mercredi 8 février 2012

20790: Pittsburgh 2 Montréal 3 (F)

Bylsma a, comme en novembre, attendu la troisième avant de brasser la soupe. Au cours des deux premières périodes, le CH roulait sur du billard. L'équipe ne domine plus que rarement aux tirs tentés, mais certains soirs (comme celui-ci ou encore dimanche contre les Jets), ça ne les empêche pas de tenir largement aux chances. Je ne saurais dire si c'est là le fruit d'un choix tactique. Le fait est qu'au cours des deux derniers matchs, le fameux échec avant à deux joueurs ne semble plus appliqué de la même façon, le troisième homme restant souvent loin dans le haut de la zone offensive. Ça a le mérite d'empêcher les 3 contre 2 à répétitions. Contre les Penguins de novembre (qui avaient Crosby et Staal), on se serait fait ramasser. Ceux de ce soir avaient Malkin/Neal/Kunitz et rien d'autre. Même Bylsma ne peut pas faire de miracles avec ça.

Le jeu de puissance a une fois de plus accordé un but sans pouvoir même menacer le but adverse en retour. Ce qui me donne une occasion en or de faire mon smatte et de déverser mon fiel sur l'équipe de direction du CH.

Au sujet du jeu de puissance


Voici un petit tableau comparant le débit de chances de marquer produites par le jeu de puissance du CH. La production est ordonnée en fonction de l'entraîneur-chef puis du mois de l'année. On a ainsi une vue chronologique des changements survenus dans cette phase du jeu du club depuis le début de la saison.

Je tiens à souligner que lors du congédiement de Martin, tout comme lors du congédiement de Pearns, le manque de production du jeu de puissance avait été évoqué comme un des problèmes minant le club.


Quelques éléments me sautent aux yeux:

  • Le Canadien a maintenu en 2009-10 un rythme d'environ 37 chances à l'heure et 33 chances à l'heure l'an dernier. Au cours des deux saisons, le taux de conversion de chances en buts tournait autour de 18%.
  • Le jeu de puissance s'est graduellement amélioré au fil du règne de Jacques Martin et atteignait, depuis l'arrivée de Kaberle, un taux de production franchement impressionnant de 40 chances à l'heure. Le CH a eu de foutues bonnes unités d'attaque massive au cours des deux dernières saisons et celle que Martin (et Pearns) avait mise en place était, avec l'ajout de Kaberle, en phase de les éclipser. Juste ça.
  • Les taux de conversion étaient, sous Jacques Martin, minables. Il n'y a rien là d'exceptionnel. C'est regrettable, ça coûte des victoires, mais fondamentalement la façon de procéder était la bonne et tout pointait vers une chose: le jeu de puissance était parti pour être une composante importante de l'attaque du club, surtout qu'à partir de la mi-novembre le club s'est mis à recevoir plus d'avantages numériques qu'il n'en concédait à l'adversaire. Club discipliné + unité de désavantage numérique excellant dans l'art de restreindre les occasions de marquer (j'y reviendrai) + unité d'avantage numérique excellant dans l'art de générer des occasions de marquer = les unités spéciales sont un atout majeur de ce club. Ne restait qu'à attendre que ça recommence à rentrer. Comme on le voit, ça recommençait à décoller en décembre.
  • L'arrivée de Randy a mis un terme à tout ça et le taux de production de chances de marque a littéralement baissé de moitié en l'espace de quelques semaines. Même le retour à la normale du pourcentage de conversion n'a pu compenser pour la faillite totale, complète et absolue d'une facette du jeu qui a systématiquement été une force du club depuis l'arrivée de Jacques Martin. Bravo.

Regardons le même tableau, mais concernant cette fois-ci les chances accordées par le CH lorsqu'il était en avantage numérique.


  • On note une poussée en novembre, mais même en accordant 10 chances à l'heure, le jeu de puissance de l'époque restait au total largement plus productif que l'actuelle itération, quand bien même ce dernier n'accorderait pas de chances de marquer. Or, le débit de chances accordées à l'heure est resté le même au total. Je soupçonne qu'il est, en fait, semblable pour tous les clubs de la LNH qui n'ont pas à jouer 8 matchs par saison contre Tomas Plekanec.
  • Sur les taux de conversion, ça se promène encore plus (faibles quantités obligent), mais encore ici, lorsqu'on fait le total Randy semble avoir été avantagé par les pourcentages.

