mercredi 11 mai 2011

Les chances de marquer du CH en 2010-11

Voici un petit tableau récapitulant les chances de marquer et les TVF du CH au cours des deux dernières saisons.


Quelques explications sur le tableau, pour ceux qui ne sont pas familiers avec ce blogue:

  • TVF veut dire "Tirs vers le filet". Il s'agit de la somme des tirs au but, tirs manqués, tirs bloqués et buts marqués par et contre le CH à forces égales. Les blogues anglais nomment généralement ça "Corsi rating". Le nombre de TVF nous donne une idée du temps passé en zone offensive ou défensive par une équipe.
  • Chances: il s'agit tout simplement des chances de marquer à forces égales que j'ai recensées au cours des deux dernières saisons. Voici ma définition d'une chance de marquer:
Est une chance de marquer un tir franc pris par un joueur dans l'enclave. Un tir manqué peut être une chance de marquer, mais pas un tir bloqué par un défenseur. L'enclave, en gros, va des poteaux aux points de mise en jeu et de là au sommet des cercles de mise en jeu.
  • La colonne % indique la proportion de chances de marquer sur TVF. Ainsi, 28,6% des TVF tentés par le CH en 2009-2010 étaient des chances de marquer.
  • La colonne Mises en jeu indique le nombre de mises en jeu prises par l'équipe, à forces égales, en zone offensive et en zone défensive.
Concernant le contenu du tableau maintenant...

  • Dans les 3 catégories, l'équipe s'est franchement améliorée.
  • La proportion des chances de marquer sur les TVF reste relativement stable d'une saison à l'autre. 
Ce deuxième constat nous permet d'attaquer un deuxième tableau. Celui-ci ne concerne que les seuls TVF à forces égales, répartis selon le score du match.


On retrouve ici une deuxième utilité des TVF: en plus de nous donner une idée du temps de possession de rondelle, ils nous indiquent aussi combien de temps l'équipe a passé dans une situation donnée. En gros, l'édition 2010 a renversé la vapeur quant au temps passé à tirer de l'arrière ou encore à jouer avec les devants. C'est là, à mes yeux, un signe clair d'une équipe améliorée.

Mais il y a mieux!

On vient de le voir, le % des TVF convertis en chances de marquer reste, d'une saison à l'autre, relativement stable à l'échelle de l'équipe et ces % sont similaires selon qu'on parle des chances pour ou contre l'équipe. Une augmentation du % des TVF en faveur du CH nous donne donc, dans les fait, une augmentation des chances de marquer en faveur du CH. Ce que ce tableau nous montre, c'est que non seulement le CH a passé plus de temps à avoir les devants, mais il a, dans les 3 situations, été beaucoup plus dominant. La capacité de l'équipe à revenir de l'arrière tout au long de la saison trouve ici une explication: sitôt que l'adversaire faisait mine de se replier sur une avance, le CH dominait outrancièrement le jeu.

Fallait juste pas leur donner un pouce.

Prochaine étape, les joueurs.

18 commentaires:

Vanhouse a dit…

Merci Olivier pour ces chiffres.

Moi ce qui me frappe le plus c'est de voir que le CH a réussi à créer environ 100 chances de plus que l'année précédente, ce qui est pas mal la même augmentation que pour les mises en jeu. D'ailleurs, je remarque également que ces 2 nombres (mise en jeu et chances) semblent se suivre pas mal...

Le CH c'est de beaucoup amélioré pour les TVFs contre et pour. Sauf que pour les chances, selon moi le CH en a donné trop. Par rapport au TVFs contre.
C'est vrai que les ratios se ressemblent pas mal, mais il faut faire attention, 1.8% de différence pour le ratio contre, je trouve que c'est assez important. (ça peut vouloir dire 72 chances contre de plus, pour les TVFs de 09-10 (4025))

Le CH a réussi a bien contrer les TVFs mais ont donné pratiquement autant de chance de marquer. On peut imaginer que le CH a donné autant l'enclave et a moins donné de tirs d'un angle difficiles. (est-ce qu'un gardien peut avoir cet effet?)
J'ai bien hâte de voir les joueurs...

Mathieu a dit…

@Vanhouse: Si j'avais a spéculer, je prétendrais que ce n'est pas tant une question du gardien, qu'une question de blessures plus répandues chez les défenseurs que l'an dernier. Les avants, et l'équipe au complet, était beaucoup plus à même de maintenir la possession de rondelle (au point d'en être dominants), ce qui empêchait les chances de marquer contre. Mais sans Markov, sans Gorges, sans Spacek une bonne partie de l'année, à boucher avec des Mara et des Sopel... la couverture en zone défensive n'était peut-être pas aussi bonne.

