mercredi 25 janvier 2012

Échanger Subban?

Joli petit pas de deux dans La Presse ces derniers jours...

François Gagnon avait suggéré la chose il y a quelques jours, surfant ainsi à sa façon sur l'irrépressible vague de nihilisme qu'a déclenché l'élimination hâtive du CH dans les pages sportives de La Presse (et, je le suppose, dans une partie des médias électroniques, médias que je ne consomme pas).

Mathias Brunet, amant des espoirs et des jeunes prometteurs s'il en est un, se fendait au même moment de deux billets; un premier, citant Billy Bean (aaaaah, moneyball!), souligne ainsi l'importance de ne pas stagner, laissant entendre que le CH ne doit pas avoir peur de "rebâtir". C'est une topique récurrente chez Brunet et son commentateur-vedette-parce-que-rendu-dépisteur-simon_snake: tank and rebuild. Si l'équipe stagne, on met la hache dans le truc, on perd quelques années pour se remplir d'espoirs et ensuite Coupe Stanley!

Le deuxième billet est plus intéressant parce qu'il précise un détail essentiel du processus de destruction créatrice en question: il importe de garder les joueurs de valeur! Donc, pas question selon lui d'échanger PK Subban.

Autre billet aujourd'hui: non seulement est-il hors de question d'échanger Subban, mais même contre le premier choix des Oilers, Brunet insiste, ce serait une erreur, un tient vaux mieux que deux tu l'auras! Encore ici, parfaitement d'accord. Deux éléments de réflexion par rapport à tout ça:

  • Ce qui est cité de l'article de Staples par Brunet cite nommément les propos de l'excellent Christopher Boucher, qui décortique chaque match du Canadien à l'aide d'une grille d'analyse des faits et gestes des joueurs. Une pure entreprise de dépistage systématique, quelque chose de vraiment intéressant. Les propos de Boucher sont limpides: Subban est excellent parce qu'il ne commet que peu d'erreurs en accomplissant des jeux que d'autres ne se risquent pas à seulement tenter.
  • Brunet nous révèle ici à mon sens un aspect intéressant des "sources" des journalistes affectés à la couverture du hockey, soit leur grande tendance à être des dépisteurs. Les DG et autres hauts placés ne parlent pas aux journalistes. Les dépisteurs, par contre, ne s'en privent pas, ne serait-ce que "sous le couvert de l'anonymat". Ces sources constituant un gros morceau de ce que les journalistes peuvent qualifier d'accès "privilégié" au monde du hockey, ils y accordent donc, me semble-t-il, une grande importance. Or, comme nous le démontre si clairement (et dramatiquement) le fameux film Moneyball, une des tendances marquantes de la direction des équipes professionnelles des 10-15 dernières années est justement de relativiser ce fameux discours des dépisteurs. C'est d'ailleurs ce qui fait, encore une fois selon moi, l'intérêt de l'approche systématique de Boucher: celui-ci redéfinit l'activité du dépistage en orientant celle-ci vers la production d'informations utilisables par ces nouveaux gestionnaires qui tendent à se méfier des discours de dépisteurs du genre "un tel a du caractère parce qu'il a cassé son bâton en arrivant au banc après avoir manqué son tir". 
Pour des journalistes collés sur l'activité du club et dont l'activité est évaluée à l'aulne de leur capacité de "news getter" (terme utilisé par Brunet pour vanter Gagnon dans les commentaires de son blogue, affirmation culottée à la lumière de la job de bras faite à Cammalleri), les histoires de TVF et de chances de marquer utilisées pour télescoper les événements d'un match à l'échelle d'une saison, le tout saupoudré de propos sur la "chance", ça ne leur dit rien, mais rien du tout. Soit. Mais Boucher, avec son approche systématique du dépistage, leur parle sur un ton qui leur est familier. Parce que Boucher, lui, parle de ce qui se passe pendant le match en notant systématiquement les événements qui s'y succèdent, de le voir ressortir ainsi, ne serait-ce que furtivement, sur cyberpresse, est une très très bonne nouvelle.

J'ajouterais ceci: il est piquant de voir Boucher apparaître sur un média montréalais, parce que cité par un journaliste d'Edmonton, alors que le gars fait ça depuis la saison dernière. Nul n'est prophète en son pays, indeed.

15 commentaires:

Anonyme a dit…

"Tank", Olivier, pas "Thank".

Olivier a dit…

Ah batinse...

Almost bilingual, iou gnow?

