dimanche 3 novembre 2013

20209: Montréal 1 Colorado 4

Rien dans le réservoir. À jouer continuellement à 5 défenseurs (et encore) et 9 attaquants, ça va arriver. La domination de l'Avalanche s'illustre par leur domination aux entrées de zone en possession de la rondelle tout au long du match: 43 pour le Colorado contre 26 pour le CH (36/21 à forces égales). Aux chances, le CH a été doublé à forces égales, 9 à 18.

Therrien a commencé à brasser la soupe en deuxième avec ses joueurs d'attaque, ce qui a eu le mérite de donner un certain intérêt au reste du match.

  • Plaqué à Matt Duchesne en première, Plekanec a fini par jouer contre un peu tout le monde. Lui et Gionta ont bien eu quelques élans (deux chances de marquer pour Gio), mais ils n'avaient pas leur superbe habituelle. Therrien leur a adjoint Pacioretty en deuxième pour ensuite se raviser, ramenant Bournival à leur gauche. Pourquoi modifier ce qui fonctionne bien? Se sont fait ploguer aux chances (+2/-5), mais qu'importe. Quelques belles implications défensives de Bournival, qui s'installe complètement à demeure.
  • Eller et les deux kids ont fort bien fait pendant les deux premières périodes. C'est la raison pour laquelle j'ai été surpris de voir Therrien briser ce trio en début de 3e, alors qu'Eller s'est d'abord retrouvé avec Leblanc et Bourque, puis avec Bourque et Desharnais. Ces deux trios n'ont rien brisé.
  • Au bout du compte, le gros geste posé par Therrien aura été de coller Desharnais au banc en début de 3e puis de manifestement le ramener à l'aile. C'est Galchenyuk qui en a bénéficié, prenant le centre entre Pacioretty et Gallagher (et ils ont fort bien fait). C'était une question de temps. Therrien ne donnait plus à DD les meilleurs ailiers offensifs et ne semblait plus non plus se préoccuper de son dosage de mises en zone défensive. Le passage de Galchenyuk au centre est inévitable. S'il n'est pas définitif après le match d'hier, il le sera bientôt. J'ai en effet trouvé le 27 relativement affirmé dans sa zone et il semble avoir fait le tour du jardin à l'aile gauche.
  • Il y a quelque chose de sordide dans le jeu de Parros. J'ai hier enregistré 3 chances de marquer lorsqu'il était sur la glace et le marqueur officiel du Colorado a noté deux tentatives de tirs. C'est dire. Il ne joue presque pas et fait courir un réel danger à l'équipe à chacune de ses présences. Je ne sais pas combien de temps encore cette mascarade va tenir. White en souffre aux chiffres, mais Therrien continue à lui donner des missions défensives, donc son poste n'est pas en jeu. Leblanc est celui qui, par son jeu, aura donné prétexte à Therrien pour coller Desharnais au banc. Les chiffres de LL ne sont pas terribles, mais il couvrait ses points et gardait contrôle de la rondelle.
  • Markov et Subban ne l'avaient pas, tout simplement. Sur la glace pour 5 dégagements refusés, ils se sont fait poivrer par les trios de Stastny et MacKinnon. Pour la première fois de la saison, Subban a manqué son coup et donné un but à O'Reilly. Je suppose qu'on va passer la semaine à parler de ça. Dommage. J'aurais plutôt passé la semaine à parler du fait que le combat de Parros, en première, a clairement interrompu une descente en surnombre en zone offensive de Subban. Bah. Reste qu'ils se sont fait allumer comme des lampions.
  • Gorges et Diaz ont tenu pendant deux périodes contre Duchesne avant de faiblir en troisième. Diaz s'est fait allumer comme un lampion aux côtés de Bouillon.
  • Bouillon et Murray, réunis, terminent dans le positif aux chances et aux tirs (mais pas aux entrées de zone, oh que non). Fort bien. Les chiffres supplémentaires de Bouillon, aux côtés de Diaz et Markov, se sont terminés dans le sang et les larmes.












Aucun commentaire: