rien, continue à coller au grand club. Je croyais Carle en avance sur lui, mais Weber n'a pas beaucoup moins d'expérience que lui et semble certainement avoir un plus gros potentiel offensif.

dimanche 26 septembre 2010

10048: Oui, mais là, franchement...



Cliquez pour agrandir

  • Finalement, semble que le Wild n'était pas intéressé à mettre beaucoup de joueurs de la LNH sur la glace du centre Bell, avec comme premier trio Brodziak, Latendresse et Kobasew. On croise ça avec Gomez, Gionta et AKost ensembles et forcément, ça finit en boucherie. Mais pas de points. Ben coudonc.
  • White, Boyd et Pacioretty ont molesté les fonds de tonnes mais avaient l'air pas mal moins fanfarons contre Clutterbuck, Cullen et Miettinen. Faut quand même dire que Martin les envoyait contre ceux-là pour prendre des baffes (4 mises en jeu, toutes en zone défensive). Les gars ont fait leurs points (Boyd et White 1 but, MaxPac 2 passes), comme quoi y'a des soirs comme ça...
  • Pas trop remarqué Eller, Desharnais et Darche. Le genre de diffusion n'aide pas; c'est plutôt syncopé la formule de RIS. M'enfin.
    • Faut quand même regarder ce que Martin a fait avec les lignes de Boyd et Desharnais: les deux ont affrontés les mêmes adversaires, mais Boyd prenait des claques en zone défensive et Desharnais partait en zone offensive.
    • Ça reproduit le pattern d'utilisation de Gomez et Plekanec: ces deux-là jouent contre les meilleurs, Pleks prenant plus d'assignations défensives et Gomez plus d'assignations en zone offensive. Le déséquilibre est accentué par le fait que Gomez génère beaucoup de mises en jeu en zone offensive, mais ça c'est une autre histoire.
    • On doit s'attendre à ce que Martin fasse la même chose avec ses deux derniers trios; une "nothing line" destinée à prendre des claques et une "kid line" à qui on donnera des occasions de produire à l'attaque, mais qu'on gardera loin de la zone défensive.
  • Chose, Bidule et Machin ont ramassé des restants de Brodziak, Latendresse et Kobasew. On va être poli: ils ont encore besoin de prendre de l'expérience dans la LAH. C'était cool de voir Chose marquer, mais disons que le gars ne dégaine pas très vite...
  • Je n'ai absolument rien compris aux défenseurs, le montage m'empêchait de me faire une idée. Votre opinion vaut bien la mienne.
  • Je soupçonnes Auld d'avoir mis du Red Bull dans sa gourde. Ça ou des expressos glacés.

10039: Pas vraiment écouté le match...

Bon, ça a l'air qu'on est pourris maintenant?

Topham soulignait tantôt que le match semblait avoir changé de bord après le tir de pénalité accordé à Maxwel. Le premier tableau semble faire foi de cette observation. Pour le reste, je note que Plekanec a été un des joueurs les moins utilisé à forces égales, ce qui indique que Martin ne poussait pas tant pour la victoire que pour l'évaluation de ses joueurs.




Cliquez pour agrandir
Pour ce soir, RDS nous annonce les lignes suivantes:


  • AKost/Gomez/Gionta: C'est toujours la même question lorsque AK s'en va à gauche... Qui va jouer à droite de Pleks? Le camp est encore jeune, mais j'avoue être surpris. J'aurais crû une répétition de Darche/Desharnais/AK...
  • Darche/Desharnais/Eller: Ah bon, voilà. Desharnais a définitivement pris la place de Boyd sur les lignes offensives. C'est significatif, selon moi. On verra si Martin lui redonnes AKost en cours de match. Espérons que oui.
  • Pacioretty/Boyd/White, Schultz/Enqvist/Wyman: Je doute que qui que ce soit sur ces deux lignes aille prendre des postes sur les deux premières lignes en cours de match.
  • Nash/Carle: Carle, mine de rien, est en compétition avec Picard et Weber pour le poste de 7e défenseur en attendant Markov. Weber fait bien avec l'autre équipe et Picard me semble en retard sur les deux autres. Carle, comme Maxwell et Weber, est mésestimé des commentateurs. Il était mon favori au début du camp pour le poste, notamment parce que son contrat en fait un joueur au sujet duquel l'équipe doit prendre une décision en cours de saisons. Mais Weber fait très, très bien. On verra.
  • Henry/PK: Bon, ben au moins PK est là, eh?
  • O'Byrne/Picard: Le gros Latendresse et Havlat vont avoir du fun, je pense. Picard a eu pas mal de misère aux TVF au cours du dernier match (+5/-16), mais Martin le met avec O'Byrne, certainement le défenseur le plus établi dans cet alignement.
  • Auld/Mayer: Ah? bon...

samedi 25 septembre 2010

10031: au diable le score, c'est le camp d'entraînement!