Alors, que dire de tout ça?

C'est ce que j'appelle de l'incompétence. Je ne blâme pas simplement Randy: c'est toute l'organisation qui semble incapable de distinguer la chance de la capacité à générer des chances. Ça n'est pourtant pas compliqué: s'agit de regarder les matchs, noter scrupuleusement ce qu'on y voit et utiliser les hosties de notes. On parle de ce qu'on apprend à faire à la petite école, là.

Le CH a marqué un but en avantage numérique contre les Jets. Ce but m'a frappé pour une raison: sur cette séquence, les joueurs ont (manifestement par instinct), repris le schéma de jeu de puissance qu'avait implanté Martin en début de saison. Ce schéma fonctionnait au mieux avec Plekanec et Weber à la pointe:
  • Le pointeur gaucher joue à droite et agit comme distributeur de rondelle.
  • Le pointeur droitier joue à gauche, enligné sur le poteau du but adverse le plus éloigné du pointeur gaucher. Il joue le rôle de canonnier.
  • Les trois attaquants sont positionnés en triangle du côté droit de la patinoire: un dans le coin droit, un au sommet du cercle de mise en jeu droit, adossé à la bande et un devant le filet.
J'aimerais bien qu'on revienne à l'ancien schéma, mais je ne me fais pas d'illusion, on n'y reviendra pas. On ne peut qu'attendre et espérer que Molson mette Gauthier à la porte, qu'il embauche un DG qui se servira du fait qu'il a sous ses ordres des dizaines de personnes et une quantité infinie de ressources pour avoir une idée de ce qui se passe pendant les fucking parties, un DG qui embauchera un entraîneur qui sait reconnaître ce qui marche de ce qui ne marche pas et on devrait être correct.

En attendant, on espère que Randy ne les empêche pas trop souvent de gagner les matches qu'ils sont supposés gagner, comme celui de ce soir, genre.

Scoring Chances for NHL Game Number 20790

TeamPeriodTimeNoteMTLOpponent
MTL119:40671131466768752592729465v5
PIT117:32
22313267727647162629385v5
PIT117:22
22263132717225141829715v5
MTL116:287114172631527125141829715v5
MTL116:277114172631527125141829715v5
PIT115:49
1726273168811519242944585v5
MTL113:47321426313252761418294458715v5
MTL112:14272731687175812592429715v5
PIT110:48
11223146677447192729465v5
MTL16:58712231677172744791626295v5
PIT16:01
1426273152761418294458715v5
MTL12:50722231516768722591626295v5
MTL216:45141426315275
1418262958714v5
MTL216:44521426315275
1418262958714v5
MTL215:47141431527476
27161924294v5
MTL215:212714315274768127161924295v5
PIT213:05
142631325276224272946585v5
PIT212:08
2631527581
1418262958714v5
PIT211:37
2627317581
1418262958714v5
PIT211:25
3132527476
27192429714v5
MTL210:341414315167747627192429715v5
PIT210:22
14315167747649152429445v5
MTL29:124611172231467249151929445v5
MTL28:4071 but17223146718159192946585v5
PIT24:11
1426315275
1418262958714v5
MTL22:49272731747681
27161924294v5
PIT22:38
1431327476
27161924294v5
MTL21:447217223151677249152938445v5
PIT318:57but14223151677249294446
5v4
MTL317:0181 but263152717481414182944715v5
PIT315:08
112731467475715192429585v5
PIT312:29but14273168717547141829715v5
MTL312:06712227317174811626293844585v5
PIT311:54
1122273146741624262944585v5
PIT35:47
112731467576214151929445v5
PIT34:32
142231516772427294446
5v4
MTL33:5167142231516772427294446
5v4
PIT44:18
1426727621
718587129
4v4
MTL43:36512251687221
4791429
4v4
MTL43:35512251687221
4791429
4v4
PIT43:21
2251687221
4791429
4v4
PIT41:53
1426527621
718447129
4v4