(corrigé, merci :))

Mathieu a dit…

Faut dire que le journaliste d'Edmonton en question, c'est Staples. Non seulement est-il le plus proche de la communauté de l'analyse statistique (qui est en grande partie née dans la Oliogosphère, quand même), mais il fait lui-même des décomptes du genre. N'empêche, le point de base demeure entier: Boucher ne serait pas prophète en son pays. Enfin, espérons que cela mettra Mathias Brunet sur la piste; pourtant, j'imagine qu'il lit HFBoards, et on sait que MA Godin y poste, or Boucher y a son propre thread.

Et... "un tel a du caractère parce qu'il a cassé son bâton en arrivant au banc après avoir manqué son tir"... ma foi, penses-tu à quelqu'un en particulier? ;)

Ce qui est intéressant dans la citation de Beane de Mathias, c'est que l'illustre DG ne propose pas le tank-and-rebuild -- il propose l'amélioration constante par le rajeunissement, en échangeant des vétérans progressivement pour des plus jeunes. C'est une grosse différence. Mais Brunet semble adepte du dynamitage, porté sans doute par une perception (que je juge fausse) que le Canadien de cette année est très faible. Je pense qu'il faudrait vraiment qu'on lui fasse remarquer sans ambages que les Edmonton et Atlanta et autres Columbus sont le résultat d'une telle stratégie bien plus souvent que les Pittsburghs de ce monde, et que pas un club à gros budget ne fait jamais une chose pareille et que ça n'a pas empêché les Bruins et les Flyers de se remettre de leurs mauvaises années... il faudrait, un jour, casser ce mythe, mais ce n'est pas pour demain.

Quant à l'échange de PK Subban... faudrait être tata en titi, surtout dans l'optique ou l'on contemple un virage jeunesse ou toute forme de construction à long terme. Même pour ce fameux centre #1, qui n'aura tout simplement pas le même impact que le défenseur d'élite.

Mais un des commentaires que j'ai bien aimé de Renaud Lavoie à la radio d'ici c'est quand il a dit parler à des joueurs de la LNH (l'autre grosse source des journalistes) qui lui disent que de jouer contre Subban n'est pas une sinécure et qu'il est un excellent défenseur. J'ai trouvé ça intéressant, parce que ça donne un regard sur le joueur d'une perspective complètement différente. Et si l'opinion du joueur de la LNH moyen est que Subban est un excellent défenseur, microstats ou pas, probable que ça va filtrer jusqu'aux dirigeants...

Anonyme a dit…

Je sais que c'est hors sujet mais vas tu nous faire une analyse du match des étoiles? ;)

Olivier a dit…

@Anonyme: Si tu penses que je vais perdre ne serait-ce qu'une seule seconde de ma précieuse vie à ne serait-ce que passer sur le bord de prêter attention à quoi que ce soit qui a rapport au match des étoiles...

La vie est courte les copains, laissez le match des étoiles à d'autres, allez plutôt jouer dehors :).

@Mathieu:

- Bon point sur Staples. Je soupçonne que Godin n'est pas étranger à toutes ces histoires non plus.

- Semble qu'André Benoît connait une très bonne saison avec le Spartak de Moscou.

- Sur Beane: un point inexploré, c'est que le hockey, c'est pas du baseball. Tu exposes nécessairement 18 joueurs, pas 8 et tu les exposes de tout les bords (attaque et défense) en même temps, à partir d'un éventail de positions beaucoup moins grand. Bref, moins de spécialisation et donc plus de difficulté à assembler un groupe bien équilibré. Et dans la LNH actuelle, les "jeunes" peuvent te couter très cher s'ils sont envoyés dans des situations dissiciles. Demande à Martin. Bref, flusher systématiquement des Moen/Darche/Plekanec/etc... pour des Eller, ça n'est pas nécessairement une stratégie gagnante, genre.

- Tsé, on l'avait déjà noté l'an dernier quand Mike Richards avait accusé Subban de manquer de respect; c'est parce qu'il est excellent que les autres le critiquent ainsi. Un peu comme Brad Marchand, qui, si vicieux soit-il, est aussi un foutu bon joueur.

PhilM a dit…

Échanger Subban? Prochaine question svp.

Cela dit ça fait du bien de voir Brunet écrire quelque chose de posé, ses commentaires sur le Canadien depuis qu'il a déclaré Gomez un inutile paresseux sentaient trop le tankage et la reconstruction par les bas-fonds à mon goût.

On a eu droit à une couple de commentaires inspirés par Moneyball récemment dans les médias et, comme l'a remarqué Mathieu, ils semblent manquer l'essentiel du propos et préfèrent utiliser Beane pour planter Gauthier et le CH. Le but de la philosophie Beane est de poursuivre son avantage au maximum en explorant toutes les avenues et en tenant compte de tes ressources.

