jeudi 31 janvier 2013

Résumé du match: Montréal 1 Ottawa 5

L'avantage numérique ne peut fournir 2-3 buts chaque soir. Et le désavantage numérique, lui, va parfois en laisser passer quelques-uns. On peut donc pointer de ce côté pour expliquer la défaite, mais en partie seulement: avant de se faire pousser deux buts coup sur coup, le fait est que les Sénateurs avaient l'avantage du jeu. Pas une volée de tous les diables, mais le CH ne tenait pas tout à fait, cédant 8 chances aux Sénateurs avec le score égal contre 5 infligées et, surtout, 15 entrées en possession de rondelle concédées contre 12 générées.

L'équipe a rarement cédé l'avantage sur ces facettes du jeu, mais hier soir, c'était leur tour. Dans le détail des choses, Therrien semble avoir été dans l'incapacité de pousser les confrontations qu'il favorisait.

  • Si Therrien n'a jamais réussi à coller Plekanec à un trio en particulier, Paul MacLean lui a toujours minutieusement opposé le duo de défenseurs Karlsson/Methot. Lorsque Plekanec était jumelé à Markov, les choses tenaient à peu près. Mais sitôt éloigné du premier duo de défenseurs, il se mettait à couler. Je ne suis pas trop sûr de ce que Therrien cherchait à faire, mais le résultat est que Plekanec a peu joué avec Markov, environs le tiers de son temps de glace, alors qu'ils passent souvent la moitié, voir les deux tiers de leur temps ensemble. J'ai l'impression que le match s'est beaucoup joué là. C'est rare, mais Plekanec et ses sbires ont terminé dans le rouge partout.
  • Desharnais a connu un match inégal, mais a quand même fini par dégager un solde positif de tout ça. Faut dire que si Eller semble perdu à l'aile, Cole est en train de monter en régime; deux chances de marquer à son actif personnel, mais surtout 8 entrées de zone en possession de rondelle et quelques belles actions défensives. Plus que Pacioretty, c'est Cole qui selon moi permet à Desharnais d'être efficace, parce qu'il joue défensivement un rôle beaucoup plus actif que n'importe quel ailier du CH. Sans lui, Desharnais se fait souvent déclasser en couverture défensive. Therrien a baladé Eller en cours de match, finissant par lui donner quelques chiffres au centre. Je verrais bien Eller au centre de la 3e et Galchenyuk à la gauche de Desharnais, mais à ce stade-ci, à voir comment le 81 tourne en rond, le centre du 4e trio serait déjà un progrès. Qu'on le ramène à sa position naturelle et qu'on le laisse s'y installer. Je comprends que Therrien a une certaine idée de son alignement et que l'actuelle configuration des trios lui plaît, mais il est parfaitement barbare de sortir Eller après un seul match pour ensuite lui demander, 3 matchs plus tard de remplir le poste de Pacioretty. Galchenyuk, au moins, a joué à l'aile toute l'année...
  • N'empêche, le jeune prend du pic. Therrien ne l'a presque pas fait jouer en première à forces égales, à peine plus d'une minute. Puis il s'est mis à lui donner de la glace et l'autre a répondu. Loin de Karlsson, il s'est tapé quelques belles actions et sa capacité à attaquer le filet me surprend agréablement. J'avais compris qu'il était plutôt un fabricant de jeu, il est donc heureux de voir qu'il n'a pas pour autant peur d'utiliser son (excellent) tir.
  • Soirée pénible pour la 4e: White qui pète un plomb et donnes un double avantage qui débouche sur deux filets, disons que ça la fout mal pour la suite des choses. Ils ont quand même mis des claques à la 4e, à défaut d'avoir un rôle précis à jouer.
  • Je n'ai pas grand-chose à dire sur la défensive, sinon que Therrien semble avoir décidé de couper son banc pour se mettre à intercaler Bouillon et Gorges dans la rotation habituelle. En fait, seuls Markov et Diaz sont vraiment dans le rouge, alors que ces deux-là n'ont probablement pas même passé une minute ensemble à forces égales. C'est signe qu'au jeu des confrontations, le CH s'est pris les doigts dans la porte du banc à quelques reprises. Therrien tient bien les rênes à domicile, mais à l'étranger, ça manque probablement de fini. Mettons que Subban risque de ne pas avoir trop de difficultés à prendre des minutes dans le tas.










mercredi 30 janvier 2013

20081: Winnipeg 3 Montréal 4

On voit tranquillement émerger certaines tendances nouvelles dans le jeu d'ensemble.

D'abord, le club fait plus souvent appel à l'échec avant à deux joueurs. Si la rondelle n'est pas systématiquement dompée en fond de zone (le CH a toujours une solide avance sur ses adversaires sur les entrées en possession de rondelle), lorsqu'ils le font, on voit deux joueurs foncer, quitte à se faire dépasser. J'avoue être ambivalent quant à l'efficacité de la démarche, mais bon, c'est ainsi que ça roule.

Plus rare mais néanmoins de manière récurrente, on voit deux défenseurs aller dans le même coin alors que le centre reste devant le filet. C'est plutôt inhabituel comme manoeuvre et ça n'est pas systématique. Mais j'ai aussi remarqué que les Bulldogs faisaient parfois la même chose, alors je me demande s'il n'y a pas là une intention nette. Sous Jacques Martin, c'était systématiquement le centre et un défenseur qui allait dans le coin. Qui sait, peut-être que ça a toujours été comme ça, mais je viens seulement de le remarquer.

Enfin, ils ont un pattern de transition de zone assez établi et appliqué tant en entrée de zone adverse qu'en sortie de zone défensive: un joueur prend la rondelle le long du mur et fonce. En zone défensive, un deuxième joueur fonce en parallèle en restant légèrement décalé pour autoriser la passe latérale alors que le troisième joueur mets les gaz et ouvre la possibilité d'une longue passe avant. En zone offensive, lorsqu'un joueur entre le long du mur, le premier joueur à entrer en zone après le porteur enfonce la défensive alors que le deuxième cherche à s'intercaler entre les deux premiers, mais sans vraiment prendre de retard. On n'a donc pas, dans se schème, de vraies passes arrière, que des passes latérales ou des tirs au but. Façon, je suppose, de garder au minimum les revirements coûteux.

Je dis ça sous toute réserve, ce sont des observations. Regardons voir si la chose se perpétue. Comme je l'indiquais plus haut, peut-être que ce sont là des schèmes communs à toutes les équipes; je ne suis pas exactement un génie de la tactique...

Par ailleurs, Therrien semble avoir clairement établi ses rôles: Plekanec prend les meilleurs en charge aidée de Markov, Desharnais prend le deuxième trio avec Gorges et Diaz, Galchenyuk reste loin des deux premières lignes et prends un minimum de mises en zone défensive, quitte à couper son temps de glace à forces égales et lui en donner plus en avantage numérique (Therrien cherche clairement à lui donner son 12 minutes par soir). Desharnais est aussi tenu loin des mises en zone défensive, la 4e ligne étant appelée à se substituer à lui.