#PlayerEVPPSH
11S. GOMEZ8:58242:14000:0000
14T. PLEKANEC17:02563:24122:3832
17C. CAMPOLI14:20510:43000:0000
22T. KABERLE13:07853:47120:0000
26J. GORGES19:40460:17003:3623
27R. BOURQUE15:33260:57001:3811
31C. PRICE47:4716146:00126:0045
32T. MOEN12:22130:26001:2002
46A. KOSTITSYN11:24343:06000:0000
51D. DESHARNAIS13:06523:18120:1100
52M. DARCHE16:29530:13004:0533
67M. PACIORETTY15:24533:22120:0700
68Y. WEBER10:19532:47000:0000
71L. LEBLANC13:40721:26000:0000
72E. COLE14:41642:49120:0000
74A. EMELIN15:15540:00002:2422
75H. GILL11:04230:00003:3623
76P. SUBBAN19:20373:35002:2422
81L. ELLER12:20510:04002:0112


PeriodTotalsEVPP5v3 PPSH5v3 SH
1757500000000
2975200004500
3362412000000
4232300000000
Totals2121161412004500







  • Quand Plekanec est dans sa forme des beaux jours... Il a longuement joué blessé et les derniers bobos ont été guéris lors de la pause du match des étoiles, je crois, bien que ça crève les yeux. Appuyé par Moen et Darche, il a complètement vissé Malkin. Ce dernier n'aura eu contre lui que deux beaux moments. En deuxième, sur un superbe jeu préparé lors d'une mise en zone du CH, il a littéralement enjambé Plekanec et passé à Cooke dans l'enclave. Price l'a attrapée du bout de la jambière, mais c'était toute une chance. Ensuite en troisième, sur le deuxième but de Pittsburgh. Bylsma a réussi à sortir Malkin et Neal contre Desharnais; ce dernier, après quelques accrocs en territoire défensif, réussit à sortir de sa zone et monte jusqu'en zone adverse avec Pacioretty. Cole rentre au banc, Darche saute dans le jeu et va rejoindre les deux autres. Sur le repli, Pleks et Moen y vont à leur tour, mais là il s'est passé quelque chose, je ne sais pas quoi. Moen rentre immédiatement et se fait remplacer par Eller, puis Darche rentre et Eller aussi et zou, sortent plutôt Bourque et Leblanc. Plekanec, qui colle à Malkin comme une teigne, voit ce dernier reprendre la zone de Montréal. On se retrouve alors avec Plekanec, Leblanc, Bourque, Gill et Weber pour contrer Malkin et Neal (Subban et Gorges venaient de rentrer); Neal marquera. Bylsma n'aura réussi à soustraire Malkin à Plekanec qu'en troisième et ce n'est qu'à ce moment que le match a semblé échapper au CH. Ça n'est pas un hasard. Mais c'est aussi rassurant: Plekanec est de retour. Accessoirement, pas sûr que Moen n'est pas encore à souffrir des contrecoups d'une commotion cérébrale. Le traitement fait par l'équipe de sa blessure "à la tête" et les rumeurs d'échange, je trouve que tout ça sent vraiment mauvais.
  • Desharnais aura mis du temps à se mettre en marche, mais il a bien failli la gagner en prolongation, poussant Martin du cul et collant un wrap-around et un deuxième tir tout juste dévié par Fleury. Cole semblait plus préoccupé de défensive que d'attaque, alors que Pacioretty me semble prendre une tangente intéressante. Je ne parle pas tant des chances que de cette façon de plus en plus affichée de glisser en maraude lors des séquences offensives pour brusquement apparaître dans l'action, trouvant ainsi un nouvel usage à sa formidable capacité d'impulsion. Sérieusement, cliquez sur le lien, le gars est un maudit freak.
  • Alors Eller est de retour au centre. Donc, Leblanc au centre, c'était pour le fun, un feeling de même? Encore de la gestion de personnel broche à foin, mais ça n'est pas grave. Leblanc, outre son but, à collé 4 chances et fait un job parfaitement honorable à l'aile droite, surtout en échec avant. S’il colle avec le club d'ici la fin de la saison, j'espère qu'on le verra faire du désavantage numérique.
  • Gomez est dans le brouillard. La vitesse et la vision sont encore là, mais il me semble faire toujours trop vite. Je ne serais pas surpris si, d'ici quelques matches, Christopher Boucher nous sortait un billet soulignant l'écrasement des pourcentages de réussite sur passes de Gomez. Kostitsyn semblait essayer, mais semble s'ennuyer du temps où il jouait avec un centre ayant une idée de ce qu'il veut faire.
  • Subban a été pris dans le portique sur deux ou trois changements, ce qui explique les TVF moyens, mais lui et Gorges n'ont jamais laissé le gros trio de Pittsburgh s'installer. Avec Plekanec, Moen et Darche, ils forment une très belle unité défensive.
  • Emelin avec les 4 Stooges. Je ne comprends toujours pas le foutoir défensif auquel on a présentement droit. Weber et Gill semblent jouer souvent ensemble, ce qui donnerait un autre duo stable. Mais voilà: Weber s'est fait déboîter un genou par Kunitz (pas illégal comme coup, mais vicieux), alors on va probablement avoir droit à une plus forte dose de Campoli! Diaz est-il blessé?

