lundi 2 avril 2012

Sortir de la boîte

Pas de chiffres aujourd'hui, un simple commentaire suscité par la lecture d'un article de Philippe Cantin. Celui-ci affirme la préférence pour le personnel suivant:
Ainsi, on pourrait très bien imaginer cette structure: Julien Brisebois ou Claude Loiselle dans le siège du DG, André Savard comme adjoint, Patrick Roy derrière le banc et Serge Savard dans un rôle de conseiller.
4 personnes pour diriger un club. Juste ça. J'ai mes doutes.

Mais je trouve surtout un peu regrettable qu'on assiste ici à un simple travail de pushing fondé sur le seul désir d'avoir en poste un entraîneur qui permettra aux médias de faire plus de copie. En effet, le seul blâme de l'article est dirigé vers Gauthier:
Gauthier a commis une erreur majeure: l'embauche d'un entraîneur unilingue anglophone. Cette décision, et la manière fâcheuse de l'annoncer, ont mal fait paraître son patron et l'ensemble de l'organisation.
En un mot comme en milles: non. Cantin commet ici selon moi une erreur de bonne foi, mais une erreur quand même: assimiler les besoins des médias aux désirs des partisans.

Si on doit faire de Cunneyworth l'erreur de Gauthier, alors la nature de celle-ci est qu'il a d'embauché un incompétent. Un anglophone est capable d'apprendre le français et la victoire rend patient. Cunneyworth a fort probablement un avenir comme coach dans la LNH et il finira certainement par être un entraîneur plus efficace à ce niveau-ci. Mais il n'était tout simplement pas en mesure de chausser les patins de Jacques Martin, un entraîneur d'expérience qui savait calibrer l'utilisation de ses joueurs pour le plus grand bien de l'équipe.

Quant à moi, l'erreur de Gauthier a probablement été de perdre le contact avec Martin. Le congédiement de Pearns, l'embauche d'un joueur comme Nokelainen (les Coyotes lui ont préféré Chipchura, cibole!) pour pallier à l'absence de 4e centre à vocation défensive, ce sont là des erreurs qui traduisaient déjà un DG n'étant plus sur la même longueur d'onde que son entraîneur, qui a rapidement suivi.

Ces constats me poussent à être relativement indifférent à la nomination du DG. J'avoue avoir un faible pour Brisebois, qui connaît l'organisation, est rendu là dans sa carrière et a eu du succès à tous les échelons. Il travaille de plus dans une organisation, le Lightning, qui a eu une approche fort rationnelle au cours d'une saison très difficile. Mais je ne pèterai pas un câble si c'est quelqu'un d'autre. En fait, je ne demande que deux choses au prochain DG: de ne pas sacrer son entraîneur dehors en plein milieu de la saison et de toujours, toujours écouter Trevor Timmins.

L'entraîneur m'intéresse beaucoup plus. Cunneyworth nous a démontré l'importance de ne pas embaucher un jambon. J'ajouterais que les coachs recrues sont toujours mal pris dans un marché comme Montréal. C'est la première raison pour laquelle je me méfie de Patrick Roy. Son manque d'expérience est réel: il n'a d'autres états de services que ses 7 saisons passées à la barre des Remparts. Vigneault, qui avait fait le saut directement du Junior, avait non seulement 8 saisons derrière la cravate, mais aussi quelques participations au programme junior canadien. Claude Julien avait un stage junior et 3 ans dans la ligue américaine. Guy Boucher? Junior majeur, Équipe Canada Junior, Ligue américaine. Bref, les bons entraîneurs montent vite, mais ils montent toutes les marches. Roy règne sans partage au Colisée et c'est ça qui est ça. Je m'en méfie.

On peut espérer que Gillis, à Vancouver, saute un plomb si les Canucks se font éliminer rapidement et congédie Vigneault. Si c'est le cas, je ne vois pas comment le CH pourrait passer outre son ancien coach, mais je doute fortement qu'un DG capable de monter un tel club fasse une telle bourde.

On voudra embaucher un entraîneur capable de supporter la pression du marché montréalais, s'attirer et garder le respect de ses joueurs, développer les jeunes, utiliser les joueurs à leur plein potentiel, implanter un système de jeu efficace.

Si c'est ce que l'organisation cherche effectivement à faire, s'agit simplement de redonner le job à Jacques Martin.

5 commentaires:

Mathieu (le Matheux) a dit…

Les medias me donnent parfois l'impression de croire que la job #1 des "gens de hockey" est de leur parler. C'est le principal reproche qu'ils font a Gauthier (ca plus l'"image de marque"); un des gros moins de Martin c'est qu'il etait plate en conference de presse; les joueurs qui ne parlent pas aux medias "ne font pas preuve de leadership", etc. Corrolaire: les medias comme "representants des fans". C'est pas mal moins le cas a l'heure des blogues et des medias sociaux.

D'autre part, sur Patrick Roy. Les arguments de vente pour M. Roy comme coach: "passion", "emotion", "impose le respect", "vague de fond de popularite", "tradition", "c'est un gagnant"... rien, ou si peu, sur le coaching du gars. On n'a aucune idee s'il est competent ou pas et, comme tu mentionne, il n'a tout simplement pas le CV pour la job. J'ai une peur bleue que le gars va etre engage parce que c'est un gros nom et a cause de la "vague de fond" mentionnee par Cantin, pas parce qu'il est un bon coach. Et s'il s'avere n'est pas bon... ca va etre le bordel, parce qu'il va conserver cette "autorite morale" pendant un bout et le CH va etre pogne avec.