Le graphique suivant illustre la chronologie des présences en première période des 4 centres du Canadien ainsi que d'Evander Kane, le meilleur joueur des Jets; notez que les avantages numériques ne sont pas dans ce graphique, ce qui explique les trous:

Therrien tentait d'opposer Plekanec (en rouge) à Kane. Noël a tenté à quelques reprises de faire sauter le verrou. Dans un premier temps, il a renvoyé son trio immédiatement après sa deuxième présence. On voit Therrien réagir en envoyant directement la 4e ligne alors que sur le premier tour des trios, on voit clairement que c'était Galchenyuk qui embarquait après DD. Noël voit la manoeuvre et, sitôt Galchenyuk sorti, renvoie sa grosse ligne (c'est la 4e présence du trio); Pleks saute immédiatement sur la glace, puis Desharnais et on part pour un moment. Kane va ressortir contre Desharnais vers la fin, mais je ne sais pas trop pourquoi, c'est court et Plekanec n'embarque pas.

Plus intéressants, lorsqu'on regarde les séquences de Desharnais et White, sont les deux chiffres coupés, l'avant-dernier de la période pour chaque joueur. Le rendu du "sparkline" est un peu croche, mais dans les faits, Therrien envoie White après Galchenyuk puis le retire immédiatement au profit de Desharnais. En fait, au lieu d'envoyer sa deuxième ligne après sa première, Noel a envoyé sa 3e, alors que Plekanec étire son chiffre. Lorsque Pleks termine son chiffre, Burmistrov est encore sur la glace et Therrien envoie Galchenyuk. Mais là, immédiatement, Noel envoie Antropov! Si on revient au moment ou Pleks termine son chiffre, la séquence va comme suit:

Plekanec vs Kane, Kane remplacé par Burmistrov, Pleks remplacé par Galchenyuk, Burmistrov remplacé rapidement par Antropov, Galchenyuk remplacé par White, White remplacé par Desharnais, Desharnais remplacé par White, White remplacé par Desharnais...

En fait, ce curieux manège est l'illustration de ce qui me semble être trois éléments importants de la gestion de banc de Therrien à domicile. Premièrement, il protège jalousement Galchenyuk. Si tant est qu'un des deux premiers trios soit sur la glace, la présence du kid est coupée court et les pompiers embarquent. Deuxièmement, c'est Desharnais qui doit prendre en charge la deuxième moitié du top-6. Dans le cas présent, semble que le trio de White a anticipé que c'était son tour après Galchenyuk mais que, réalisant que c'est Antropov qui se pointait, on ait finalement envoyé Desharnais. Mais ensuite, on voit Desharnais et White jouer aux portes tournantes, pourquoi?

Mise en jeu en zone défensive. J'étais au match et la séquence était très claire: Desharnais saute sur la glace, fait son affaire, le jeu se déplace en zone défensive et arrête. Therrien rappelle le trio de Desharnais, le trio de White prend la mise en zone défensive, sort la rondelle et immédiatement un arrêt de jeu (hors-jeu, je crois) survient avec une mise en zone neutre; Desharnais saute à nouveau sur la glace et pendant tout ce temps, Antropov reste sur la glace.

C'est le genre de jeu subtil auquel un coach patient, doté d'un alignement versatile, peut s'adonner lorsqu'il a l'avantage du dernier changement (si Noel avait envoyé Kane sur la mise en zone neutre, Plekanec aurait embarqué). Ce que je trouve très intéressant, ici, c'est de voir comment Desharnais et White se partagent le travail de couverture du deuxième trio; Desharnais prend le gros des minutes, mais lorsque les choses se déplacent spécifiquement en zone défensive, c'est White, Armstrong et Moen qui prennent le relais. L'an dernier, du moins jusqu'à l'arrivée de Cunneyworth, Eller se tapait seul la deuxième ligne alors que Desharnais avait les présences aujourd'hui réservées à Galchenyuk (accompagné d'abord de Cole, puis de Cole et Pacioretty).

Gardez ça à l'esprit lorsqu'on soulignera que "Desharnais en arrache" et que "Galchenyuk et Gallagher animent l'attaque du club". Y'a des missions plus ingrates que d'autres, surtout pour des joueurs qui, comme Desharnais, ne sont pas nécessairement les plus immédiatement doués pour les missions en question.










mardi 29 janvier 2013

Au sujet du contrat de Subban

Vous l'avez tous lu depuis hier: 5,75 millions sur deux ans. Mathieu, commentateur régulier sur ce site, l'a souligné sur Twitter, jolie branche d'olivier que de ventiler le salaire en une tranche de 2 millions cette saison-ci (écourtée et donc amputée au prorata) et 3,75 l'an prochain. J'ajouterais qu'à la fin du contrat, c'est sur le 3,75 que se basera l'arbitrage, donc un autre petit plus pour PK.

Parce que si personne n'a à pleurer sur le sort d'un jeune de 23 ans faisant des millions pour jouer au hockey et être adulé par une ville entière, le fait est que l'examen des contrats comparables listés par Capgeek a de quoi confirmer une chose: Bergevin négocie dur.

Je n'ai pas l'intention de m'étaler inutilement sur l'impact qu'a Subban sur l'équipe, je l'ai fait à l'envi et j'aurai plusieurs occasions de le refaire d'ici la fin de la saison. Suffit de dire que PK donnes au Canadien une deuxième première paire de défenseurs. C'est monumental et Desharnais, pour un, doit en pleurer de joie ce matin, parce que jusqu'ici Therrien semblait déterminer à utiliser Emelin et Markov (joliment surnommés "Le rideau de fer") avec Plekanec pour neutraliser les meilleurs éléments adverses.

On s'inquiète inutilement pour Desharnais, bien entendu. Subban va l'aider à se renchausser à l'étranger, mais de manière générale, le petit centre et ses sbires prennent largement l'avantage du jeu à forces égales, mais ça ne rentre pô. En effet, son trio mène au ratio de tirs, mais possède le pire pourcentage de conversion de tirs en buts de l'équipe, et ce après avoir eu le meilleur l'an dernier.

Dame chance fut une maîtresse bien capricieuse pour Scott Gomez. C'est aujourd'hui à celui qui lui a volé son job de vivre la même chose. Espérons pour lui que les dés recommencent à rouler du bon côté plus tôt que tard.

Un dernier point sur le contrat de PK: l'absence d'offre hostile m'a fait penser au cas Tim Raines. On n'est pas dans la même fourchette, tout de même. Le commissaire du baseball majeur avait explicitement fait campagne auprès des DG pour que ceux-ci ne se fassent pas concurrence sur le marché des agents libres. Rien d'écrit, bien entendu.