Pas de chances de marquer avant lundi, bien entendu...

Cliquez pour agrandir
Deux notes sur le match:

  • Boyd s'est fait tasser par Desharnais dès la deuxième période. Sont nombreux ceux qui disent que la place de Boyd est assurée, que c'est un bon joueur, qu'il a déjà scoré dans le junior, etc etc etc... Je n'achètes pas ça. Desharnais a des défauts, mais il joue profond dans sa zone ne prends pas de raccourcis et possède un réel talent offensif. Ses passes venaient un peu trop vite pour White et Pacioretty, mais Darche et surtout AKost ont eu beaucoup de plaisir avec le petit #58. S'il commence à Montréal, il ne sera pas régulier en partant, mais aux fêtes il fera probablement partie des meubles. Le talent, c'est le talent.
  • Encore une fois, ils sont sorti leur espèce de stratégie weirdo en avantage numérique, où le défenseur droitier descend dans l'enclave et laisse le gaucher tout seul comme un chien à la ligne bleue (l'ailier opposé remonte haut pour compenser, mais quand même). Ça a marché, la passe de Carle à Desharnais est un résultat direct de ce choix. On verra si ça tient au retour de Markov. Ça sera probablement une bonne façon de tirer profit des forces de Markov et de Subban, quand on y pense...

Pour le match de ce soir...


Ça fait 100 matchs que je compile les chances de marquer du CH, j'en suis donc venu à reconnaître certains patterns, à tort ou à travers.

Martin est un vieux loup de mer, il n'abattra pas ses cartes avant la fin du camp. Mais il est méthodique. Son approche est toujours la même: établir des combinaisons, leur donner un rôle, les laisser se pendre avec leur corde ou au contraire prendre la place qui leur revient. Présentement, Il n'y a pas beaucoup de combinaisons. À l'attaque, Gionta-Gomez, Plekanec et Cammalleri. À la défense, c'est impossible à dire pour l'instant.

Ce coup-ci, c'est Moen et Palushaj avec Halpern, Lapierre et Pyatt sont avec Maxwell, Pouliot avec Plekanec et Cammalleri et Fortier avec Leblanc et Conboy.


  • Je pense que Leblanc, Conboy et Fortier vont rester ensemble tout le match.
  • Maxwell est sur un siège éjectable: ses deux ailiers sont des joueurs établis et Martin lui donne la chance de faire quelque chose après sa belle performance aux côtés de Pouliot. Si le kid écrase, Halpern prendra le collier. Mais le fait est qu'on lui donne de la corde; je suis convaincu qu'il fait encore partie des plans de l'organisation.
  • Palushaj, Moen et Halpern sont en réserve de la république au cas où Pouliot ou Maxwell effouèrent. Sérieusement, j'ai bien hâte de voir ce que BP va faire à l'aile droite. Un match ne fait pas une saison, mais Pleks et Cammalleri sont, par leur style, peut-être plus aptes à compenser pour les carences défensives du grand Pou. Un move intéressant, j'attends la suite avec impatience (surtout que j'ai affirmé à plusieurs reprises que c'est une job que Pouiot est incapable de faire  ;D j'adore quand ces gars là me font mentir...).
  • Weber à droite de Gill, le mythique Kulbertanz sur la glace... Intéressant. Le type de 28 ans récemment signé pour Hamilton nous indique-t-il qu'un de Carle ou Weber va commencer à Montréal en attendant Markov?

jeudi 23 septembre 2010

10010: Boston 4 Montréal 2

Les scripts de Vic Ferrari ne sont pas encore en ligne, alors ça va être quelques PNG à la bonne franquette.

Les TVF:


Les chances:

C'est le total tout avantages. À forces égales:
CH: 9+7+7=23
BOS: 4+4+8=16

Mes tableaux croisés ne fonctionnent pas pour les chances; c'est le camp d'entraînement pour tout le monde... Sinon, les croisements de TVF donnent une bonne idée de ce qui s'est passé.