Le re-engagement de Jacques Martin passerait tres mal, mais en fait de coaches francophones experimentes et competents, en l'absence d'un renvoi inattendu je ne vois vraiment personne d'autre. Malheureusement, je serais extremement surpris que ca se fasse, because PR.

Olivier a dit…

Les journalistes sportifs doivent constamment, continuellement produire du contenu, du "nouveau" contenu. Ils n'ont pas le luxe que j'ai, de décider d'attendre deux jours avant de faire un billet sur un match donné, de parler ou non de telle ou telle affaire.

C'est pourquoi, bien que j'aime souligner certains de leurs excès, je pense qu'on a intérêt à ne pas leur chanter des bêtises lorsqu'ils font simplement leur travail, soit de créer un événement autour du hockey.

Je n'ai pas peur de la vague de réactions négatives suite à une ré-embauche de Martin. Cantin trace d'ailleurs la voie à suivre: s'agit de bien s'expliquer, de faire une bonne job de communications et ça va être correct. Au bout du compte, le gars est compétent et *tout le monde* le reconnaît.

Mais s'ils s'enfargent avec Roy, oh my... Justin Bourne, sur backhand shelf, avait des propos assassins sur Roy à travers une appréciation générale des gardiens. Son argument était que ceux-ci, s'ils ont une bonne conscience du "flow" d'un match, sont aussi plus souvent qu'autrement d'une nullité épique en matière de stratégie. Ça se comprends, leur job ne passe pas par là.

C'est pourquoi je me méfie d'un Roy, maître de son lieu à Québec.

Mathieu (le Matheux) a dit…

J'ai souvent ete fort peu tendre avec les journalistes sportifs, comme tu le sais. Probablement trop, meme. Je commence cependant a mieux cerner la nature de leur job -- je pense que ca m'a frappe quand tu as fais remarquer, il y a quelque temps, que ce que les journalistes sportifs offraient c'est du "vecu", de la grande tele-realite quoi. En ce sens, le centrage du discours sur les facteurs "passion", "emotion", "mentalite de gagnant", "leadership", etc., tombe sous le sens. C'est leur job de creer une histoire autour de l'evenement, et ce que les gens aiment finalement, c'est l'aspect, disons, "social" de la chose. L'analyse du jeu, en quelque part, va donc forcement passer derriere, surtout que, finalement, ca ne fait pas de la tres bonne TV (pas assez de conflit).

Patrick Roy serait de l'or en barre pour ca, il n'y a pas de doute.

Reste que je pense qu'on pourrait quand meme faire ca en acceptant que la job #1 des "gens de hockey" n'est pas les "relations medias" (sauf pour le VP relations publiques, on s'entend). Je concois que Gauthier etait peut-etre un cas particulier a cet egard, mais...

Tu crois vraiment que Martin a des chances d'etre re-engage? Je l'espere bien, mais je ne vois pas vraiment comment ca pourrait arriver, bonne communication ou pas. D'ailleurs, j'imagine le cauchemar de PR si Martin a la job au lieu du Grand Patrick Roy (tm). Je ne suis pas sur que "tout le monde" pense que Martin est competent moi; j'ai vu trop de commentaires sur comment il limitait le club avec son mechant systeme defensif. (Pendant que le CH etait top-10 pour les buts a 5 contre 5, bien sur.)

Je donnerais cher pour une analyse du style de coaching de Roy avec les Remparts. Je me mefie moi aussi, mais au final, c'est l'ignorance qui fait ca. Il est peut-etre cale en tactique, mais parce que c'est le Grand Patrick Roy (tm), on n'en parle jamais autant que pour un Guy Boucher, genre, qu'on presentait justement comme un genie tactique.

PhilM a dit…

Maintenant que Gauthier est passé à la trappe comme bouc-émissaire, la réembauche de Martin ne passerait sans doute pas si mal. Le congédier à été une erreur d’incompétent au final.

Mais c'est un très très gros "long shot", la passion de Roy est tellement plus excitante que de gagner des matchs plattes...


Malgré la complainte récurente des médias voulant que l'organisation leur manque de respect, je trouve que le plus gros problème du Canadien est au contraire qu'il accorde souvent beaucoup trop d'importance à l'aspect médiatique des choses. Les têtes de je ne sais combien de joueurs et coachs au fil des ans peuvent en témoigner (allo Mike Cammalleri!). Et je parle même pas du fait que les plus grosses niaiseries du CH ont été des gestes supportés par ces même médias qui critiquent l'imcompétence de l'équipe. Vous vous souvenez quand le messie perdu McDonagh était un autre "bust" fini de défenseur américain d'école secondaire que Timmins aime tant? C'est soit une trop grande écoute à l'environement médiatique ou bien l'équipe est dirigée par des gens qui pensent comme le chroniqueur/commentateur télé moyen, deux scénario pas très alléchants.

Tout ça pour dire que j'ai de sérieux doutes à savoir si l'embauche quasi-inévitable de Roy comme coach soit basée sur la compétence plutôt que la clameur "populaire". Comme Mathieu, j'aimerais bien voir un rapport tactique sur Roy. Ca clarifierait les choses en partie.

Mathieu (le Matheux) a dit…

Ce n'est pas que l'on a rien: http://www.rds.ca/hockey/chroniques/337754.html

Reste que c'est un peu mince.