La LNH n'est certainement pas dans le même bateau, mais l'absence d'offre hostile faite à Subban est selon moi lourde de sens. PK est un joueur exceptionnel dont le talent est reconnu à l'échelle de la ligue. Je ne crois pas un instant les imbécilités de comparaisons avec Del Zotto et autres défenseurs de second rang, les organisations de la LNH ne sont peut-être pas très efficaces pour repêcher et développer des joueurs, elles mettent peut-être trop d'emphase sur certains aspects (la "robustesse") au détriment d'autres (savoir jouer au hockey, genre) lorsque vient le temps de déterminer qui mettre dans les fonds d'alignements, mais les talents de premier plan sont toujours universellement reconnus. Y'a juste pas de joueur de premier plan qui n'est pas reconnu comme tel dans cette ligue, surtout pas de ceux qui jouent dans les immenses marchés médiatiques comme Montréal.

En ce sens, PK était un candidat parfait pour une offre hostile: jeune, universellement reconnu parmi les cercles informés (du moins c'est ma conviction) comme un défenseur de première paire, sous contrôle pour encore 4 saisons après celle-ci avant d'atteindre l'autonomie complète et en négociations avec un club "accoté" au plafond qui a besoin de faire gaffe à la baisse de ce dernier l'été prochain. Or, rien n'est venu.

M'est avis, à repenser à l'offre hostile des Flyers sur Weber l'été dernier, que si tant est que des offres hostiles soient encore faites, ce sera toujours de gros clubs pillant de petits clubs. Autrement, personne ne fera même semblant de s'essayer.

C'est peut-être ça, la leçon du contrat Subban: la fin des offres hostiles comme levier de négociation. Le coup de maître de Bergevin sera alors d’avoir su reconnaître ce fait et user au maximum du levier ainsi acquis.

dimanche 27 janvier 2013

Résumé de match: Devils 3, Montréal 4 (P)

L'avantage numérique ne les sortira pas toujours du pétrin et j'ai bien cru que cette fois-ci, on était bons. Mais voilà, Cole mène une dernière charge et le Général, encore une fois, plante le clou. Ça aurait été dommage, après avoir connu une des premières périodes les plus dominantes qu'il m'ait été donné de recenser: 12 chances de marquer contre 3 aux Devils à forces égales. Une exécution sommaire. Mais Brodeur n'a pas cédé et il me semble que De Boer s'est mis à chercher à promener Zajac et Kovalchuk d'un trio à l'autre pour leur permettre de décoller. Les rouges ont été un peu désarçonnés avant de retrouver leur assiette en 3e (accorder un but alors qu'ils n'ont donné que 3 chances à forces égales, c'est dommage...).

Je trouve saisissante la différence de comportement du club à domicile et à l'étranger. Vraiment, Therrien me semble jouer un gros rôle dans les actuels succès de l'équipe en ayant déjà trouvé des assignations propres à faire ressortir le meilleur de ses joueurs. C'est tout à son honneur, parce que si son haut d'alignement semble apte à coller des claques à bien du monde, la manipulation du fond est plus délicate..
  • On tend à sous-évaluer Plekanec parce qu'il n'a pas souvent joué avec des ailiers adaptés aux missions défensives qui sont son pain quotidien depuis plusieurs saisons déjà. Bourque et Gionta sont deux bons ailiers défensifs et sont présentement en santé. J'ajouterai que pour les deux tiers des 15 minutes que ce trio a passées sur la glace, ils ont été appuyés du meilleur duo de défenseurs. C'est beaucoup donner à Plekanec et les résultats ont été resplendissants. Kovalchuk et Zajac ont eu une seule chance de marquer en leur présence, contre 3 pour Plekanec et ses sbires. De Boer semble avoir tenté de coller sa propre ligne défensive dans les pattes de Pleks, ce qui s'est très, très mal terminé pour le trio du frère de (notre) Gionta. Un match magnifique, donc. Bourque a souvent joué le rôle de "finisher", ce qui lui vaudra quelques applaudissements supplémentaires. Pas de mal à ça, le gars est méconnaissable.
  • Quelques moments difficiles pour le trio de Desharnais (ils ont échappé Kovalchuk à quelques reprises) et Eller était rouillé (une entrée de zone, notamment, où il a passé la rondelle trop vite à Cole, ne laissant pas le temps à celui-ci de prendre un bon gros pas dans l'enclave). L'absence de Pacioretty pour le prochain mois est terrible, mais Cole a semblé profiter du surplus d'attention qu'on lui donnait, absentes les nombreuses montées à l'emporte-pièce du #67. Plus protégés aux mises en jeu que Plekanec et parfois accompagnés, ils avaient la tâche d'aider Bouillon et Weber, ce qui n'est pas une mince affaire. Si les chances n'ont pas toujours été là, l'avantage aux entrées de zones en possession de rondelle et les tirs vers le filet montrent qu'ils n'ont que rarement traîné autour de Price. C'est ce qu'on leur demande.
  • Quoi de plus excitant que de jeunes joueurs talentueux? À vue de nez: de jeunes joueurs talentueux arrivés à maturité. Gallagher et Galchenyuk y arriveront bien assez vite, mais ils n'y sont pas encore. Deux très beaux buts, quelques vraies belles séquences (Tallinder devait en avoir son tas d'être harcelé par Gallagher), mais aussi une double pénalité qui donne le deuxième but et un chiffre catastrophique en zone défensive qui donne le premier. Jeu égal, donc. Pas grave. Absent Pacioretty, je ne vois pas comment on renverrait l'un où l'autre, à moins que Gallagher ne s'éteigne et Leblanc ne prenne feu dans la LAH. En attendant, Therrien les tient loin du meilleur trio adverse et évite de leur donner des mises en zone défensive autrement que contre le fond de l'alignement adverse. Plus facile à faire à domicile et les résultats sont à l'avenant.
  • Pour ce qui est de protéger les jeunes, Therrien semble aimer se servir du 4e trio comme police d'assurance. C'était moins le cas ce soir, le dernier changement permettant au coach de maximiser l'utilisation de Plekanec. Petite soirée au temps de glace, donc, seul Moen cueillant quelques présences supplémentaires en fin de 3e pour remplacer Eller avec DD et Cole (un rôle que lui a souvent confié Martin à l'époque). Parfaits aux chances, et White qui colle son premier. 3 buts du fond de l'alignement à forces égales, donc. Ça n'arrive pas tous les soirs, mais ça compense quand le jeu de puissance étouffe.
  • Utilisés à outrance, Emelin et Markov ont été ceux qui ont muselé Kovalchuk, qui n'aura été sur la glace que pour 4 chances de marquer à forces égales. Grooooosse job de bras.
  • Zubrus, Clarkson et Elias forment un excellent trio, surtout en échec-avant et ça a semblé embêter Diaz. Constatant les dégâts, Therrien a graduellement donné plus de place à Bouillon aux côtés de Gorges. Pas idéal, mais en attendant Subban, ça devra faire la job. Bouillon en a vissé quelques-uns, ce que je ne l'avais pas vu faire depuis le début de l'année. Si le vieux sacrament peut monter une petite demi-marche, ça va beaucoup éclaircir le ciel. En attendant Subban. Weber m'a semblé nerveux, commettant quelques passes à l'aveuglette de son coin de patinoire, passes interceptées par les Devils. Ses habiletés avec la rondelle sont évidentes, mais il a besoin de glace. Malheureusement pour lui, Therrien a besoin de gagner, alors si Kaberle est prêt à revenir, faudra voir ce qu'il fera. Le Suisse et le Tchèque ne brisent jamais (ou alors si peu) la barrière du 10 minutes jouées à forces égales. C'est dire à quel point ils sont sur un siège éjectable.