  • C'est le camp d'entraînement, on va pas sauter un plomb parce que Price est mou sur Horton en partant et qu'après les Bruins ont été mardeux sur leurs chances... Enfin, faudrait expliquer ça à la bande de demeurés du centre Bell. Regarder la game, des fois, ça peut en dire des choses sur ce qui se passe...
  • Le fait est que, contrairement à ce que Pierre et Benoît disaient, le club ne s'est pas réveillé en deuxième pour donner un gros effort en troisième. Ils ont dominé de A à Z. Outre une passe de 40 secondes avec 5 minutes à faire, où Halpern, Lapierre et Pouliot se sont fait ramoner par Wheeler, Caron et Paillé (4 chances entre 14:16 et 14:51), ça a été une boucherie. C'est le camp d'entraînement, alors pas de garbage time et autre "play to the score". Les équipes sur la glace ne représentent que ce qu'elles sont ce soir là, et hier soir, le CH était meilleur de la tête et des épaules.
  • Pleks-Cammalleri-Palusaj: le 13 et le 14 avaient l'air de prendre ça cool. Pleks était juste trop fort pour les autres. Il avait l'air gêné de compter son but en fin de deuxième. Cammalleri s'est fait voler au moins deux fois. Palusaj ressemble à D'Agostini il y a deux ans. On va attendre encore un peu.
  • Pouliot-Maxwell-Moen: Moen, c'est Moen. Pouliot était en feu et Maxwell le suivait allègrement. Amusant. Je suis fermement convaincu de la valeur de Maxwell, mais ce match-là était surtout celui de BP (oh le vilain surnom).
  • Lapierre-Pyatt-Halpern: Bon, ben on a nos mangeux de claques. Ça ne sera pas élégant tout les soirs, mais on n'a pas fini de les voir ensembles ceux-là. On a vu le chemin parcouru par Pyatt, qui semblait très, très à l'aise. Le gars est rendu dans la LNH. Rendu dans le sens de 5 buts 10 passes par année, mais bon, aussi bien lui que Laraque, eh?
  • J'oublie quelqu'un... Ah, oui: Leblanc-Dumont-Conboy: Conboy est gros, baveux et inutile. Dumont a eu l'air de virer gêné après ses deux pénalités. Dommage, mais on va le revoir; un genre de Pyatt baveux et droitier, selon toute vraisemblance. Leblanc? Rapide, des mains, toujours en mouvement... Reste à voir s'il a une gachette et s'il est capable de survivre aux blessures. Il se balade pas mal la tête baissée, son année dans le junior est nécessaire. Probablement pas à Montréal avant 2012-13.
  • Tinordi Spacek: Pôvre Jaroslav... Pelleter toute cette marde l'an dernier et là, zou, Bergeron lui fait un "wedgie". Tinordi semble ne pas être du genre à foncer partout. C'est bien. Pour le reste... Le kid n'arrive pas avant 2-3 ans, alors...
  • Gill Gorges: ben...
  • Weber Saint-Denis: Weber et Saint-Denis? Ensemble? Vraiment? Hrm. Saint-Denis s'est fait visser deux fois en partant, mais il a survécu. Gorges avait l'air de ça au début. Des fois, on penses que ce n'est pas une bonne chose, un D qui se fait planter. Mais des fois, c'est parce que le gars ne se débarrasse pas de la rondelle et qu'il a confiance en sa capacité à manger des coups. Benoît et Pierre disait que Weber avait donc perdu des points sur l'échappée donnée par Weber. Moi, c'est surtout la passe de jambon faite par Pouliot à Weber que j'ai remarquée.
  • Curieux jeu de puissance en 3e... Un seul pointeur (Spacek), Pleks et Cammalleri qui contrôlent le jeu, Palusaj et Weber en avant du filet. Pas sûr qu'ils vont essayer ça en saison régulière...
Je m'étais ennuyé. Faut juste que je trouve une façon de faire des tableaux croisés plus rapidement.


samedi 18 septembre 2010

Résumé saison

Le camp d'entraînement approche et Chris Topham en profite pour lancer les festivités sur Lions in winter. Son analyse des forces en présence est pertinente et je vous invite à vous en régaler.

Effet secondaire de l'évaluation de Chris: je me sens obligé de faire de même, sans pour autant répéter ce qui a déjà été dit. Donc, acte.