Sur ce point, je trouve que le Canadien de l'ère Gauthier (jusqu'à l'épisode Pearn) était relativement "moneypuck". Que ce soit avec le choix des vétérans lors du changement de garde sous Gainey ou ses échanges, avant la date limite, qui comblent un besoin ciblé ou l'audace d'échanger Eller, je n'ai pas grand chose à redire (à part Sergei contre rien). En plus, Gomez est l'exemple type du joueur sous-évalué: très utile, mais tout le monde se concentre sur ce qu'il ne fait pas plutôt que ce qu'il fait. Il faudrait aussi faire comprendre que le Canadien est plus près des Red Sox que des A's et qu'il peut se permettre de surpayer pour combler un besoin.

Olivier a dit…

@PhilM:

Est-ce que le CH est un club "moneypuck"? Je suppose que le mot clé est "relativement". Mais ils ne font pas de grosses niaiseries. Ben pas jusqu'à Pearns/Martin. Et là on entend que Martin revient comme conseiller spécial ou un truc du genre avec Gauthier... Disons que je ne peux m'empêcher de regarder du côté de nos bien aimés proprio pour expliquer ces moves.

Mais ça n'est qu'une théorie du complot, alors...

Parce que oui, Gauthier est un gestionnaire prudent et méthodique. Je suis vraiment curieux de voir ce qui va arriver d'ici la date limite des échanges. Vraiment.

Roke a dit…

Comme Ben Massey dit à Copper & Blue, "30e place, 30e place, 30e place, BAM! Coupe Stanley." Les partisans rêvassent, mais le situation sont plus compliqué.

Je suis anxieux.

Mathieu a dit…

L'ennui avec Gomez, c'est que, tout sous-évalué qu'il soit, il n'est pas sous-payé, comme peuvent l'être d'autres mangeurs de minutes dures qui ne marquent pas beaucoup de points genre. Comme Josh Gorges, mettons.

Vanhouse a dit…

Le problème avec Subban c'est simplement que en ce moment aucun défenseur ne peut le remplacer et personne ne peut lui voler ça job.
Il le sait.
Subban a besoin d'encadrement mais pas d'un papa, ni d'un grand frère, il a besoin de modèle qui gagne l'argent que lui veut gagner.

Avec Markov (ah que la vie serait belle avec notre beau russe), peut-être que...

Mathieu a dit…

Le vrai problème avec Subban c'est que la presse a besoin d'un galeux, Cammy leur a été échangé sous le nez, et Gomez est absent depuis trop longtemps pour être la source de tous les maux du Canadien.

Alors c'est Subban qui s'y colle.

Olivier a dit…

Autre élément important, Mathieu: ils ne peuvent coller l'étiquette de galeux à un plombier. Ça prend un "bon" joueur.

Reste que je suis impressionné de voir à quel point tout le monde semble avoir fini par comprendre quel genre de contribution on était en droit d'attendre d'AKost. C'est un cercle vicieux, mais ça n'empêche pas d'en arriver à des attentes raisonnables.

Mathieu a dit…

@Olivier: bien sûr. Primo parce qu'un plombier ne peut pas vraiment "décevoir" (par là on entend accumuler moins de points que voulu). Deuxio, parce que les plombiers, c'est toujours travaillant et vaillant et plein d'énergie et ça ne peut jamais être le problème et tertio, parce que ce serait difficile d'imaginer Mike Blunden en diva égoïste. ;)

Vanhouse a dit…

Oui ok les médias on besoin d'un galeux comme vous le dites, mais ce n'est pas difficile d'imaginer que PK a certains problèmes d'attitude non?
Sur la glace par contre, là je suis d'accord Subban joue au 1er defenseur à tout les matchs, et sauf 2-3 parties depuis le début de la saison, il a été plus que crédible dans son rôle.

Pour AK, il ne faut pas sous-estimer la diminution du temps de micro de Benoit...

Mais surtout avec Cole et Paccioretty il a un rôle beaucoup moins important.

Mathieu a dit…

PK a une attitude, c'est certain, mais je m'interroge à quel point celle-ci est un réel problème. Randy ne l'aime pas, soit, mais Jacques a quand même été capable de dealer avec, lui.

Et nous voyons tout ça par l'entremise des médias, qui sont disons un peu portés sur les valeurs traditionelles et le respect des aînés quand on parle de hockey. C'est un milieu très conservateur et ce n'est pas que dans les équipes elles-mêmes.