samedi 26 janvier 2013

Résumé de match: Montréal 4 Washington 1

En attendant Subban, c'est l'avantage numérique qui tire l'équipe du bon côté. À l'oeil comme au chiffres, la première période n'a pas été terriblement impressionnante. Sans être déclassés, ils ont eu de la difficulté à tenir le rythme face aux Capitals et à voir Therrien protéger Galchenyuk (à peine 1:26 en première), on comprend qu'il cherchait à compenser face aux confrontations qu'Adam Oates (coach des Capitals) cherchait à établir.

Les deux buts rapides en avantage numérique ont permis à Therrien de sortir son trio de jeunes un peu plus souvent et globalement l'équipe a tenu le coup sans jamais aller chercher l'avantage du jeu. Le jeu de puissance achète du temps à Therrien, mais il devra éventuellement redresser les choses à forces égales. Si Subban est le remède par excellence, Eller fait aussi certainement partie de la solution. En attendant, les matchs à l'étranger laissent entrevoir des failles béantes dans l'alignement. Ça n'a pas coûté contre Washington, mais ça n'est qu'une question de temps.
  • Le trio de Desharnais en a bavé. Si ils tenaient le coup lorsque jumelés à Emelin et Markov, ça devenait un peu plus difficile avec Gorges et Diaz et carrément catastrophique avec Bouillon et Kaberle. On leur demande de reprendre là où ils ont laissé l'an dernier, mais je ne suis pas certain que ça soit possible. Quand même, à regarder les tableaux, on constate que si c'est contre Ovechkin qu'ils ont passé beaucoup de temps (et sans trop faire d'étincelles), ils ont perdu beaucoup de batailles contre les 3 autres trios. Pas nécessairement rassurant.
  • C'est Plekanec qui avait la charge de couvrir Ovechkin, habituellement épaulé de Gorges et Diaz.  De plus, Therrien a enterré le trio aux mises en jeu (3 en zone offensive pour 6 en zone défensive, dont 5 contre Ovechkin). S'ils ont laissé l'avantage du territoire à l'adversaire, il faut souligner qu'ils ont terminé dans le vert aux chances de marquer et à peine dans le rouge aux entrées de zone en possession de rondelle. Du bon travail de sape, dans les circonstances. 
  • Minutieusement protégé aux assignations, le trio de Galchenyuk a quand même eu quelques difficultés au jeu territorial et n'a pour ainsi dire rien généré aux chances et aux entrées de zone. Un peu dépassés, donc.
  • Très intéressante, l'utilisation faite par Therrien de sa 4e ligne. Près de la moitié du match contre Wolski, Ribeiro et Brouwer. Jeu presque égal aux chances et aux tirs, malgré une maigre mise en zone offensive. On n'en fera jamais des marqueurs de 15 buts, mais ils ne donnent rien au milieu de l'alignement adverse. C'est déjà beaucoup.
  • Markov et Emelin ont été appelés à jouer principalement contre le haut de l'alignement et à protéger le fond de l'alignement du CH (Galchenyuk et White passant tous deux près de 50% de leur temps de glace en leur compagnie). C'est un choix sensé, mais coûteux au plan global. Si Plekanec n'a pas besoin des deux Russes pour produire, c'est certainement le cas de Desharnais, qui doit donc ramasser son petit change à forces égales. Reste que la démonstration fut magistrale: sur la glace pour 5 des 9 chances de marquer du CH, aucune accordée à Washington et ce malgré 6 mises en jeu en zone défensive contre aucune en zone offensive. Et jeu égal aux TVF et aux entrées de zone. Un travail digne d'un premier duo de défenseurs. Si tant est qu'ils tiennent le coup (il se peut qu'ils bénéficient présentement du fait qu'ils ont tous deux joué depuis quelques mois alors que la ligue est en rodage) et que Bergevin finit par signer Subban, Therrien va avoir deux duos numéro 1 sous la main. Pas mal.
  • Diaz et Gorges ont eu à jouer contre Ovechkin, en prenant beaucoup de mises en zone défensive.  Ils ont accordé un nombre raisonnable de chances, mais les TVF (+4/-16) me portent à croire qu'en l'état actuel des choses, ce duo est surtaxé et ne pourra éternellement éviter la catastrophe.
  • Kaberle et Bouillon ont été tenus loin d'Ovechkin et se sont vus attribuer 4 mises en jeu en zone offensive pour une seule en zone défensive. Ça ne les a pas empêchés de finir dans le rouge sur tout les indicateurs. L'un comme l'autre a ses utilités, mais ensemble, ces défenseurs ne me semblent pas susceptibles de survivre à l'étranger.










mercredi 23 janvier 2013

Résumé du match: Floride 1 Montréal 4

Les Panthers entreprenaient (Pierre et Marc nous l'ont souligné à l'envi) leur 3e match en 4 soirs. On va rester poli, parce que chanter des bêtises à la visite c'est mal vu. Les Panthers étaient complètement lessivés et, juste pour gratiner la beurrée, ont perdu un défenseur en début de match. Les rouges ont un peu arrêté en début de deuxième, se sont fait coller un but, ont râlé un peu contre l'arbitre puis zou, le Général qui leur brise la nuque et le kid qui leur marche sur la tête pour terminer.

Tu joues pour les Panthers et tu te dis, des soirs comme ça, y'a pas de justice. C'est la vie.

La Floride étant inerte plus souvent qu'à son tour, on a pu voir un peu plus précisément le système "simple" implanté par Therrien. En attaque, ça donnes des entrées par les côtés, un gars qui enfonce l'enclave et un 3e qui traîne en décalé à un tiers de patinoire de largeur pour prendre la passe du porteur. Quand ça fonctionne, ça donne le but de Plekanec. Mais quand les deux joueurs en soutien au porteur s'emmêlent et prennent tous les deux l'enclave, ça donne 3 gars en ligne qui rentrent le nez dans la défensive. J'ajouterais que si ce patron de jeu ne débouche pas sur une passe latérale en entrée de zone, ça donne parfois (Galchenyuk, notamment) 3 gars dans le fond de la zone adverse. De là, si tu perds la rondelle, ça fait long de repli à regarder ta défensive se faire enfoncer sur un 3 contre 2.