Un dernier mot sur 2009-2010


C'est au mois de décembre que se produit le premier événement ayant sauvé la saison du Canadien. Pas tant un événement, en fait, que l'affirmation de la part de trois joueurs, d'un élan qui ne se démentira pas jusqu'au final des séries: Halak (6v 3d 0.933 d'arrêts) , Plekanec (21 points en 17 matchs) et Cammalleri (15 points dont 8 buts, 7 à forces égales en 17 pj) explosent. L'élan d'Andrei Kostitsyn (10 buts 5 passes en 16 pj) est encore plus formidable, mais l'ainé se blessera dès le début janvier. Ces superbes coups de collier surviennent tous au même moment, alors que l'équipe accorde près de 10 tirs au but de plus qu'elle n'en décoche au cours du mois  (+25/-35 par match). Elle aurait dû sombrer corps et biens en décembre, mais l'équipe s'en tire au bout du compte avec une fiche de 9 victoires, 8 défaites et le retour inattendu de Markov. Ce mois, où ils font mentir tous les chiffres, préfigure de manière frappante les 19 matchs de séries éliminatoires du printemps.

Le détail des chiffres est en janvier toujours aussi affreux mais les remaniements qui sont alors entamés vont définitivement sauver la saison. Outre les essais accordés à des joueurs comme Trotter et Desharnais, c'est le congédiement de Laraque, le retour de Markov, l'arrivée de Darche, le renvoi de Pacioretty dans les mineures et, enfin, l'arrivée de Dominic Moore au mois de février qui vont permettre à l'équipe de recouvrer un certain aplomb. Moore, en particulier, va épauler Plekanec et Gomez et donner du répit à Metrpolit et Lapierre, incapables jusque-là de s'affirmer à forces égales. D'autres joueurs de soutien vont alors contribuer; en l'absence de son frère, Sergei Kostitsyn va aider Plekanec à continuer son travail. Le jeune K a, au cours de cette séquence, pour la première fois démontré qu'il pouvait légitimement faire un job de top-6. Sa prestation aux côtés de Moore et Moen en fin de saison fut aussi convaincante.

La teigne de Novopolotsk a, par ses frasques et son inconstance, usé la patience d'une administration austère et intransigeante qui l'a envoyé à Nashville. Cet échange est le genre d'idioties qui explique comment, dans la LNH, certaines équipes aux moyens illimités sont incapables de se sortir de la médiocrité alors que d'autres, garrottées par des budgets plus modestes (Nashville ne dépasse jamais les 50 millions en salaires), n'en réussissent pas moins à demeurer systématiquement parmi les meilleures.

2010-2011: on continue...

Les meilleurs éléments de l'équipe ont eu peine et misère à garder celle-ci à flots. On sait que le personnel sera, dans le haut de l'alignement, essentiellement le même l'an prochain. Il semble aussi que Gauthier et Martin ont décidé de donner à Eller une véritable chance de percer l'alignement. Ça semble indiquer que l'équipe roulera sur le même modèle, soit la concentration, à l'attaque, des assignations difficiles sur les épaules de Plekanec et, dans une moindre mesure, Gomez. Halpern semble tout désigné pour prendre le rôle de Moore.

L'attaque




Le bleu indique la part du nombre dans le total de la ligne, donc du joueur
La gradation du vert au rouge indique si le duo est au-dessus (vert) ou en-dessous (rouge) de la moyenne de l'équipe




Gomez, Gionta, Plekanec et Cammalleri ne donneront pas, selon moi, beaucoup plus que ce qu'on a vu au cours de la dernière saison. L'amélioration de l'équipe à l'attaque peut, au premier chef, provenir d'AKost et Pouliot. S'il est déraisonnable d'espérer qu'un de ces deux joueurs monte au niveau des quatre gros attaquants, on peut au mieux espérer d'eux des saisons de 30 points et des poussières à forces égales, avec en boni ce que leur temps de glace en avantage numérique leur amènera. C'est un espoir qu'on doit par contre entretenir contre le fait qu'ils sont tous deux susceptibles de passer pas mal de temps à l'infirmerie.

La grosse amélioration est donc à attendre des 3e et 4e trios. Si j'y vois des joueurs de hockey honnêtes, outre Eller je ne vois pas dans le fond de l'alignement des joueurs susceptibles de faire des dégâts contre les troisièmes paires de défenseurs adverses.