Moi ce qui me frappe bien sûr, et au risque de me répéter pour une enième fois, c'est la domination du CH à forces égales avec le score égal; ça représente un changement absolument immense dans les fortunes du Canadien, un pur séisme. Et la tristesse que cette augmentation des chances de marquer ne se soit pas traduite par une augmentation conséquente des buts. Dommage, mais ça présage bien pour l'avenir. On peut envisager l'an prochain avec extrêmement d'optimisme je pense.

Par contre, on a l'air un peu fou avec nos bilans de l'an dernier. ;) Parlant de ça, Olivier, si tu veux bien le publier, je pense que je vais faire un retour sur mon article sur le trou noir; ce ne sera bien sûr qu'une autre illustration du même phénomène, mais je pense que ça présentera un certain intérêt.

Olivier a dit…

@vanhouse: Je vais encore jacasser un peu sur l'équipe avant d'arriver aux joueurs. D'avoir une série cohérente de données qui s'étend comme ça sur deux saisons, ça permet d'élaborer sur certaines notions que je prends autrement pour acquis.

On a tout l'été :)

Un des trucs que j'entend éclaircir avant de passer aux joueurs se rapporte à ce que tu soulignes, soit que le CH a quand même accordé beaucoup de chances en 2010-11. En gros, il me semble que certaines améliorations massives sont en surface gommées par le renversement du temps de jeu passé à tirer de l'arrière et à avoir les devants.

Je considère que le "score effect" (pas de bonne traduction sous la main; quelqu'un a une idée?) est un clou important pour bien fixer la compréhension qu'on a du hockey contemporain. Cette série de données sur les TVF et les chances de marquer constitue un excellent marteau.

@Mathieu: tu m'envoies ça quand tu veux, ça sera un plaisir de mettre ça en ligne!

MathMan a dit…

Il y a quelque choses de mal avec "effets de score"? Ça sonne même vaguement scientifique. ;)

Je ne sais pas si tu as ces données, mais les chances de marquer par situation de score seraient un "breakdown" très intéressant.

Olivier a dit…

Je vais bientôt avoir ces divisions là, oui. J'ai bien hâte de voir si les ratios Chance/TVF bougent (on doit assumer que oui) et dans quel sens.

Vanhouse a dit…

Je sais on a tout l'été...
(juste Gomez et Plek peut-être...c'est correct je vais attendre patiemment)

Est-ce que tu as les temps joué avec l'avance et en tirant de l'arrière? (ou l'endroit où l'on pourrait les trouver, j'ai cherché un peu mais rien de facile)
De cette façon, on pourrait mettre en relation les TVFs et les temps et pouvoir se donner un autre aperçu de l'effet du pointage. (TVFs/ min en situation +,0,- ,...)
On peut ben repasser une petite semaine là-dessus.

Mais, j'ai bien l'impression que plusieurs facteurs peuvent expliquer ces chiffres.

Mes 2 hypothèses:
-plus de contrôle de puck (plus de TVFs pour), donc moins de TVFs contre, sauf qu'on s'est fait prendre plus souvent en replis défensif et en situations défensives "précaires";
(je pourrais également ajouter notre brigade de défenseurs sur-utilisés et un peu limite par moment)

- L'effet Price (ou d'un gardien stable et fiable) sur les équipes adverses. Ça prend un bon tir pour le battre, donc les équipes adverses ont une tendance à être patient avec la rondelle, pour se créer des chances et non des TVFs.

Rapidement, ce sont mes impressions.

Olivier a dit…

Blogger a pété une coche, on a donc perdu quelques commentaires.

Ben coudon.

Simon Lamarche a dit…

Salut tout le monde!

Suite à une courte absence (je déménageais, je déménage encore à vrai dire), un retour rapide pour dire un gros merci à Olivier pour son travail toute la saison. Je continue de lire assidument même si je n'ai pas le temps de commenter récemment.

Si je prends le temps de le faire aujourd'hui, c'est concernant la nouvelle de Rafael Diaz, le défenseur suisse.

J'ai utilisé les chiffres de ses deux dernières saisons et le ratio disponible sur behind the net pour comparer entre les ligues et c'est un défenseur de 25-30 points par saison de 82 matchs dans la LNH.

Pas si pertinent, rien de bien poussé comme analyse mais si ça peut éviter à quelqu'un de refaire le calcul...