De manière générale, les deux tableaux suivants nous indiquent que le CH a levé le pied en deuxième avant de se ressaisir et de s'assurer (autant que faire se peut avec la torchée de pénalités dans les deux dernières périodes) de garder le contrôle du match.



L'avantage numérique, outre les deux buts de Markov, nous a montré de manière un peu plus nette les choix tactiques du club. Premièrement, on insiste sur l'entrée de zone en possession de rondelle. Ensuite, lorsque le duo Diaz-Markov tient la ligne bleue, on a deux patrons de jeu nettement arrimés, se détectant à la fois par la position des défenseurs et des attaquants.

  • J'avais souligné, à la suite d'un match contre Pittsburgh l'an dernier, que les changements apportés par Cunneyworth avaient fait chuter de moitié (ou presque) la production de chances sur l'avantage numérique! Le premier patron de jeu ressemble à ce que Cunneyworth avait implanté: défenseur gaucher au coin gauche, défenseur droitier au coin droit, le centre au mur vis-à-vis le point de mise en jeu gauche ou droit (faisant face au défenseur), un ailier dans la même position de l'autre bord, un gars planté haut dans l'enclave. Ce qui fait marcher la chose, ici, c'est que ce patron s'appuie principalement sur Markov et Diaz, alors que sous Cunneyworth on tentait de travailler en fond de zone. Markov, notamment, utilise cette formation pour descendre près du filet. On n'a pas encore vu de but sur faufilade, mais ça s'en vient.
  • Le deuxième patron est inspiré de ce que Martin et Pearns avaient utilisé en début de saison: tireurs inversés à la pointe, un ailier devant le filet, le centre du côté droit du filet en bas de la ligne des buts et l'ailier gauche au mur, en haut du point de mise en jeu. C'est dans cette formation (quoi que la rondelle arrivait de l'autre bord) que Markov a marqué son deuxième but. Ici, le jeu se concentre souvent sur la moitié droite de la glace (Markov et Diaz étirent mieux la glace que Subban, Weber, Kaberle et Plekanec, qui jouaient à la pointe avec cette formation l'an dernier).
Il est intéressant de regarder les joueurs alterner entre ces deux patrons. Parfois, ce sont les défenseurs qui inversent en premier, parfois ce sont les joueurs d'avants qui prennent le triangle droit. Je crois que c'est dans la capacité de la première unité à alterner d'un patron à l'autre et s'ajuster (notamment revenir au besoin dans l'autre formation si le reste des joueurs ne peut prendre la position associée) que réside une grande part de leur efficacité. C'est une structure à partir de laquelle les joueurs improvisent, forcément, c'est du hockey, pas du football. Mais j'ai trouvé fascinant le travail de Markov et Diaz et je crois que ces patrons de jeu sont taillés sur mesure pour eux. Ça aide d'avoir Markov, remarquez bien.


  • Après une première période du tonnerre, ils se sont appliqués en défensive, alors on tend un peu à tenir pour acquis que le trio de Plekanec a eu un match tranquille. Fallait pas de Dineen échappe sa 3e ligne contre eux. J'ai cru comprendre que Therrien les a collés au trio de Mueller en première pour ensuite les coller à celui de Weiss en deuxième. Pas trop compris pourquoi, mais bon, ils ont généralement travaillé contre le top-6. Peut-être Dineen jouait-il du banc et tentait de substituer Mueller, Kovalev et Huberdeau aux affections de Pleks? Le fait est que ces derniers ont semblé en arracher contre le #14 et ses séides.
  • Desharnais et ses sbires ont eux aussi mis des baffes à la 3e, mais ont simplement fait jeu égal contre le top-6. Ils ont beaucoup joué appuyés de Diaz et Gorges et se sont bien tirés d'affaire en leur compagnie. Reste à voir si ça tiendra dans des circonstances plus hostiles. Justement, on a 3 matchs en 4 soirs à partir de samedi. On va bien voir.
  • Beau match de la 3e ligne. Prust est un bon joueur de hockey. Pas mal supérieur à Moen en maniement de rondelle et pour faire des passes, plus agile aussi. Je l'aime beaucoup; faudra voir à l'usage, mais si c'est ce qu'il donne pour une couple d'années, va falloir arrêter de râler contre son contrat. Galchenyuk est d'une habileté effrayante; il s'est tapé une chance, sur un retour de lancer de Pacioretty, saisir la rondelle ainsi du revers et la ramener à une telle vitesse sur le gardien... Oy... Rapide, des changements de direction et des freinages brusques... Ça va être un plaisir de le regarder grandir. Gallagher a fait sa petite affaire. C'est un joueur qui a l'immense qualité d'avoir un style affirmé, dont il ne déroge jamais: shoote la puck sur le net, fonce dans le goaler. Son manque de vitesse ne l'empêche pas, selon moi, d'être aussi un joueur astucieux en zone défensive. Ça paraît un peu moins comme ça, un premier match dans la LNH, mais dans la ligue américaine c'était assez évident. Quand même, c'était contre un club affaibli et Therrien les a jalousement protégés, les tenant loin du top-6 adverse.
  • Therrien fait un usage intéressant de sa 4e ligne. Bien qu'ils se soient fait coller quelques claques aux tirs, ils ont encore joué contre un peu tout le monde (sauf le trio de Mueller, dont Therrien se méfiait à raison). J'ai été assez sidéré de voir White se ruer ainsi sur Fleishmann après que celui-ci eût à moitié collé Gorges dans la bande (il a surtout semblé tomber dans le dos de l'autre). M'enfin.
  • Petit match tranquille contre le top-6 pour Markov et Emelin. Le premier trio leur a donné un peu de misère, mais pour le reste, on attend de voir ce que ça donnera quand le challenge sera un peu plus costaud. Quand même, c'est un plaisir de regarder Markov, notamment en zone neutre, où il coupe une quantité impressionnante de jeux.
  • Franchement mieux que Bouillon-Gorges, non? Diaz n'est pas gros, mais il anticipe bien et il est rapide, ce qui donne du temps à Gorges. Ce dernier, n'ayant pas à couvrir un partenaire trop lent (Gill) ou dont on exige des élans offensifs le contraignant à garder le fort (Subban), peut ainsi se promener un peu plus et aller chercher des appuis en zone offensive, des jeux coupés en zone neutre. Beau petit duo de défenseurs. Si ils tiennent dans les 3 prochains matchs (Subban arrivera bien quand il arrivera), ça en dira long sur le chemin parcouru par Diaz.
  • Regardez les lignes rouges dans l'avant-dernier tableau. Ça, ça indique contre qui Bouillon et Kaberle ont joué. C'est ce qu'on appelle protéger des éléments vulnérables. La stabilité du duo Gorges/Diaz donne ce genre de liberté à Therrien et les deux vétérans ont bien répondus, terminant largement au positif aux chances, aux tirs vers le filet ainsi qu'aux entrées en zone avec possession de rondelle.