4 commentaires:

Mathieu a dit…

Jacques Martin comme DG?

Je sais pas, mais lui il me semblait compter les patentes et agir en consequence. Son passage comme DG de la Floride a ete plus ou moins brillant mais j'ai l'impression qu'il a eu le proprio dans les pattes. Au moins on saurait que pour l'evaluation des joueurs et des systemes, il sait ce qu'il fait.

Sinon, je pense qu'il faut chercher un kid a la Julien Brisebois et esperer qu'on degottera le prochain Billy Beane. A ceci pres que le Canadien, cote budget, ressemble plus aux Red Sox de la LNH qu'au As de Oakland, toutes proportions gardees...

Charles a dit…

Je pense que les comparaisons entre le baseball et le hockey sont difficile.

Au baseball, c'est surtout lanceur contre frappeur, et ce dans differente situation. L'esprit collectif n'est pas très important. Tu peux avoir des lanceurs et des frappeurs qui ne se parle pas.

Au hockey, la majorité des situations se passe à 5 contre 5. Malgré que l'on peut noter l'impact des joueurs individuels,il faut tenir compte des autres joueurs. De plus, le système de jeu a également un impact.

Finalement, l'esprit d'équipe est plus important parce que les joueurs doivent interagir ensemble lors des situations de jeux.


Reste que je suis d'accord avec l'idée d'aller chercher le prochain Billy Beane, c'est seulement que je crois que son impact sera plus limité au hockey.


Je ne crois pas que Jacques Martin serait meilleur que Gauthier. Les qualités requises pour être un bon coach ne sont pas les mêmes que pour un GM.

Il serait plus important/utile de trouver un bon coach que de chercher un meilleur GM.

Mathieu a dit…

Je veux dire Billy Beane au sens large: un gars qui est capable d'analyser la game, comprendre ce qui est de la chance et ce qui fait gagner ton club a long terme, et capable d'identifier les joueurs qui vont accomplir cela avec le moins d'investissement. Ou alors capable de trouver et d'ecouter un subalterne capable de faire tout ca.

Olivier a dit…

Je suis de moins en moins convaincu du côté "analytique" du tandem Martin/Gauthier. Leur vaste expérience compense largement, mais je ne crois pas qu'ils soient au niveau de Gillis et Vigneault ou autre vieux couple du genre.

C'est pourquoi j'espère fort après Julien Brisebois. Le gars a un backgroud "Business" et semble passablement ferré sur le plan "valuation" des ressources. C'est important pour un DG.

On verra. Je ne braillerai pas si Gauthier reste, mais sa gestion de la saison me laisse entendre qu'avec lui on aura toujours un club correct mais qu'on sera toujours à une passe de malchance de partir dans le mur parce qu'il faut "penser en dehors de la boite".

Pour ce qui est du coach: je pense que ça revient au DG, hélas. Le gars va travailler avec ce que le DG lui donne et va se faire peser dessus par le DG. Si le DG ne sait pas distinguer la chance de la production de chances, on est dans le pétrin.