J'ai aussi fait des recherches sur tous les sites de stats que je connais pour avoir une meilleure idée du genre de joueur que Emelin représente, et y'a pas grand info disponible. On ne peut donc se fier qu'aux infos que l'on a sur les sites russes, mais bon... Même comparer le temps de glace aux autres joueurs, quand on ne sait pas vraiment c'est qui les autres joueurs... Quelqu'un a une idée? Je suis curieux!

Mathieu a dit…

La KHL n'est pas une ligue de deux de piques, et si je me souviens, Emelin joue pour un club de pointe; si il y joue un shift régulier, il ne devrait pas être un pied de céleri. D'ailleurs, il joue pour l'équipe nationale Russe aux Championnats du Monde, ça force donc à un niveau plancher.

D'autre part, Pierre McGuire et Corey Pronman ont tous deux parlé d'un défenseur de deuxième paire largement supérieur à la moyenne (McGuire disait un "bon #3"). Le fait que ces deux commentateurs aux styles et approches bien différentes se recoupent et me met en confiance.

Le gars est du calibre de la LNH, ça ne fait pas l'ombre d'un doute je pense. Reste à savoir où il se case dans l'organigramme, mais la profondeur en défensive du CH fait qu'il n'a pas besoin d'être un sauveur, loin de là. Montréal a, plus que la majorité des équipes, les ressources pour l'acclimater lentement et l'apparier à un très bon défenseur pendant qu'il prend le pli.

@Olivier: J'avais suggéré "effets de score" pour "score effects"; j'avais trouvé que ça sonnait même vaguement scientifique. J'avais suggéré de comptabiliser les chances de marquer par situation de score pour voir si il y avait un effet; mais c'était superflu car il est évident que tu y as déjà pensé.

Vanhouse a dit…

@Mathieu:
je ne suis pas tout à fait d'accord avec toi concernant la profondeur en défensive du CH. surtout pour se genre de défenseur là.
En fait, ça dépend de qui PG signe. Je suppose:
Gorges et Markov, c'est des formalités. (et on les suppose en grande forme)
En suite, on a Spacek,PK et Weber.

Donc, en partant
PK - Emelin;
Gorges - Markov;
Weber - Spacek;

Si on signe Hamrlik, ok on a du lousse avec Emelin on peu le faire jouer des shifts faciles. Si on signe Gill, il est mieux d'être bon vite.

Diaz, je ne le connais pas du tout, mais un autre suisse, gabarit ordinaire, plutôt offensif...Diaz et Weber dans le line up? Non.

Pour moi, l'année dernière nous a cruellement rattraper au niveau de la profondeur de nos jeunes défenseurs. C'est l'an passé que l'échange de Gomez nous a fait mal. (et ça n'a rien à voir avec Gomez) Un jeune défenseur fiable pouvant jouer dans toutes les situations pouvant jouer sur une 2e paire à la fin de cette saison...
Mais bon, on aurait pas Pyat.

Simon Lamarche a dit…

Ni Gomez...

Bon, c'est un peu drôle à dire, mais quand tu dis "il est mieux d'être bon vite", ça ne me stresse pas trop. Faites-le jouer avec Markov pour commencer la saison et je ne suis pas stressé pour lui.

Je me souviens des games que Markov a passé avec O'byrne et je me dis que je serais bien surpris que Emelin ne soit pas capable de faire au moins une bonne deuxième paire.

Diaz est moins offensif que Weber mais plus solide en défensive. Plus vieux cependant. Attendons le camp. Ce que ça veut dire c'est que les vétérans qui veulent rester à Montréal ne resteront que s'ils ne demandent pas une fortune.

Mathieu a dit…

Markov-Gorges, c'est la première paire. Collez Subban avec Emelin contre de la compétition de deuxième paire et il va prendre le pli rapidement; n'oublions pas que Subban a fait de Picard un tueur de troisième paire en début de saison, et qu'il a fait de Hal Gill un défenseur de première paire.

Sinon, mettre Spacek avec Subban et partir Emelin avec Weber sur la troisième paire, ça devrait être amplement à l'intérieur de ses capacités. Ce qu'il faut retenir Emelin n'est pas une verte recrue, c'est un joueur qui est pro de haut niveau depuis quoi, 5, 6, 7 ans?

Je virerais pas trop fou avec McDonagh vis-à-vis la profondeur des défenseurs. Le CH a quand même passé l'année à se maintenir dans le premier tiers de la ligue sans Markov et Gorges, qui sont des défenseurs #1 et #3-4. On a eu des moments ou trois ou quatre réguliers étaient out et on alignait 6 defs de calibre LNH pareil.