Cliquez sur les graphiques pour voir la version pleine grandeur.





mardi 22 janvier 2013

Résumé de match: Toronto 2 Montréal 1

Les débuts de saison sont pénibles pour tout le monde. Mine de rien, je n'avais pas préparé mes trucs, alors forcément ça commence tard. Mes excuses.

Un peu de cuisine pour commencer:

  • Le format des tableaux est appelé à changer au fil des prochaines semaines. J'aimerais désormais mettre l'emphase sur le texte en le parsemant de quelques petits tableaux montrant les données pertinentes à telle ou telle partie du texte. Ensuite, en fin de texte, quelques grands tableaux donnant toutes les informations en profondeur. Sachant que ça n'est pas tout le monde qui aime se briser les yeux sur ces monstres, je suppose qu'on ne m'en voudra pas de procéder ainsi.
  • En plus de noter les chances de marquer, je consigne désormais aussi les entrées en zone offensive avec possession de la rondelle. Je m'inspire ici des travaux de la bande du site Broad Street Hockey. Ils ont consigné toutes les entrées de zone des Flyers (tant les contrôlées que les dégagements et autres semi-dompages) l'an dernier et en ont tiré quelques constats fort intéressants. Je n'ai pas, pour l'instant, envie d'augmenter la quantité de temps que ça me prend à faire tout ce bazar, alors vous aurez la version légère: juste les occurrences où un joueur entre, soit en patinant, soit en recevant une passe, en zone adverse tout en conservant le contrôle du disque.
Ceci étant dit, le match.

Ça n'était pas fameux, l'équipe étant encore plus désorganisée que ses adversaires. Je trouve que malgré tout, l'ensemble comporte plus de points positifs que négatifs. Pris dans le détail, on constate d'abord et avant tout que le CH s'est fait complètement lessiver en première période, pour ensuite reprendre graduellement l'avantage du jeu à partir de la deuxième. En troisième, les Leafs se sont recroquevillés dans leur territoire. Globalement, le Canadien n'a jamais réussi à percer correctement la défensive des Leafs et les chances de marquer se sont faites rares.

Le premier tableau résume les événements survenus en fonction de la période et du score. J'attire votre attention sur le fait que c'est le passage en deuxième période qui marque le démarrage du Canadien, et non pas le fait que les Leafs aient pris une avance de deux buts.


Le petit graphique suivant montre le différentiel cumulatif des entrées de zone en possession de rondelle  accomplies à forces égales. Le décollage territorial du Canadien en deuxième y est encore plus évident:

Ce décollage s'explique de façon toute simple: Therrien a cessé d'envoyer le trio d'Eller contre celui de Kessel pour ensuite le démembrer purement et simplement. C'est ce trio, surtout, qui a nui au CH au cours du match.

Si l'avantage numérique n'a pas trop payé de mine, ne générant au bout du compte que la seule chance menant au but de Gionta, on constate quand même une différence notable entre les deux clubs. Alors que les Leafs se contentaient de lancer la rondelle en fond de zone la plupart du temps, le CH insistait quant à lui pour amener la noire en zone adverse manu militari. Ça leur a valu quelques huées en 3e, mais à terme c'est la chose à faire. 2 des 3 chances accordées aux Leafs étaient dans les secondes suivant une entrée de zone et à l'échelle du match, 17 des 28 chances obtenues par un des deux clubs l'a été moins de 10 secondes après une entrée de zone en possession de rondelle (13 dans les 5 secondes!).


Bref, garder la puck, c'est une bonne idée. Surtout dans la LNH, où la plupart des défenseurs sont capables d'aller chercher la noire et la refiler à un des leurs bien avant que l'adversaire ne les atteigne.


Autre détail sur les entrées de zone en possession: à forces égales, Pacioretty a obtenu 8 des 32 entrées de zone contrôlées du club. 5 joueurs suivaient avec 3, dont Eller et Desharnais. Des 32 entrées à forces égales, 21 ont été accomplies par des ailiers, 8 par des centres et 3 par des défenseurs. J'ai souvent insisté sur le fait que Desharnais, plutôt lent, devrait être muté à l'aile parce qu'il n'a pas la vitesse nécessaire pour transporter la rondelle en zone adverse. Faudra voir comment les choses se dessinent au fil de la saison (et comparer avec les autres équipes), mais on dirait bien qu'amener les rondelles en zone adverse, c'est la job des ailiers, pas des centres.

C'est ce qui arrive quand on passe trop de temps à défendre Scott Gomez: on n'y voit plus clair. Quand même, c'est dire à quel point le gars était un joueur atypique...