  • Darche a connu de beaux moments et ses résultats aux chances sont probants, mais il a été hyper protégé sur les zones de départ; je doute donc qu'il puisse aider au-delà du 4e trio.
  • Moen, Lapierre et Pyatt sont établis dans un rôle simple: joueur défensif n'amenant aucune forme de contribution offensive. Pyatt pourrait encore surprendre, je suppose; à presque un point par match (35 en 41) à 22 ans dans la LAH l'an dernier, il semble avoir un minimum de mains. Mais ça n'a pas l'air terriblement riche.
  • Eller va être bon, du moins c'est ce qu'il me semble. Mais le kid a 21 ans. Peu importe ce qu'il prend à l'adversaire, sur l'année complète on doit s'attendre à ce qu'il en donne encore plus. Année d'apprentissage, on doit s'attendre à ce que Martin ne lui donne pas beaucoup de glace.
  • Des joueurs comme Moen et Pyatt, voir Pacioretty, vont peut-être l'aider à ne pas trop traîner en zone défensive, mais une fois rendus à l'autre bout... Pacioretty a, malgré sa blessure et sa rétrogradation, connu une saison intéressante. S'il peut rester en santé, il va probablement s'établir définitivement en cours de saison.
  • Halpern vient vraiment consolider le caractère défensif de ce groupe de joueur. Sur le seul profil de son utilisation au cours des trois dernières années, il semble bien qu'il soit taillé sur mesure pour le poste de vétéran centre défensif. L'homme n'est pas complètement dénudé de talent, on pourrait donc le voir sur l'avantage comme deuxième droitier avec Gomez et Gionta. Faudra voir. En attendant, pour commencer la saison, il sera le véritable troisième centre de l'équipe. Eller devra lui passer sur le corps pour joueur plus souvent, ce qui est une excellente chose.
  • Boyd ne m'inspire rien de bon. Rarement utilisé, contre les pires éléments adverses, avec des joueurs moyens, il a généralement terminé parmi les cancres de son équipe au territorial. Un joueur marginal, semble-t-il. Je m'explique mal le contrat à sens unique à Boyd; Pacioretty lui est probablement déjà supérieur. Les chiffres ne disent pas tout; l'homme apporte certainement quelque chose d'extrêmement important à l'équipe aux yeux des entraîneurs et du DG.
À regarder l'alignement rapidement, dans le groupe des 14 attaquants: Moore sera remplacé par Halpern (du pareil au même), Metropolit par Eller (amélioration), Sergei par Boyd (affaiblissement) et Laraque par Pacioretty ou Desharnais (immense amélioration).

Rien pour écrire à sa mère et la perte de Sergei fait mal, mais c'est un groupe franchement plus solide. Moen, Halpern et Lapierre laissent entrevoir la possibilité d'un trio strictement défensif, appelé à prendre des baffes en zone défensive pour laisser plus de marge à Plekanec, Cammalleri et AKost. Un peu comme Phalsson/Niedermayer/Moen chez les Ducks dans le temps. Enfin espérons-le.

N'empêche, on a sorti pas mal de bois mort. Metropolit a rendu de fiers services sur le 4e trio, mais il n'était plus capable de monter sur le 3e en cas de besoin. Lapierre ressemble définitivement à une erreur d'évaluation. On a cru qu'il pouvait remplir le rôle de 3e centre et force est d'admettre que ce fut un échec. Je crois personnellement qu'il n'allait que là ou Latendresse le menait, mais peut-être que sa fameuse blessure à la cheville l'a vraiment ralenti. On verra.

D'Agostini n'a pas collé. Comme Higgins avant lui, je pense bien qu'on aura vu en lui des capacités qu'il n'avait pas. En deux mots: Saku Koivu. D'Agostini a eu la chance, comme Chipchura, de démontrer qu'il était ce jeune qui pousse dans le fond de l'alignement et il l'a échappée. Espérons qu'on accordera cette saison-ci la même chose à Desharnais, idéalement en le mutant à l'aile de Eller.


La défense



Hamrlik et Spacek sont vieux et risquent conséquemment de voir leur contribution s'amenuiser. Les blessures et l'usure physique font qu'il n'est probablement pas réaliste d'attendre d'eux une saison à l'image de celle qu'ils viennent de connaître. On leur demande simplement de ne pas tomber dans le fond d'un ravin. S'ils se maintiennent à peu près, c'est une épine de moins dans le pied de Martin.

Même en l'absence de Markov, la perte de Bergeron et Mara n'est probablement pas dramatique. Subban prend d'emblée le poste de 5e défenseur, 4e en l'absence de Markov. Gill reste le 6e, ce qui donne au départ un poste régulier à O'Byrne et la chance pour un autre défenseur de manger du temps au gros OB. Si Markov commence la saison sur la liste des blessés, c'est probablement la première vraie chance de Carle.

Ultimement, le Général reviendra, ce qui nous laisse entrevoir une défensive composée des duos Hamrlik/Spacek, Markov/Gorges, Subban/Gill. Trois duos équilibrés et complémentaires. Les soucis ne viendront pas de là.

Les gardiens


Price va en garder 60, Auld 22. Circulez, y'a rien à voir.