Diaz, dans ma tête, c'est une tentative de reproduire Mark Streit.

Olivier a dit…

@mathieu: j'aimes pas score, mais il semble que ça soit un mot français. Après moult zigonnages sur google translate, j'essayerais peut-être "incidence du score"... Ça ne senbke aviur un certain cachet, à défaut d'un cachet certain.

Imaginez, Jacques Doucet et ses sbires qui ont codifié la francisation des termes du Baseball à la fin des années 60... Travail de titan.

Je rejoins par ailleurs Mathieu sur la question de la KHL; certainement ke meilleur circuit en ville après la LNH, alors à 25 ans, le CH ne court pas un gros risque, le gars est de la ligue, ste juste à voir s'il préfèrera le rôle qui lui reviendra ici à celui qu'il avait là bas. Pour nous, c'est du bonbon, le gars ne coûte que de l'argent et un poste dans une défensive avec 5 postes à combler.

@simon: Pronman semble aimer Diaz et surtut, il soukigne que le CH sembke fouisser pas mal fort du côté de la Suisse depuis quekques temps, un lieu obscur mais semble-t-il bien structuré côté hockey. Diaz va fai ses 82 matchs en lah et après on verra. Encore une fois, 0 risque et si ça rapporte quoi que ce soit, c'est du bonus.

@vanhouse: Mais il est très bien, Pyatt! :P. Pour ce qui est de l'incidence du score (!) sur les chances, je vais sortir ça d'ici le début de la semaine. Une fois ces données bien établies, je vais fai une première virée générale sur les joueurs.

Une fois tout ça établi, on embarque dans le liquoreux: évolution du temps de glace des adversaires affrontés dans la saison, distribution du temos de glace de fin de match avec avance/retard, etc etc etc...

On en a pour l'été, je vous le dis.

Olivier a dit…

Et si je tape comme un cochon, ben c'est parce que je suis sur mon iPad et une bière.

On est quand même vendredi soir, s'pas?

Vanhouse a dit…

Mon point avec McDonagh est au niveau de la profondeur de nos jeunes défenseurs. (je crois beaucoup que ce jeune peu être un gros mangeur de minute, sans flafla.)

Oui la KHL c'est du bon calibre, mais Emelin devra tout de même faire ça place et tenir son bout avec les meilleur. Si Emelin est un top 4 à la fin de la saison, on oublie ce que je viens de dire.

J'ai bien hâte de voir note brigade défensive l'an prochain.

Simon Lamarche a dit…

Hors-sujet par rapport au reste de la conversation, mais bon...

Avez-vous déjà entendu parler de textes sur le taux de réussite aux mises en jeu selon la qualité de l'adversaire?

J'entends des gens dire que Plekanec n'est pas très bon aux mises en jeu et je me demande si ce n'est pas un effet de les prendre contre les premières lignes la plupart du temps, alors que des gars comme Halpern ne sont peut-être pas tant que ça meilleurs que lui, même s'ils finissent la saison avec un meilleur taux de réussite.

Olivier a dit…

Ce qui va affecter le pourcentage de mises en jeu, c'est d'abord la situation (égalité numérique, infériorityé ou supériorité numérique). En gros, les splits sont à l'échelle de la ligue 50% à forces égales et 45/55 en infériorité/supériorité numérique.

À forces égales, je ne sais pas si c'est tant la qualité des adversaires affrontés que la zone ou la mise est prise qui peut avoir une influence.

Tout ça pour dire, Halpern est bon en ta sur les mises en jeu et Pleks prend beaucoup de mises dans des situations difficiles, ce qui comprime ses pourcentages.

Ça donnes aussi une idée de la qualité d'un gars comme Brind'Amours dans le temps et ça permet de remettre en perspective la domination de Yannick Perrault, qui ne prenait que des mises en zone offensive et en avantage numérique.

Mathieu a dit…

Deux petites opinions personelles sur les mises en jeu:

Primo, même si le centre est primordial c'est quand même un jeu d'équipe. Celui qui gagne la mise en jeu c'est celui dont l'équipe obtient possession de la rondelle. Si le centre gagne la mise en jeu clairement ça ne pose pas de problème mais il y a de très nombreux cas ou c'est la réaction des autres joueurs, surtout les ailiers, qui prime. C'est une des raisons pour laquelle l'équipe sur le PP a un avantage significatif aux mises en jeu.

Secundo, c'est un facteur qui est, à mon avis, un peu surévalué. Oui c'est important, mais la différence entre un très bon et un très mauvais score c'est 55-45, et la corrélation avec les victoires, elle existe mais elle est bien simple.