  • Le trio de Desharnais n'a pas réussi à livrer beaucoup de chances de marquer (seulement 4), mais ils n'en ont pas donné, et ce malgré le fait qu'ils aient passé près de la moitié du match appuyé par Gorges et Bouillon. Therrien ne m'a pas semblé chercher les assignations territoriales, mais il cherchait manifestement à les envoyer contre les gros trios adverses. Que ce soit contre Grabovski ou Kessel, sans éviscérer qui que ce soit ils ont néanmoins eu l'avantage marqué du jeu territorial. On aura beau dire que les Leafs se sont "assis sur leur avance", personne dans cette ligue ne souhaite laisser le gros trio adverse passer l'essentiel de son temps en zone offensive. Or, c'est bel et bien ça qui est arrivé.
  • Galchenyuk nous a montré quelques beaux élans (3 entrées de zone, dont une débouchant directement sur une chance). Batinse, yé gros... Therrien avait indiqué que le kid resterait avec l'équipe pour peu qu'il puisse lui donner son 12 minutes par match. Principalement envoyés contre Grabovski, ils ne leur ont rien donné, mais ne leur ont rien pris non plus. C'est lorsque Bourque s'est pointé à la gauche de Plekanec que les choses se sont stabilisées. Sans assignation particulière, ils n'ont pas généré beaucoup de chances (2 en 4 minutes de jeu), mais ont au moins eu un avantage plus net au territoire, faisant pas mal de misères à Gunnarson et Komisarek (on ne versera pas de larme pour le gros batinse, s'pas?). Galchenyuk, lui, est d'abord descendu aux côtés d'Eller pour ensuite s'asseoir au bout du banc.
  • Therrien s'était fait un beau petit trio défensif, Moen, Eller et Bourque ayant tous une feuille de route sur ce genre d'assignation. Le gros problème, c'est qu'ils ont cassé, deux fois plutôt qu'une. En première, contre Kessel, en deuxième contre Van Riemsdyk, Kadri et Komarov (qui?!). Dans les deux cas, l'essentiel des chances subies vient de deux ou trois séquences catastrophiques. C'est ce que j'appelle casser: les gars l'échappent et tout fout le camp. Therrien a fini par leur enlever de la glace (et envoyer Bourque avec Pleks). On a revu Eller en 3e faire quelques présences fort honorables avec Armstrong et Prust, mais disons que ça n'a pas commencé de glorieuse manière.
  • Belle surprise que ce 4e trio. Je ne connaissais pas Prust, mais premier constat, le gars sait jouer hockey et Armstrong aussi. On ne s'énervera pas trop vite, ils ont essentiellement joué contre la 3e paire des Leafs, on est donc loin du trophée Norris. White semble beaucoup plus à l'aise au centre qu'à l'aile. L'histoire des entrées de zone encore: le poste de centre conviendrait-il mieux à ces joueurs plutôt lents, mais quand même dotés d'un certain sens du jeu? En quel cas on devra se poser des questions sur le passage imposé à l'aile d'un jeune comme Leblanc. On jase, là. À suivre.
  • Gorges et Bouillon étaient mis dans une situation qui ne pouvait tourner à leur avantage. Avec le trio de Desharnais, ils ont fort bien tenu. Avec Pleks, un peu plus difficile, mais pas de dégâts. Therrien a dû être bien emmerdé de les voir couler avec Eller; à partir de là, impossible d'espérer une protection efficace pour qui que ce soit, ne restait qu'à espérer qu'au total l'équipe reste à flot. Je doute que ce duo fasse long feu, vu la composition du reste de la défensive. Bergevin doit quant à lui aller chercher le meilleur deal avec Subban (et les contrats d'Eller et Pacioretty nous ont montré qu'il joue dur), ce qui doit ennuyer d'autant plus Therrien. Sitôt PK revenu aux côtés de Gorges, la marée va monter et tous les bateaux avec. Parce que pour l'instant, Kessel arrivait un peu trop vite pour Bouillon.
  • Markov et Emelin ont trouvé leurs marques en deuxième. Quelques "pinch" manqués de Markov ont donné des descentes (et quelques chances) aux Leafs, mais Emelin s'est graduellement ajusté. Par moment, on avait l'impression de voir Emelin jouer défenseur central et Markov "Rover". Pas exactement habituel, mais le point fort de Markov a toujours été son sens du risque. Ça va donner  quelques chances à l'adversaire, d'autant plus qu'il a perdu de la mobilité (Grabovski, notamment, l'a allègrement contourné pour coller une chance), mais l'effet Markov se voit dans les entrées de zone. Pour l'heure, ils ont tenu contre Grabovski en étant surtout appuyés, par ordre de temps de glace, par les trios de Plekanec, White et enfin Desharnais. C'est une excellente nouvelle pour la suite des choses.
  • Therrien a usé de son 3e duo de défenseurs avec plus de prudence. Les passages contre le top-6 des Leafs sont surtout le fait de la 3e. Avant ça, c'était 3e et 4e trio. J'ai bien aimé Diaz sur l'avantage numérique et Kaberle semble installé sur la première vague. Bien curieux de voir qui perd son job lorsque PK reviendra.

(Cliquez sur les images pour voir une version plus grande des graphiques)




lundi 7 janvier 2013

Et c'est reparti pour un tour...

Bon ben, on a une saison.

Je n'ai rien à dire sur l'entente. Les détails finiront bien par sortir, être analysés et alors, peut-être... Mais en attendant, j'aimerais parler un peu de l'alignement à venir en prenant un petit détour par les Bulldogs de Hamilton, que j'ai pu suivre épisodiquement grâce à TVA Sports.

Parlons Bulldogs

Les bébé-Habs sont une petite bête bien intéressante à regarder aller. Club ultra-jeune, ils ont été éviscérés par les blessures, ce qui a laissé l'alignement dans un état pitoyable. Du moins jusqu'à cette semaine, alors que des mesures ont finalement été prises pour remettre l'affaire un peu sur le sens du monde. Avec les joueurs qui remontent dans la grande ligue parmi les autres clubs (je crois que les Bulldogs vont rester intacts), ça devrait les aider à remonter la pente. Petit tour d'horizon à partir du dernier match, une défaite de 3-2 en fusillade samedi soir.

Les attaquants
JoueurChances+Chances-MenZOMenjZNMenZD
37 Holland, Patrick+8-1+24-3
17 Gallagher, Brendan+8-2+24-3
14 Blunden, Mike+8-2+24-3
18 Bournival, Michael+1-4+13-3
40 Dumont, Gabriel+1-3+13-3
13 Quailer, Steve+2-3+13-3
20 Leblanc, Louis+4-4+20-1
10 Chaput, Stefan+4-4+20-1
49 Lefebvre, Philippe+3-3+20-1
16 Fortier, Olivier+1-2+43-1
12 Stortini, Zack+1-2+43-1
15 Hagel, Kyle+1-3+43-1