Conclusion


On peut s'attendre à une meilleure performance de l'équipe pour deux raisons. Premièrement, on est en droit de s'attendre à ce que des joueurs comme Pouliot, Andrei Kostitsyn, Gionta et Cammalleri ne manquent pas au-delà de 90 matchs. En défensive, Markov devrait normalement nous donner au moins 70 matchs. Tout ça permet d'espérer un peu de constance et des assignations moins cruelles pour un fond d'alignement qui est par ailleurs bien meilleur que l'an dernier.

Mais on ne parle pas ici de transformation radicale et d'un apport massif au niveau des joueurs réguliers. Il sera intéressant de voir ce que Martin fera de tout ça. Ce groupe de joueur a démontré l'an dernier qu'ils étaient tenaces et travaillants, mais aussi que les meneurs n'étaient pas dénudés de talents. À l'entraîneur, donc, de faire en sorte que tout ça se traduise en résultats.

lundi 6 septembre 2010

Le cas Picard

Le 31 juillet dernier, Alexandre Picard a signé avec le CH. Le prix ? Un sac de peanuts; 600 000$ s'il fait le grand club, 105 000$ à Hamilton. Picard a 5 saisons pro dans le corps et c'est son troisième contrat. Sa précédente entente, de deux ans, lui garantissait 800 000$ qu'il joue dans la LNH ou la LAH.

Le gars a comme qui dirait pris une drop et on va peut-être assister à ce qui sera sa dernière chance avant un bout de s'établir comme joueur régulier. Je dis bien "peut-être"; Gauthier n'est pas un imbécile et si il tire un chiffre régulier de Picard, ça sera un beau coup. Toujours est-il, le kid a fait du millage. On va regarder ce que hockeydb.com, hockey-reference.com et behindthenet.ca nous disent sur lui...

Commençons par les évidences; né en 85 à Gatineau, 6 pieds 2 pouces 220 livres selon hockeydb, 6-3 215 selon H-R... Yé gros. Mais ça a l'air qu'il est "gros" comme Brisebois était "gros". Personnellement, je m'en sacre. Repêché en 3e ronde par les Flyers, il termine son stage junior avec des saisons de 35 points avec Cap-Breton et 36 points avec Halifax. Les deux équipes sont des puissances de la ligue et Picard y termine premier et deuxième compteur parmi les défenseurs de son équipe. Ben coudon.

En 2005-06, il arrive chez les pros et colle une saison de 33 points en 75 matchs pour les Phantoms de Philly, qui ne sont pas exactement une puissance. Derniers de leur division, leurs 76 points les placent 22e sur 28, 27 sur 28 pour les buts marqués. Picard est 6e marqueur de son équipe, 2e défenseur derrière un certain John Slaney, 33 ans, qui se gâte avec 50 points, deuxième marqueur de l'équipe. Ben coudon. Picard va prendre une tasse de café de 6 matchs avec les Flyers, aucun point.

2006-07, il gradue. 6 matchs avec les Phantoms, 62 avec les Flyers. Les Flyers, cette année-là, sont parfaitement pourris. Hicthkock se fait sacrer dehors après un départ de 1-6-0-1 et Stevens suit avec 21-42-0-11. Philly termine au dernier rang du classement, 26e pour les buts pour, 30e pour les buts contre. La fiche de Picard en pâtit: 3 buts, 22 passes et -19. Grâce à Gabriel Desjardins, Behindthenet.ca commence cette saison-là à nous donner une idée plus chiffrée de ce qui se passe sur la glace. Les données brutes sont ici. On a une meilleure idée de ce que Picard a accompli en regardant comment il s'est classé par rapport à ses coéquipiers. Le tableau suivant présente le rang qu'occupe chaque joueur des Flyers pour les catégories suivantes: le pourcentage de minutes passées sur la glace lors des matchs auxquels ils ont participé, la différence entre les +/- de l'équipe lorsque le joueur est ou non sur la glace, la qualité des adversaires affrontés et des coéquipiers qui ont accompagné chaque joueur.


Les rangs 1-2 sont en vert, 3-4 en jaune, 5-6 en rouge et les autres sans fond. Bref, couleurs=bien, pas de couleur=pas bien et plus ça tire vers le vert mieux c'est. Ok?

Jouant contre une forte opposition avec des joueurs médiocres, Picard a quand même fait belle figure. Sachant que les défenseurs se développent plus lentement que les avants, cette première saison est intéressante.