Le match ayant été disputé contre un club qui jouait son 3e match en 3 soirs, on ne s'énervera pas trop vite avec le détail de l'affaire. Mais on y voit quand même ressortir quelques éléments dignes de mention:
  • À domicile, Lefebvre s'est mis à protéger son fond d'alignement au jeu territorial. Je ne suis pas sûr qu'on puisse parler de "protection" au sens propre du terme, peut-être donne-t-il toutes ces mises en zone offensive à sa 4e ligne pour que celle-ci donne de "l'énergie", mais bon.
  • Les deux derniers matchs se sont très bien passés pour le trio de Holland. Celui-ci a été converti en centre il y a environ un mois et les débuts ont été proprement pénibles. Sitôt séparé de Blunden, il s'effondre. Mais ça semble se tasser tranquillement. Holland est un joueur cérébral, un fabriquant de jeu qui tend à se décaler en périphérie pour se donner du temps et laisser ses coéquipiers se placer. Le mariage avec Blunden et, surtout, Gallagher est donc sensé, les deux étant plutôt du genre à pousser au filet. Gallagher commence à produire des chances à forces égales, mais c'est encore sur le jeu de puissance qu'il se démarque. Ça va faire un joueur de la LNH, mais il a encore besoin de manger ses croûtes. Blunden n'est pas très talentueux, mais il est versatile et constant. Cunneyworth lui a fait un très mauvais coup en l'envoyant à l'abattoir l'an dernier, mais à le regarder jouer dans la LAH, je comprends pourquoi. C'est un bon joueur de hockey et le genre de type qui me semble prêt à faire ce qu'on demande communément à un joueur de 4e ligne dans la LNH, soit tenir le fort en défensive contre les alignements adverses et contribuer en désavantage numérique. Malheureusement pour lui, Bergevin a claqué plus de 5 millions sur Armstrong, Moen et Prust, sans oublier les 3.3 millions de Bourque. Too bad, mais une bonne chose pour Hamilton.
  • Bournival avait bien commencé l'année avant de s'effondrer suite à la blessure de Geoffrion. Lefebvre l'a immédiatement muté à l'aile pendant presque un mois et le 18 a pour ainsi dire disparu de la circulation. Retourné au centre depuis deux matchs, il a repris vie. Le différentiel des chances n'est pas étincelant pour le match de samedi, mais il venait de faire +7/-4 aux chances vendredi soir et de manière générale a poussé le jeu dans le sens du monde. Il a encore le nombril vert, mais s'il se détache déjà ainsi des autres avec une trentaine de matchs dans les rangs professionnels, c'est qu'il y a des matchs de la LNH dans son avenir (si tant est que les blessures soient évitées, on verra). Dumont, lui, profite des blessures pour prendre des minutes avec des joueurs talentueux et surtout en avantage numérique, touchant le sommet des marqueurs de Hamilton. Un bon joueur de la LAH, mais comme Blunden, ce qu'il peut apporter à un club de la LNH reste limité. Avec le CH? Probablement pas grands espoirs. Quailer me semble être parfaitement négligeable. Peut-être sait-il faire des "petites choses" qui ne paraissent pas à la télé?
  • Leblanc, après s'être pété la cheville en se battant avec un piochon, reprend péniblement ses marques. Il commence, depuis quelques matchs, à cumuler les chances de marquer, mais c'est encore mince et la production de tirs au but, une constante de ses performances dans la LAH et la LNH l'an dernier, n'est pas encore au niveau. S'il en est un qui peut percer le grand club, c'est lui, pedigree oblige, mais ça pourrait attendre quelques semaines, quelques blessures. Pas nécessairement une mauvaise chose. Après avoir été recrue 4 saisons en ligne tout en perdant souvent des matchs pour cause de blessure, on ne perd rien à le laisser polir son jeu et dépasser définitivement la LAH. Chaput, Lefebvre et Fortier me semblent être des joueurs de la LAH. C'est embêtant; on voit qu'ils savent jouer, sont versatiles, mais au bout du compte restent dans le paquet, sans plus. Chaput a 24 ans, Fortier 23 ans, Lefebvre 21 ans. Y'a peut-être un Blunden parmi eux, on verra.
  • Stortini et Hagel n'ont pas d'affaire là, c'est aussi simple que ça.
Les défenseurs
JoueurChances+Chances-MenJ+Menj0Menj-
58 DeSantis, Jason+7-5+19-3
5 Tinordi, Jarred+3-5+27-5
32 St-Denis, Frederic+9-2+23-5
22 Commodore, Mike+4-2+31-3
8 Beaulieu, Nathan+2-4+50-0
44 Ellis, Morgan+3-4+50-0
  • DeSantis est un nouveau venu, prêté par les Panthers contre Nash. Un genre de Marc-André Bergeron de la LAH. Tinordi a fait un excellent boulot depuis quelque temps avec Commodore comme duo de prise de mises en jeu en zone défensive. Vraiment bon. Mais qu'est-ce que Lefebvre a à fourrer DeSantis avec l'autre? C'est insensé. Je veux dire, si t'es pour faire de la protection territoriale, tu mets ton MAB de la LAH avec Beaulieu, non?
  • St-Denis et Commodore se la jouent cool. N'ont pas à prendre toute la charge défensive (qui revient de droit à Tinordi même si DeSantis n'a pas d'affaire là), alors forcément... St-Denis est probablement un parfait #7 de la LNH. Dans la LAH, c'est l'homme à tout faire. Commodore est terriblement lent, mais il prend de la place et sait où aller. Un très bon défenseur défensif de la LAH. Si personne n'en veut dans la LNH, c'est Hamilton qui y gagne (et le CH gagne un vétéran à rappeller en cas de crise).
  • Beaulieu fait des points, contrôle de plus en plus la rondelle, mais on sent que le jeu accélère avec le passage de la saison et il est absolument clair que l'échec avant de la LAH commence à lui donner du trouble. Bienvenu dans les rangs professionnels, le kid. Il va passer au travers, probablement d'ici 20 matchs, mais présentement, c'est plutôt amusant de regarder son air d'ado écoeuré lorsqu'il se fait *encore* frapper... Ellis est déjà un bon défenseur défensif. Pas au niveau des 3 autres, mais certainement meilleur que DeSantis. Si on est pour ne pas mettre Tinordi avec Commodore, qu'on mette donc Ellis... M'enfin.
Pas grand monde de prêt à monter dans le grand club, donc. Leblanc est certainement un joueur de la LNH, mais étant un strict ailier droit et traînant encore les séquelles d'une blessure à la cheville, il se peut bien qu'on le renvoie à Hamilton. Gallagher est aussi un talent de la LNH, mais encore ici, strict ailier droit, et il a des croûtes à manger à forces égales. À la défense, Commodore et St-Denis peuvent boucher un trou demain matin, sans problèmes. Malheureusement pour eux, le CH a présentement 7 défenseurs sous contrat et un certain PK Subban va s'ajouter au groupe. Pas de place, donc.

Quelques remarques sur le grand club
  • Gomez sera racheté l'été prochain, c'est maintenant clair. La question, d'ici là, est de savoir s'il est capable de rester en santé. S'il le peut, Eller et Desharnais n'ont pas intérêt à connaître trop de moments dissiciles. Mais on va attendre un peu. Selon Ron Reusch, le beau Scott aurait de la misère avec son aine... Plus embêtant encore, le même Reusch souligne que Plekanec a des côtes maganées... Oy.
  • Galchenyuk fera-t-il le club? Bergevin a un peu plus de 6 millions d'espace sous le plafond salarial pour signer Subban. Galchenyuk, s'il est sur le grand club, occupe un peu plus de 3,3 millions de marge. Bref, faut pas trop compter là-dessus. Si ça arrive, c'est parce qu'un joueur important est sur la liste des blessés.
  • Qui sera l'autre joueur racheté? Beaucoup parlent de Kaberle, ce qui m'embête un peu. Pas un grand défenseur défensif, mais il sait y faire sur une 3e paire et surtout c'est encore un excellent pointeur de jeu de puissance. J'ai fait allusion au fait qu'entre Bourque, Prust et Moen, c'est l'équivalent du salaire de Gomez qui est occupé, pour les 4 prochaines années, pour des joueurs qui sont probablement aisément remplaçable par Leblanc, Bournival et Gallagher dès l'an prochain, avec en plus Dumont et Blunden comme possibles plombiers. Ça fait beaucoup d'argent pour des intangibles et de l'intensité...