Mais voilà, les Flyers ne chôment pas et outre Timmonen qui point dans le bas de cette liste, arrivant en fin de saison de Nashville, l'émergence de Coburn et l'arrivée de Jason Smith tasse le jeune Picard qui est en 2007-08 échangé à Tampa Bay au mois de février. Il y disputera 20 matchs, cumulant 3 buts et 3 passes. Tampa, est-il besoin de le rappeler, est en phase de terminer dernier et de repêcher Stamkos. L'équipe est moyenne à l'attaque et franchement merdique en défense, accordant 267 buts. Voici, toujours sur le même mode, ou s'est situé Picard lors de son bref passage à Tampa.



On a, à partir de cette saison-là, deux indicateurs supplémentaires, que j'utilise tout le temps, soit les TVF et les zones de mises en jeu. Comme je rempile simplement sur ce qu'a publié Gabriel, je mets ici les TVF relatifs et le pourcentage de départ en zone défensive.

La dose de mises en jeu en zone défensive qu'on lui sert n'est pas assassine (49% de départs offensifs) mais l'impact est visible sur ses TVF. N'empêche, le kid est appelé à passer la moppe derrière O'Bryen et Janik (!) pendant que Ranger et Boyle mènent la charge. Il est mieux entouré, mais on peut dire que le peu de temps qu'il passe à TB le met en contact avec une job de top-4. Aurait-il tenu le coup pendant toute une saison ? Ça reste à voir. Il part à la fin de l'été pour Ottawa avec Kuba et des choix contre Meszaros.

Il arrive à Ottawa juste à temps pour voir les Sénateurs éffouèrer en dehors des séries, 23es au classement général. Picard y compte 6 buts et 8 passes en 47 matchs. Les Sénateurs ont quand même une défensive assez garnie. Phillips et Volchenkov, bien sûr, mais aussi Kuba, Jason Smith, Brian Lee et Brendan Bell, avec Campoli qui arrive de New York et fait 13 points en 25 matchs. Bref, du monde à la messe et Picard semble un peu tassé dans le coin. Dur à dire en regardant juste le site de TSN, mais il semble définitivement avoir été blessé, manquant notamment les 21 derniers matchs de la saison.


Chris Phillips sait jouer au hockey. Picard, lui, va se retrouver à jouer quand même des minutes significatives, mais pas de grosse fonte à lever non plus. Le carreau jaune et le vert sautent aux yeux, mais en gros, la ligne est pas mal l'inverse de ce qu'on a vu à Tampa Bay et ça, ça nous laisse entrevoir que, peut-être, si on se donne la peine de ne pas le traiter comme un top-4, Picard peut faire quelque chose de valable à forces égales. Peut-être.

Et la saison dernière ? À regarder les notes plutôt vagues de TSN, il semble avoir manqué au moins 16 matchs pour cause de blessures. Outre Phillips, Volchenkov et Kuba, Karlsson s'est établi et Carkner s'est amené pendant l'été. Picard, sur la dernière patte d'un contrat one way et peut-être un peu fragile, a semblé voir le tapis lui glisser sous les pieds.


J'ai l'impression, à regarder ces tableaux, que Picard a été ralenti par les blessures. C'est un job terriblement exigeant que celui de défenseur de la LNH et les jeunes qui montent voient chacune de leurs hésitations se transformer en coup de butoir. Nous fûmes nombreux à nous demander si Gorges arriverait vivant à son 24e anniversaire.

Picard paye probablement en blessures pour son accession rapide à la LNH. Il me semble vraisemblable que, amené rapidement dans le grand cirque par des équipes faibles et inaptes à le protéger, Picard a beaucoup joué contre de bons joueurs et s'est fait allègrement tabasser. Il se peut que le par de Gauthier soit que, comme défenseur de profondeur, il soit possible que Picard monte une autre marche et devienne un véritable défenseur régulier. Le risque est inexistant et il est parfaitement probable que ça paye.

dimanche 5 septembre 2010

Price, encore.

En matière d'analyse des performances de gardiens de but, le blogueur de référence est selon moi le Contrarian Goaltender. Ce dernier écrit rarement, mais lorsqu'il se commet, le coup porte. Un point récurrent de ses analyses concerne la différence entre les pourcentages d'arrêts à forces égales et sur les unités spéciales. Ce billet en particulier, prenant José Théodore comme exemple, est une bonne introduction à ses arguments. Alors voilà. Si on accepte l'idée selon laquelle le pourcentage d'arrêts à forces égales est un des meilleurs indicateurs que l'on possède pour se faire une idée des aptitudes d'un gardien de but, comment le poulain préféré du CH se classe-t-il aujourd'hui?

Selon le site de la LNH, 138 gardiens de but différents ont évolué dans la LNH au cours des 4 dernières saisons. Ces 138 gardiens ont reçu 225547 tirs au but au cours de cette période, 18344 de ceux-ci étant convertis en buts pour un taux d'arrêts à forces égales de 0,918. Le taux de talent n'est évidemment pas également réparti; la moyenne des taux d'arrêts de ces 138 gardiens se situe, elle, à 0,908... C'est là une simple illustration de l'effet de sélection des gardiens; les pochetrons ne restent pas longtemps (sauf chez les Leafs...).

85 de ces 138 joueurs ont affronté au moins 500 tirs au but en 4 ans et parmi ceux-ci, la moyenne des taux d'arrêts est plutôt de 0,916 avec un écart-type de 0,010... Bref, parce qu'on est entre amateurs, on tournera les coins ronds en disant qu'un joueur qui, sur 4 ans, traverse la barrière du 0,926 a probablement été un fichu bon gardien et celui qui s'est tenu sous les 0,906 a été franchement mauvais. Ces 85 gardiens ont affronté, en moyenne, 2586 tirs au but au cours des 4 dernières années, mais ici l'écart-type est de 1646 tirs. Je prends donc, vite de même, le seuil des 940 tirs comme indicateur d'une utilisation vraiment faible et, par conséquent, d'un taux d'arrêts à prendre avec des pincettes. Ce premier graphique exprime bien ce que je veux dire; il s'agit des pourcentages d'arrêts des 85 gardiens sélectionnés, en ordre décroissant de tirs affrontés:

Cliquez pour agrandir
Les équipes de la LNH ne font pas que regarder les pourcentages d'arrêts lorsqu'elles donnent du temps à tel ou tel gardien. Je pense qu'on peut prendre pour acquis que ces équipes excellent généralement dans l'art de distinguer les bons gardiens des gardiens chanceux (sauf les Leafs, bien sûr). Les grosses variations que l'on retrouve à la droite du graphique, chez les gardiens peu utilisés, illustrent combien ces chiffres peuvent varier sur des échantillons restreints, et ce peu importe le joueur.

Voici les 21 joueurs les moins utilisés (ayant affronté 1160 tirs ou moins):



Rask n'a pas trop l'air d'un pied de céleri, mais attendons encore un peu; Price, à sa première année, a fait 0,929 sur 957 tirs. N'empêche, parce qu'ils sont présentement au-dessus du plafond, les Bruins ne pourront pas garder Tyler Seguin (ce qui n'est pas terrible en soit; Krejci, Bergeron et Savard forment une très belle ligne de centre), doivent se débarrasser d'un peu plus de deux millions pour rentrer sous le plafond et, oh, payent Thomas 5 millions pour les 3 prochaines années.

N'empêche, le vieux Tim n'est pas encore mort. Voici la liste des 85 gardiens; en vert sont ceux qui ont vu un nombre de tirs supérieur à un écart-type de la moyenne, en rouge ceux qui sont un en bas. En vert pâle, ce sont ceux qui ont vu au moins 3000 tirs, un seuil raisonnable pour se faire une idée des aptitudes réelles d'un gardien. En bas de 3000, la (mal)chance a potentiellement significativement joué. C'est ce que j'ai cru comprendre en lisant à gauche et à droite, mais je n'ai pas de démonstration (ou d'hyperlien!) en main, alors n'allez pas parier des bières là-dessus.


Price, avec son 0,923, est dans le haut du peloton du milieu, alors que Halak flirte quant à lui avec l'élite. La différence, c'est qu'on peut s'attendre à ce que Price s'améliore encore alors que Halak est probablement rendu au somment de son art. Quand même, avec ses 3129 tirs à forces égales, Price est déjà, après 3 ans dans les rangs professionnels, un gardien établi. C'est exceptionnel et ça indique l'importance que lui attache l'organisation. Ces deux années à 2,75 millions ne vont probablement pas avoir un rapport qualité/prix supérieur à ce que Halak, à 0,775 par année, vient de nous donner au cours des deux dernières, mais on peut s'attendre à un solide retour sur l'investissement. C'est après qu'il sera intéressant de voir si l'équipe résistera à la tentation de sortir le pactole.

Vokoun est particulièrement impressionnant. À 34 ans, il vient de coller des saisons de 0,925, 0,935 et 0,937; à sa dernière année de contrat, la Floride va peut-être aller chercher quelque chose d'intéressant contre ses services si une équipe de milieu de peloton décide de se payer Vokoun dans l'espoir d'un long printemps.